Accueil » Dossiers » Un secteur en pleine expansion dans la Haute-Yamaska

Un secteur en pleine expansion dans la Haute-Yamaska

Le secteur du métal, de la machinerie et du matériel de transport connaît une nette progression dans la Haute-Yamaska. Au point même que depuis 2004, il occupe le pôle d’intérêt pour ce territoire quant au nombre d’emplois au niveau manufacturier.

Ce secteur représente près du tiers des entreprises de la région, employant 25 pour cent de la main-d’oeuvre manufacturière.

«La transformation secondaire du métal représente en région une tradition établie depuis plusieurs décennies», résume Christine Michaud, commissaire à l’industrie pour le Centre local de développement (CLD) Haute-Yamaska.

Jusqu’en 2003, c’est le secteur électronique qui trônait en roi et maître dans la Haute-Yamaska. Le vent a depuis tourné, avec une nette progression pour le secteur métal, machinerie et matériel de transport. En 2006, on a enregistré 3 803 emplois, contre 3 633 en électronique.

Les parcs industriels de la région – dont ceux de Granby et Bromont – accueillent une plus grande diversité d’entreprises dans ce secteur, explique Mme Michaud.

«Nous devançons même les régions de Longueuil et de Saint-Jean-sur-Richelieu. On a pu développer ici un très bon réseau de sous-traitants, qui répond bien aux demandes du milieu manufacturier. Nos entreprises sont innovatrices et savent se démarquer face à la concurrence mondiale», souligne-t-elle.

Cette effervescence, ajoute Mme Michaud, permet d’attirer dans la Haute-Yamaska des entreprises qui ont notamment pignon sur rue dans la région montréalaise.

«Nous sommes à proximité de la frontière américaine et des grands centres (Montréal, Sherbrooke), en plus d’être bien desservis par les principaux axes routiers. Le coût de nos terrains industriels est fort compétitif par rapport aux autres régions, étant moins cher qu’à Montréal et sur la couronne Sud (Longueuil, St-Bruno, etc…).

Un autre facteur qui explique la vitalité de ce secteur est l’implantation de programmes de formation spécialement conçus pour cette main-d’oeuvre spécialisée.

«Ces programmes spéciaux sont développés avec la participation des industries du secteur, afin de répondre spécifiquement à leurs besoins de production manufacturière (technique d’usinage, électromécanique, soudure, techniques de production manufacturière, etc…)», peut-on lire sur le site Internet du CLD Haute-Yamaska.

GE Aviation

De nombreuses entreprises de la Haute-Yamaska, par leur dynamisme et leur avant-gardisme, brillent de tous leurs feux dans le secteur métal, machinerie et matériel de transport. La région regroupe plusieurs chefs de file, avec une forte expertise en production de turbines électriques, de vélos, de véhicules industriels à chenilles, etc…

«En Haute-Yamaska, les entreprises dans le secteur du métal investissent des dizaines de millions $ chaque année, témoignant ainsi de leur vitalité et de leur compétitivité», atteste le CLD Haute-Yamaska.

GE (General Electric) Aviation, à Bromont, représente un exemple probant de réussite. Ce fabricant d’aubes de compresseur (pièces métalliques de formes effilées destinées aux moteurs d’avion) fait sa marque par son association avec Boeing, Airbus, Bombardier et Embraer. Sans ces pièces, le moteur ne pourrait pas développer de poussée suffisante.

«À tous les jours, à toutes les deux secondes, un avion doté d’un moteur GE décolle d’un aéroport qui peut être situé sur les cinq continents», observe Normand Charron, directeur des ressources humaines.

L’usine de GE Bromont, qui existe depuis 25 ans, a fait passer en 2006 sa capacité de production de 1,6 à 2,3 millions de pièces. L’usine fabrique d’ailleurs plus de 450 pièces différentes, avec plus de 700 personnes à son emploi. Par ailleurs, les coûts de production ont été diminués du deux tiers depuis deux ans.

«Nous bénéficions des retombées de l’excellente performance de l’industrie aéronautique depuis trois ans. À Bromont, on se distingue par un haut volume de production, un portefeuille diversifié, une machinerie de haut niveau et un personnel très compétent», clame M. Charron.

L’investissement de 22 M$, annoncé en juillet 2006, a certes galvanisé les troupes. Le contrat décroché pour la fabrication d’aubes à moteur pour le Boeing 787 Dreamliner a permis d’embaucher plus de 120 personnes supplémentaires.

«La qualité des pièces produites, ainsi que des investissements majeurs, ont permis à l’usine de Bromont de se tailler une place enviable dans cette industrie hautement concurrentielle. L’usine a atteint des résultats probants ainsi qu’une performance soutenue. Depuis 25 ans, l’usine de Bromont a grandement contribué au bien-être de la communauté», complète M. Charron.

Aucun commentaire.

Répondre