Accueil » Régions » Gaspésie-îles-de-la-madeleine » Plus de 500 emplois industriels s’ajouteront en Gaspésie

Plus de 500 emplois industriels s’ajouteront en Gaspésie

Plus de 500 emplois industriels permanents s’ajouteront au cours des toutes prochaines années en Gaspésie, générés par l’aménagement des parcs éoliens de l’appel d’offres de 2000 MW d’Hydro-Québec sur tout le territoire québécois.

Le turbinier allemand Enercon à Matane (130 emplois), l’entreprise québécoise AAER à Sainte-Anne-des-Monts (quelques dizaines) et un autre fabricant de turbine allemand REpower (jusqu’à 400 emplois) s’installeront dans la MRC de Matane et en territoire gaspésien, venant ainsi soutenir l’économie d’une région touchée par une crise dans les ressources naturelles (pêches, forêt et mines) depuis une quinzaine d’années.

Plus de 800 emplois industriels ont déjà été créés dans la MRC de Matane et en Gaspésie. L’éolien industriel est déjà bien intégré à l’économie matanaise avec les usines de Marmen (tours) et de Composites VCI (nacelles) et à celle de Gaspé (pales de LM Glasfiber).

Avec l’objectif de 4,000 MW à l’horizon 2015, l’industrie éolienne aura alors injectée au Québec plus de 5,8 $ milliards d’investissements, plus de 45,000 emplois (en années-personnes) pour la phase de construction, incluant la fabrication des éoliennes, en plus des 26,400 emplois durant la phase d’exploitation des parcs éoliens sur une période vingt ans, selon l’Association canadienne de l’Énergie Éolienne.

Chez Enercon à Matane, le lancement de la production est prévu pour l’été 2010 en ce qui a trait aux tours et à l’automne 2010 pour l’E-Module.

Retombées régionales

Cartier Energie est le promoteur qui a déjà trois parcs en production en Gaspésie du premier appel d’offres de 1000 MW. Le rapport final de ce promoteur à Hydro-Québec, distribution sur la construction du parc éolien de L’Anse-à-Valleau, démontre que le projet a généré des retombées économiques de plus de 53% des coûts globaux du parc éolien dans la région désignée de la MRC de Matane et de la Gaspésie – comparativement à un taux exigé de 40% – et de 65% au Québec. Cela représente près de 102 millions $ qui auront été dépensés dans la région désignée et plus de 125 millions $ au Québec.

Bilan du 1000 MW

La moitié des huit parcs éoliens du premier 1000 MW éolien octroyée par Hydro-Québec, sera en fonction d’ici la fin de l’année pour une puissance totale de 450 MW. Le Jardin d’Eole, qui représente 85 éoliennes pour une puissance de 127 MW à Saint-Ulric et à Saint-Léandre près de Matane, de Northland Power entrera en production en décembre 2009.

Les quatre derniers parcs du premier appel d’offres à entrer en production seront ceux de Mont-Louis en 2010 et d’ici 2102, ceux de Les Méchins, Gros-Mornes – phase I et II – et de la Montagne Sèche.

Le 2000 MW

C’est le consortium St-Laurent Énergie, réunissant Électricité de France, le géant allemand REpower Systems et le producteur privé d’électricité Hydroméga, qui avait remporté, avec cinq projets, l’essentiel du deuxième appel d’offres d’Hydro-Québec de 2000 MW en énergie éolienne, en récoltant à lui seul 954 des 2000 MW offerts, dont 600 seront réalisés dans l’Est du Québec: Lac Alfred St-Laurent Energies (300 MW), Vents du Kempt (100 MW), Venterre (60 MW) et du Plateau (138 MW).

L’autre constructeur allemand, Enercon, fournira des éoliennes aux dix autres parcs éoliens appartenant à différents promoteurs dont la puissance installée totale atteindra 1050 MW.

Aucun commentaire.

Répondre