Accueil » Chroniques » L’agence spatiale canadienne

L’agence spatiale canadienne

Pour la première fois de son existence, l’Agence spatiale canadienne, située à Saint-Hubert sur la Rive-Sud de Montréal, a ouvert ses portes aux entreprises manufacturières québécoises spécialisées dans le domaine des équipements de transport.

En effet, en collaboration avec l’Association des manufacturiers d’équipements de transport et de véhicules spéciaux (AMETVS) et l’Ordre des ingénieurs du Québec – section régionale Drummond, l’Agence spatiale canadienne a préparé une visite industrielle le 5 décembre dernier pour les entreprises intéressées à découvrir les projets antérieurs et actuels de l’Agence, mais aussi et surtout pour ses projets futurs.

La visite industrielle a débuté par une présentation et un aperçu des activités passées et présentes de l’ASC et du Répertoire spatial canadien. Par la suite, une visite VIP a permis aux visiteurs de rencontrer quelques experts.

L’après-midi s’est terminé avec la présentation de la Direction de la planification et du rendement sur les activités à venir de l’ASC en compagnie de M. Louis Grenier, gestionnaire principal planification stratégique – secteur science spatiale et exploration.

Les participants ont pu apprendre que,  pour la création du bras canadien, seulement des fournisseurs canadiens ont été mis à contribution.

La majorité des industriels présents se sont déplacés non seulement par grand intérêt personnel, mais bien pour savoir si l’Agence spatiale canadienne (ASC) pouvait bien s’intéresser aux produits qu’ils proposent.

Et justement, tel que le spécifiait M. Louis Grenier, gestionnaire principal planification stratégique – secteur science spatiale et exploration à l’ASC, l’Agence aimerait, d’ici les prochaines années, ouvrir ses portes aux entreprises manufacturières québécoises spécialisées dans le domaine des équipements de transport, par exemple, lors de ses processus d’appels d’offres. Ces entreprises devraient bien sûr respecter certaines normes aérospatiales spécifiques pour répondre aux exigences de l’ASC.

Depuis toujours, l’Agence spatiale canadienne ne traite qu’avec quatre entreprises du domaine de l’aérospatial. Une visite comme celle organisée en début décembre a su intéresser nombre d’entreprises du domaine des équipements de transport, et pour cause!

Répertoire canadien des entreprises

Inconnue au yeux de certains entrepreneurs québécois, l’Agence spatiale canadienne détient un répertoire canadien des entreprises à même son site Internet qu’il est possible de consulter au http://www3.espace.gc.ca/asc/fr/industrie/rsc.asp.

Tel que spécifié sur la page Internet, les entreprises du domaine spatial s’y retrouvent mais plus que jamais, l’ASC invite les entreprises manufacturières intéressées à inscrire leur candidature. Il est important toutefois de mettre le profil de son entreprise à jour chaque année sinon votre dossier s’effacera automatiquement du répertoire.

Il s’agit d’un outil interactif très pratique pour l’ASC qui consulte régulièrement cette base de données pour ses processus d’appels d’offres.Une chance de plus pour les entreprises québécoises qui relèvent du domaine des équipements de transport de se démarquer!

Demeurer à l’avant-garde de la technologie

Dans la difficile lutte qui se vit actuellement dans le domaine spatial au niveau international, l’Agence spatiale canadienne tente de faire sa place pour demeurer compétitive, comme toute entreprise! La Chine, le Japon et l’Inde ressortent du lot avec leurs technologies avant-gardistes et leurs idées.

Ils développent leurs prototypes très rapidement et sont même en avance sur bien d’autres pays. Autrefois, les États-Unis menaient largement mais ils ont rapidement été devancés par les pays asiatiques.

Il n’y a donc pas que dans cette industrie que la concurrence asiatique est omniprésente! Toutefois, des alliances peuvent se créer et des collaborations entre agences spatiales peuvent bien sûr s’établir afin de maximiser les efforts et les retombées des projets à venir dans l’industrie aérospatiale.

Pour demeurer à l’avant-garde de la technologie, l’Agence spatiale canadienne compte plus d’ingénieurs que de scientifiques parmi ses ressources humaines! Près de 800 personnes travaillent à l’Agence située à Saint-Hubert sur la Rive-Sud de Montréal.

À propos de l’Agence spatiale canadienne

Établie en mars 1989, l’Agence spatiale canadienne (ASC) tire son autorité de la Loi sur l’Agence spatiale canadienne, loi sanctionnée en décembre 1990. L’Agence jouit d’un statut équivalant à celui d’un ministère du gouvernement fédéral.

Relevant du ministre de l’Industrie, le premier dirigeant de l’Agence, en l’occurrence le président (dont le statut correspond à celui du sous-ministre), assume la responsabilité de cinq fonctions centrales (Programmes spatiaux, Technologie spatiale, Sciences spatiales, Bureau des astronautes canadiens et Exploitations spatiales), de six fonctions administratives (Vérification, Évaluation et examen, Gestion intégrée, Communications, Développement stratégique, Relations extérieures et Liaison gouvernementale) et de trois fonctions intégrées (Services juridiques, Administration et Ressources humaines). Le président est secondé par la vice-présidente principale et le vice-président à la science, à la technologie et aux programmes.

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.