Accueil » Dossiers » Actualité » Deux études font le point sur les bénéfices et retombées économiques d’Arianne Phosphate, Métaux BlackRock et Énergie Saguenay

Deux études font le point sur les bénéfices et retombées économiques d’Arianne Phosphate, Métaux BlackRock et Énergie Saguenay

La Société des fabricants régionaux (SFR) et la Société d’aide au développement des collectivités du Haut-Saguenay (SADC-HS) déposent conjointement deux études complémentaires qui font le point sur les retombées socio-économiques potentielles considérables de ces importants projets pour la région, mais également pour l’ensemble du Québec.

Une première étude intitulée « Impacts des grands projets industriels sur l’économie du Saguenay–Lac-Saint-Jean » évalue les importants impacts économiques combinés pour les étapes de construction de ces complexes miniers et industriels. Elle fait également état des retombées directes, indirectes et induites auprès des entreprises et des organisations de la région. Finalement, elle met en évidence l’augmentation éventuelle du volume des services à la population, que généreront ces projets, une fois que leurs installations seront en mode de production.

La seconde étude intitulée « Caractérisation des emplois liés aux grands projets industriels au Saguenay–Lac-Saint-Jean » trace spécifiquement le portrait de la main-d’oeuvre nécessaire à l’opération de ces usines et de ces sites industriels. Précisons que les commanditaires des études cherchaient, notamment, à connaître les types d’emplois requis, le nombre de postes impliqués, leur rémunération ainsi que les prérequis nécessaires à l’obtention de ceux-ci.

Messieurs Sylvain Morin et Christian Fillion, respectivement président en exercice et président sortant de la SFR, se réjouissent de l’impact attendu de ces projets au bénéfice de la population du Saguenay–Lac-Saint-Jean et surtout, du potentiel de diversification de notre économie. « En plus de créer des centaines d’emplois de qualité, ces projets viendront freiner l’exil des jeunes vers les grands centres comme Montréal, les revenus de centaines de foyers augmenteront de manière considérable. Ces projets sont porteurs de développement et assurent une diversification de notre économie. La région a besoin de ces projets », lancent-ils.

De son côté, M. André Boily, directeur de la SADC-HS, souligne l’importance qu’une « mobilisation spontanée » se réalise de la part des quatre groupes de parties prenantes, habituellement liés aux quatre grands principes du développement durable, pour soutenir chacun de ces projets. « L’aspect gouvernance sera assumé par les décideurs politiques qui s’assureront que les grands projets se réalisent en toute équité pour l’ensemble de la région. L’aspect social pourra être adressé par les syndicats qui exigeront des conditions de travail équitables et sécuritaires. Le respect des normes environnementales sera assuré par les organismes reconnus. Quant à l’aspect économique, il sera promu par l’ensemble des PME et des organismes de développement de la région. Dans ces conditions seulement, nous pourrons être assurés que ces projets auront des impacts maximaux pour notre économie et se réaliseront au bénéfice de notre population ».

Source

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Aucun commentaire.

Répondre