Accueil » Chroniques » La Maintenance VS le choix des outils de captation de données

La Maintenance VS le choix des outils de captation de données

L’évolution de la maintenance et l’amélioration des processus passent par la rétroaction de la part du personnel d’entretien.

Au fil du temps, la maintenance est passée du mode « réaction », où l’on considérait les départements d’entretien comme des centres de dépenses, au mode « action » où l’accroissement équilibré du préventif et du prédictif démontrent que les départements d’entretien peuvent être considérés comme des centres de profits.  L’équilibre des opérations de maintenance est un critère essentiel pour une saine gestion et pour obtenir les bénéfices escomptés.

Pour bonifier le plan de maintenance, et le parfaire au fil du temps, on a besoin des données d’intervention sur le terrain.  Certains logiciels de maintenance offrent maintenant plusieurs indicateurs statistiques qui sont basés sur des informations comme les délais d’intervention, les temps de panne, la nature des travaux effectués, taux de criticité, etc.  C’est  en étudiant les interventions et les tendances que l’on arrive à un seuil de maintenance qui assure un niveau de disponibilité des équipements optimal.

Mais pour ce faire, il est essentiel d’avoir des données fiables.

De plus en plus de technologies sont mises à la disposition des entreprises pour obtenir les informations sur les travaux effectués.  Il existe une gamme d’appareils allant de l’ordinateur connecté au réseau, jusqu’à des appareils lisant les informations électroniquement par codes à barres, tags RFID ou autres, et pouvant transmettre l’information en temps réel par wifi ou par le réseau cellulaire;  des appareils simples et fragiles, des appareils robustes résistant à presque tout…  Il est cependant facile de tomber dans le piège technologique en voulant se doter des outils les plus à la mode, sans préalablement étudier ses besoins et l’environnement de travail.

Tout est dans la qualité des données

Avoir des données est une chose, mais avoir des données de qualité est parfois une tout autre réalité.  On parle de qualité en termes de quantité, mais aussi en termes de précision, authenticité et régularité.  Il ne faut jamais oublier que prendre des décisions sur des données partielles ou approximatives peut mener à un mauvais résultat et à des investissements inutiles parce que mal justifiés.  Le choix des méthodes de captation de données doit donc tenir compte de plusieurs facteurs physiques, mais aussi humains.  Est-ce que l’appareil résiste à l’environnement où il sera utilisé?  Si l’on utilise les réseaux de données, est-ce qu’ils sont disponibles partout?

Quel effort demande-t-on aux employés pour fournir l’information?

Si on demande à un technicien de se déplacer sur de grandes distances pour saisir les informations sur son travail, il n’aura peut-être pas toujours la capacité de le faire dans un délai raisonnable et il est possible que certaines informations soient oubliées ou données approximativement. Si on lui fournit un appareil qui doit être connecté par radiofréquences et que souvent, il est dans un endroit où les ondes ne passent pas, on risque encore de manquer des données.

Dans certains environnements, et en fonction du mode de gestion, un logiciel efficace utilisé sur un téléphone intelligent est une solution parfaite.  Aussi, parfois un appareil simple qui permet de stocker des informations horodatées, captées par lecture des codes à barres peut être tout aussi efficace, en utilisant un logiciel développé en conséquence.

Une multitude de solutions pour une multitude de situations… La clé du succès est dans une bonne connaissance des besoins et dans l’application d’une solution adaptée à ceux-ci!

Yves Gagnon
Conception Interal inc.
2327, Boulevard du Versant-Nord
Québec, (Québec) G1N 4C2
info@interal.com
www.interal.com

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.