Accueil » Dossiers » L’entrepreneuriat rapporte gros

L’entrepreneuriat rapporte gros

Au Québec, la PME joue un rôle déterminant dans le développement économique tous secteurs confondus. Depuis les cinq dernières années, seulement à Montréal, 14 500 nouveaux emplois ont vu le jour entraînant dans son sillage des retombées économiques de 400 millions de dollars.

Ces résultats viennent d’être publiés par les Corporations de développement économique communautaire (CDEC) et les Centres locaux de développement (CLD).

Ainsi, près de 23 000 promoteurs ont obtenu les avantages du réseau de soutien à l’entrepreneuriat et au développement économique local de l’île de Montréal depuis 2007.

« La Stratégie de développement économique 2011-2017 de la Ville de Montréal mise clairement sur le réseau de première ligne des CLD, des CDEC et des services d’aide aux jeunes entrepreneurs (SAJE) pour contribuer à la concrétisation des actions proposées », indique Richard Deschamps, vice-président du comité exécutif, responsable du développement économique de la Ville de Montréal.

De son côté, Pierre Morrissette, porte-parole du réseau des CDEC de Montréal, ajoute que « nous entendons poursuivre nos partenariats au cours des prochaines années pour soutenir l’innovation et l’entrepreneuriat technologique, assurer la relève dans nos entreprises, développer l’offre de formation de la main-d’œuvre pour accroître la productivité et la compétitivité de notre métropole. »

Des milliers de postes à combler en aéronautique

Fleuron du Québec, l’industrie aérospatiale demeure toujours une pierre angulaire du développement économique, malgré les soubresauts qu’elle traverse périodiquement.

Selon le Comité sectoriel de main-d’œuvre en aérospatiale (CAMAQ), 1 160 emplois demeurent à combler cette année dans le secteur de l’aviation.

« Le Québec a ciblé l’État de Rio de Janeiro comme l’un des marchés prioritaires de son action en Amérique du Sud. »   Sam Hamad, ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation

Les entreprises avaient estimé une progression de l’emploi de 2,6 % en 2011, croissance qui se révèle plutôt être maintenant de 6,8 %. En 2012, le nombre d’employés de l’industrie devrait encore croître de 4,8 %.

Du côté de l’industrie manufacturière aérospatiale, les résultats du recensement des emplois publiés en janvier indiquent que ce secteur au Québec poursuit sa lancée des deux dernières années et que 3 642 postes devront être comblés cette année.

Malgré des prévisions qui demeurent toujours tributaires du prix du pétrole et de la valeur du dollar canadien, tous les indicateurs pointent dans la même direction : croissance des activités et croissance de l’emploi.

La productivité atteint son plus haut niveau

Selon l’indice RBC des directeurs d’achats de l’industrie manufacturière canadienne, la conjoncture s’améliore toujours depuis le début de l’année. Les derniers résultats indiquaient une valeur de 52,4 signalant une progression de la situation du secteur manufacturier canadien.

C’est au Québec que le volume des nouvelles commandes a progressé le plus rapidement. « L’activité dans le secteur de la fabrication va à contre-courant de la tendance générale au ralentissement observée particulièrement en Europe et en Asie », soutient Craig Wright, premier vice-président et économiste en chef, RBC.

« Les fabricants canadiens continueront de bénéficier du raffermissement de l’économie américaine, qui a amorcé l’année 2012 sur une note prometteuse. Nous nous attendons à une demande soutenue, au sud de la frontière, pour les principales exportations du Canada, notamment les automobiles, la machinerie et le bois d’œuvre ; selon nous, le volume réel des exportations retrouvera en 2013 son sommet d’avant la récession.»

Les principales conclusions de l’étude sont les suivantes :

– croissance modérée de la production et des nouvelles commandes ;

– plus forte création d’emplois depuis novembre dernier ;

– première baisse du prix de vente moyen depuis le début de l’enquête il y a 18 mois.

Brésil : un marché prioritaire

Au terme d’une visite en sol brésilien, en avril dernier, Québec avait pour mission de favoriser un maillage avec les représentants du pays issus de différents secteurs d’activité et de consolider les relations d’affaires.

« Le Québec a ciblé l’État de Rio de Janeiro comme l’un des marchés prioritaires de son action en Amérique du Sud et il avait vu juste. La vitalité que l’on trouve dans cette région du Brésil permet d’excellentes occasions d’affaires et d’innovation pour les entreprises et les institutions de recherche québécoises qui souhaitent investir, exporter ou collaborer avec cet État. C’est notre rôle d’appuyer leurs démarches », affirme le ministre du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation (MDEIE), Sam Hamad.

La délégation était composée de représentants d’une cinquantaine d’entreprises, d’organisations et d’institutions de recherche québécoises.

SAVIEZ-VOUS QUE ?

  • Depuis 5 ans, il s’est créé 14 500 emplois à Montréal entraînant des retombées économiques de 400 M$?
  • Des milliers de postes sont à combler dans l’industrie aérospatiale et de l’aviation?

Lien internet

  1. www.cdecmontreal.org
  2. www.camaq.org
  3. www.rbc.com/francais
  4. www.mdeie.gouv.qc.ca

Aucun commentaire.

Répondre