Accueil » Dossiers » Un virage majeur pour aider les entreprises exportatrices

Un virage majeur pour aider les entreprises exportatrices

En adoptant un virage individualisé auprès des entreprises exportatrices de son territoire, le Centre des affaires internationales de Laval Technopole (CAILT) estime que les retombées économiques sont de 15,7 M$ pour 2009 et qu’elles devraient atteindre les 24 M$ au cours des deux prochaines années.

Ce virage, qui a démarré en 2008, vise à accroître la compétitivité des entreprises et leur diversification sur les marchés étrangers. « Depuis le début de nos activités, nous avons aidé des entreprises à obtenir 1,2 M$ en financement, ce qui leur permettra de réaliser des investissements pour le développement de nouveaux marchés de l’ordre de 2,9 M$, ce qui est formidable dans un contexte de récession économique », indique Véronique Proulx, directrice générale du CAILT.

Véronique Proulx soutient que les entreprises exportatrices ont de plus en plus besoin de soutien financier et logistique pour accroître et développer leur présence à l’étranger. « Un tel virage est une première de façon aussi importante. Laval se démarque réellement des autres villes sur le plan international. »

Deux approches

Le CAILT peut intervenir individuellement auprès d’une entreprise comme il peut organiser la tenue d’activités dans le cadre d’un groupe de manufacturiers.

« En 2009, nous avons rencontré plus d’une centaine d’entreprises pour évaluer leurs besoins et proposer diverses solutions. Outre le financement et la logistique pour être plus performant, l’aide peut se traduire par l’amélioration d’un réseau de fournisseurs à l’étranger pour être plus concurrentiel ou pour trouver de nouveaux partenaires. Nous accordons beaucoup d’importance sur la diversité des marchés et nous pouvons réaliser des études de marché aux entreprises désireuses d’ouvrir de nouveaux horizons. »

La seconde approche est celle d’activités en groupe. C’est le cas à l’heure actuelle, alors que le CAILT travaille avec 5 entreprises pour les aider à développer des nouveaux marchés de façon structurée.

« Avec la crise économique, plusieurs ont pris conscience qu’il fallait diversifier et ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, c’est-à-dire concentrer toutes les activités aux États-Unis. C’est l’un de nos multiples projets sur lesquels nous nous concentrons : aider l’entreprise pour qu’elle obtienne le meilleur retour sur son investissement. »

Résultats prometteurs

Laval possède quelque 375 entreprises exportatrices situées dans les 18 secteurs manufacturiers, sans compter ceux des technologies de l’information (TI) et des biotechnologies.

« De ce nombre, il y a au moins une centaine d’entreprises qui réalisent des revenus annuels de 10 M$ et plus. D’ici deux ans, nous allons être capables de faire le point et réussir à démontrer ce que nous avons créé et contribué auprès des exportateurs. Mais d’ores et déjà, nous voyons des résultats positifs au chapitre des ventes et du financement que les entreprises réussissent à obtenir. »

CAILT

Le Centre des affaires internationales de Laval Technopole a vu le jour en 1998, mais a amorcé sa programmation 2009-2010 par une approche de plus en plus individualisée, la mise en place d’un service en chaîne d’approvisionnement international et logistique, un accès élargi pour les entreprises par le biais d’un blogue, d’une infolettre et d’un réseau international permettant aux entreprises de réseauter et de partager leurs expériences des marchés étrangers.

Depuis janvier dernier, une formation et coaching sur le développement de nouveaux marchés sont offerts à des entreprises. De plus, de grandes sociétés américaines, panaméennes et costaricaines sont attendues d’ici la fin de l’année à Laval, si ce n’est déjà fait pour certaines d’entre elles.

Quatre champs d’intervention sont exploités : l’exportation, l’approvisionnement international, la commercialisation internationale et l’innovation. Pour dynamiser ces secteurs, le CAILT met sur pied des séminaires et formations, des activités de réseautage, des missions commerciales, des accueils d’acheteurs étrangers et bien entendu des services de consultation personnalisée.

Pour les entreprises qui veulent réellement percer et devenir concurrentielles sur les marchés mondiaux, le CAILT propose un nouveau programme visant une meilleure coordination du déplacement des biens et des données entre les différents intervenants de la chaîne d’approvisionnement international depuis les fournisseurs, manufacturiers et grossistes jusqu’aux détaillants et les clients.

Le Centre des affaires internationales de LAVAL TECHNOPOLE regroupe une équipe de professionnels des affaires internationales et d’experts de différents horizons pour alimenter ses conférences, ses formations et ses missions.

Le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de l’Exportation du Québec, Exportation et développement Canada, Investissement Québec, Développement économique Canada, la Banque de développement du Canada, le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, le ministère des Relations internationales, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) sont des partenaires actifs du CAILT.

Aucun commentaire.

Répondre