Accueil » Chroniques » Économie » Un budget positif pour 2017-2018 au Québec
Éric Pageau, éditeur

Un budget positif pour 2017-2018 au Québec

Le budget 2017-2018 du gouvernement provincial semble faire l’unanimité dans les diverses organisations économiques et industrielles. Que ce soit du côté du Conseil du patronat du Québec, de Manufacturiers et Exportateurs du Québec, de l’Association minière du Québec, d’Aéro Montréal ou encore du Conseil de la transformation alimentaire du Québec, tous semblent se réjouir des mesures en matière d’investissement, d’innovation ou de main-d’œuvre.

Le ministre des Finances Carlos Leitão a en effet annoncé le 28 mars une foule de mesures qui devraient permettre aux entreprises québécoises d’améliorer leur capacité d’innovation, de combler graduellement la pénurie de main-d’œuvre dans les emplois techniques et de prendre la position de leader dans des domaines comme la mobilité durable ou l’intelligence artificielle.

Le budget Leitão prévoit aussi des investissements de l’ordre de 1,2 milliards de dollars pour appuyer le développement économique des régions. Cette nouvelle tombe à point, alors que les besoins des régions se font criants pour rehausser leur compétitivité face aux grands centres économiques. Et tout ça, en réduisant le fardeau fiscal des Québécois et la dette globale du Québec.

Bien sûr, un budget par lui seul ne crée pas d’emplois ou de richesse économique. Mais ce plus récent budget du gouvernement de Philippe Couillard envoie un signal clair aux gens d’affaires et aux entrepreneurs : we’re open for business !

On le sait, le Québec tire de l’arrière en matière d’investissements pour la modernisation et l’automatisation de ses infrastructures de production industrielle. Les études ont souligné à plusieurs reprises au cours des dernières années que ce retard entraînait inévitablement une perte de compétitivité de nos entreprises. Ce budget sera-t-il suffisant pour donner suffisamment confiance aux entreprises québécoises et relancer ces investissements essentiels ? Le temps seul nous le dira.

Mais il est clair que l’appui généralisé des milieux économiques et industriels est un signe des plus positifs. L’appui au développement des transports collectifs, qui devrait non seulement se solder par des contrats intéressants pour des entreprises québécoises mais aussi réduire les pertes économiques engendrées par les pertes de temps sur la route, est aussi un message intéressant. Développer une économie plus verte, plus centrée sur des solutions d’avenir, est un créneau prometteur porté par différents secteurs industriels du Québec.

2017, une année sous le signe de l’optimisme, après les années d’austérité ? Les prochains mois nous le diront.

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

 

Aucun commentaire.

Répondre