Accueil » Dossiers » Pourquoi nos entrepreneurs n’investissent-ils toujours pas?

Pourquoi nos entrepreneurs n’investissent-ils toujours pas?

C’est la question que je me suis posée en prenant note d’une étude du Centre sur la productivité et la prospérité (CPP) de HEC Montréal.

L’étude dit que les entreprises québécoises investissent moins dans les machines et le matériel – logiciels, machinerie industrielle et agricole, équipements de transport – que leurs homologues canadiennes.

Je ne comprends vraiment pas. Dans l’édition de décembre 2012-janvier 2013, j’avais mentionné mon soulagement en apprenant qu’une étude de la Banque de développement du Canada (BDC) rapportait que 50 % des entrepreneurs voulaient investir dans leur PME en 2013. En plus, 16 % d’entre eux laissaient entendre que les investissements dépasseraient le cap du million de dollars.

Dois-je comprendre que nos entrepreneurs ont changé d’idée en cours de route ? Qu’est-ce qui explique ce changement de cap ? Depuis le début de la crise économique en 2008, tous les économistes s’entendent pour dire que les PME doivent absolument investir pour être concurrentielles et prêtes lors de la reprise économique.

Aujourd’hui, l’étude du CPP démontre que l’investissement privé en machines et matériel a chuté au Québec au cours de la dernière année. Alors que ce type d’investissement représentait un peu plus de 8 % du PIB en 1999, il était inférieur à 5 % en 2012.

Cette situation risque d’être très néfaste pour l’économie du Québec. Nos entrepreneurs doivent changer leur façon de faire dès maintenant. Bien que le dollar canadien vaille approximativement 0,90 $ par rapport à la devise américaine, ce qui favorise nos entreprises exportatrices, on ne peut pas se rabattre sur le taux de change.

Que vont devenir nos PME lorsqu’un jour la Banque du Canada augmentera son taux directeur et que le dollar canadien se mettra à suivre à la hausse?

Nos PME ne seront plus du tout compétitives. Il faut trouver coûte que coûte un moyen d’encourager nos entreprises à investir davantage dans de meilleurs équipements pour assurer notre croissance économique et notre productivité.

Éric Pageau, éditeur

Aucun commentaire.

Répondre