Accueil » Dossiers » Actualité » Arianne Phosphate: des résultats encourageants pour son projet d’usine d’acide phosphorique

Arianne Phosphate: des résultats encourageants pour son projet d’usine d’acide phosphorique

Arianne Phosphate a annoncé qu’elle a reçu les résultats d’une étude portant sur une installation de fabrication d’acide phosphorique. Les travaux entourant l’étude ont débuté au troisième trimestre de 2018 en partenariat avec le gouvernement du Nouveau-Brunswick afin d’examiner la possibilité de construire une usine d’acide phosphorique à Belledune, au Nouveau-Brunswick.

L’étude a été réalisée en collaboration avec des groupes tels que le Port de Belledune, des services publics et de construction, ainsi qu’avec des experts en phosphate de SNC-Lavalin SA Bruxelles et de Prayon Technologies, qui étaient responsables des tests et de la production d’acide phosphorique. La principale conclusion à retenir est que le concentré de phosphate igné d’Arianne a extrêmement bien réagi au cours du processus et était capable de produire un acide phosphorique de qualité titrant à 60% en P2O5 (« MGA ») contrairement au MGA habituellement vendu sur le marché de 52%.  Il devrait donc pouvoir être vendu à un prix plus élevé. En outre, en raison de la haute qualité du concentré de phosphate d’Arianne, le sous-produit de gypse produit au cours du processus de production d’acide pourrait avoir une valeur commerciale, par opposition aux produits contaminés typiquement générés par l’utilisation de sources traditionnelles de phosphate sédimentaire.

« Ces tests devraient maintenant nous permettre de poursuivre les discussions avec plusieurs groupes qui se sont montrés intéressés par les possibilités d’une installation de production d’acide phosphorique », a déclaré Jean-Sébastien David, chef des opérations d’Arianne Phosphate. « Avec le bon partenaire, l’installation pourrait présenter de nombreux avantages. Le contrôle de sa propre source de roche phosphatée procurerait un avantage économique certain tout en permettant une sécurité d’approvisionnement accrue. En outre, cela fournirait également un acheteur pour environ 40% de notre propre production minière. »

Sur la base de cette étude, Arianne examinera maintenant la pertinence d’une usine de production d’acide phosphorique et poursuivra ses discussions avec ses partenaires potentiels afin d’évaluer l’avantage stratégique et économique de cette approche. « La logique d’un partenariat avec une autre entité pour la construction d’une usine de production d’acide phosphorique est réelle et la conclusion de cette étude préliminaire confirme nos hypothèses de base », a conclu Brian Ostroff, chef de la direction d’Arianne Phosphate.

Source

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Aucun commentaire.

Répondre