Accueil » Dossiers » Une terre d’accueil pour la proximité de la matière première

Une terre d’accueil pour la proximité de la matière première

Bien que l’Outaouais soit reconnue principalement pour son industrie du bois, des pâtes et papiers, de la sécurité et des technologies de l’information, la porte demeure néanmoins ouverte pour toute nouvelle entreprise du secteur des produits chimiques désireuse de choisir cette région.

Au Centre local de développement (CLD) de l’endroit, on croit qu’une entreprise a tout intérêt de choisir l’Outaouais non pas pour les crédits de taxes que la région propose, mais plutôt pour des raisons stratégiques.

«Je crois fermement que l’intérêt stratégique, la proximité du marché, la qualité des infrastructures et la proximité de la matière première sont des raisons susceptibles d’intéresser une entreprise spécialisée en produits chimiques de s’installer en Outaouais, dans la mesure qu’elle est innovante et soucieuse de l’environnement», explique le directeur au service des entreprises, développement économique, Ville de Gatineau, Jean Lepage.

Erco

L’Outaouais compte environ cinq entreprises dans le secteur des produits chimiques. Erco est de loin l’employeur le plus important de la région dans ce créneau. C’est le plus grand producteur de chlorate de sodium en Amérique du Nord et le deuxième au monde.

Utilisé dans le blanchiment des pâtes et papiers en remplacement du chlore, ce produit est largement utilisé dans les industries de la région.

Erco dessert plusieurs secteurs comme ceux du traitement municipal et industriel des eaux, de la transformation des aliments, des engrais, des intermédiaires agricoles, du pétrole et du gaz. Quelque 200 travailleurs occupent un emploi chez Erco. «Nous soutenons Erco dans ses démarches pour qu’elle puisse développer de nouvelles applications dans ses sous-produits comme l’hydrogène».

À l’échelle mondiale, Erco est un fabricant de produits chimiques depuis 100 ans et possède le plus grand parc de générateurs de dioxyde de chlore et autres technologies. L’entreprise se hisse au deuxième rang dans la fabrication de produits de potassium.

Cèdres recyclés de l’Outaouais

Une deuxième entreprise que soutient le CLD de Gatineau est Les Cèdres recyclés de l’Outaouais. Celle-ci assure la cueillette des branches de cèdres auprès des citoyens pour ensuite les recycler en huile de cèdre. L’entreprise est le plus gros producteur au monde dans ce créneau. «Nous l’appuyons de différentes façons comme celles de lui trouver des débouchés commerciaux pour ses résidus et la guider dans l’adoption de pratiques de développement durables».

Située dans le parc industriel Richelieu, l’entreprise exporte ses produits principalement aux États-Unis et en Europe. L’huile naturelle de cèdre sert à de multiples usages et joue un rôle dans la fabrication de produits pharmaceutiques, de parfums, de produits de toilette, de cosmétiques, de savons et de détergents, en raison de ses propriétés thérapeutiques et aromatiques.

Défi majeur

Selon M. Lepage, le défi est de taille pour attirer des industries de produits chimiques en Outaouais. Dans le secteur des pigments de peinture, la concurrence internationale est vive et les clients peuvent s’approvisionner en Chine ou en Russie à des prix beaucoup moins élevés. «Ces entreprises qui oeuvrent dans ce créneau sont dépendantes de la mondialisation des marchés. Et c’est la raison pour laquelle nous avons perdu quelques entreprises manufacturières dans la région».

À son avis, pour tenter de convaincre une entreprise de produits chimiques de s’installer dans l’Outaouais, les arguments reposent principalement sur la proximité du marché, c’est-à-dire les institutions fédérales et les infrastructures en place telles, qu’un excellent service ferroviaire desservant l’Amérique du Nord et les distances rapprochées de Montréal et de Toronto.

«Nous recherchons davantage des entreprises à valeur ajoutée et innovatrice. En retour, nous offrons divers incitatifs dont du financement de capital à haut risque assez unique à l’échelle québécoise».

Aucun commentaire.

Répondre