Accueil » Dossiers » Penser et agir autrement: Quelques idées pour économiser de l’énergie…

Penser et agir autrement: Quelques idées pour économiser de l’énergie…

Dans l’industrie du bois, il est bien connu que le procédé de séchage du bois augmente grandement les coûts de fabrication. Il en est de même pour le séchage du vernis et de la peinture appliqués sur les produits fabriqués en bois.

Et si l’optimisation du procédé de séchage était une clé pour diminuer les coûts…Sauver de l’énergie avec les équipements de chauffage et d’instrumentation et avec des séchoirs en bonne condition…Sauver de l’énergie en mettant en place des mesures d’application énergétiques…Imaginez une facture annuelle d’électricité diminuée de plus de la moitié…

L’équipement de chauffage:

– Pour faire sécher rapidement le vernis ou la peinture sur le bois, utilisez des éléments infrarouges isolés, de préférence des céramiques infrarouges. Vous sauverez de l’énergie et du temps.

– Que vous utilisiez pour vos séchoirs un système de chauffage direct (brisures de bois – résidus de bois plané – etc…) ou indirect (eau – huiles – vapeur – etc…), assurez-vous que votre chaudière ou brûleur soit en bonne condition. Vous profiterez au maximum de l’efficacité énergétique.

L’instrumentation:

– Vérifier l’état des contrôleurs et les moderniser s’il y a lieu.

– Se procurer des contrôleurs appropriés afin de créer des conditions favorisant un procédé de séchage stable.

– Contrôler les opérations de séchage en partant des niveaux d’humidité plutôt que de la température, peut réduire le débit d’air relié aux pertes de chaleur.

Les séchoirs: conventionnels ou sous vide

Que ce soit pour des séchoirs conventionnels ou des séchoirs sous vide, vous aurez toujours besoin d’électricité pour faire fonctionner les moteurs et la ventilation. La quantité d’énergie consommée pour le séchage du bois dépend de plusieurs facteurs. Le séchage du bois requiert l’évaporation de l’eau dans le bois. De plus, le bois a besoin d’une certaine quantité de chaleur pour élever sa température et encore plus pour évaporer l’humidité.

Le coût actuel peut aussi varier énormément selon les spécimens de bois, leurs dimensions, la densité et l’humidité initiale et finale de ce dernier. En plus d’un prix fixe de base, la consommation d’énergie dépendra aussi du bon rendement du système de séchage, de ses pertes de chaleur ou de la réutilisation d’énergie pour l’évaporation l’humidité.

Les pertes de chaleur:

Pour les séchoirs conventionnels, il y a 2 facteurs qui occasionnent des pertes de chaleur: un manque d’isolation et la ventilation.

1) L’isolation:

La perte de chaleur causée par une isolation insuffisante accentue la différence de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur du séchoir. Par conduction thermique l’air passe à travers les murs, le toit, les portes et le plancher du séchoir. Cela contribue à augmenter proportionnellement le temps de séchage et par le fait même, la consommation d’énergie.

2) La ventilation:

L’échangeur d’air est utilisé pour condenser les vapeurs produites pendant le séchage du bois. L’air frais, relativement sec provenant de l’extérieur, passe à travers le séchoir et doit être réchauffé à la température d’opération du séchoir. Par la suite, cette énergie est perdue lorsque l’air est ventilé. Les pertes de chaleur dues à la ventilation dépendent des différences de températures entre l’intérieur et l’extérieur du séchoir. Ces pertes augmentent proportionnellement la quantité d’eau à être évaporée. En tenant compte de ces deux facteurs de perte de chaleur, les séchoirs conventionnels n’utilisent peut-être que 60% à 80% du total de l’énergie destinée au séchage.

Les séchoirs sous vide, surtout utilisés en Europe, peuvent réduire la consommation électrique par unité de production d’environ 55% par année en optimisant le procédé de séchage. Le fait que ce soit sous vide, la vaporisation se fait plus rapidement et à plus basse température. Le bois est chauffé par un système de chauffage indirect (radiateurs à eau chaude par exemple).

Dans des séchoirs sous vide (27’’HG)

La vapeur d’eau dégagée est condensée au moyen de serpentins d’eau froide alimentés à partir d’un réservoir d’eau souterrain. L’eau des serpentins est ensuite refroidie par un échangeur eau/air et re-circulée. Elle servira également au scellement des pompes à vide des séchoirs. L’utilisation de séchoirs sous vide permet:

  1. de standardiser ses temps de séchage sur les douze mois de l’année;
  2. réduire la consommation électrique par unité de production d’environ 55% par année;
  3. elle permet aussi d’augmenter la production annuelle d’une façon assez considérable.

(Réf: le programme Appuis aux initiatives – Systèmes industriels d’Hydro Québec)

L’entretien et l’inspection périodiques:

Planifiez un calendrier d’entretien préventif, lequel peut porter sur des points tels la vérification mensuelle ou trimestrielle des équipements de chauffage (inspection et nettoyage des brûleurs chaudières, etc…), les ventilateurs, les moteurs, les contrôleurs de température, les séchoirs (réparation et amélioration).

Quelques idées pour réduire les coûts d’énergie de vos séchoirs actuels:

(Extrait d’un article écrit pour le «Canadian Wood Products Magazine» par Forintek Canada Corps.)

  1. Dans tous les cas, améliorez l’isolation de vos séchoirs et particulièrement si votre période de séchage est très longue;
  2. Si vous avez des fuites dans vos séchoirs, les réparer afin d’avoir de meilleures conditions de séchage ou afin d’utiliser moins de vapeur ou de vaporiser moins d’eau;
  3. Les pertes de chaleur causées par la ventilation des séchoirs peuvent être réduites en utilisant un échangeur d’air chaud pour préchauffer l’air à son entrée;
  4. S’assurer de ne pas surchauffer vos pièces de bois. En augmentant même de très peu la teneur en humidité (TH final), vous augmentez grandement votre temps de séchage et votre consommation d’énergie;
  5. Trier les pièces de bois pour avoir un produit plus uniforme à faire sécher. Cela contribue à réduire la variabilité du TH final;
  6. Prendre des mesures afin d’améliorer l’uniformité de la température et de la circulation d’air dans le séchoir. Un environnement plus stable contribuera à un TH final plus régulier. Il en résultera peut-être une diminution du besoin de stabiliser le traitement;
  7. S’assurer de conditionner son bois, le faire avec de la vapeur exige énormément d’énergie. Faire le conditionnement en contrôlant de très près le procédé afin de réduire la consommation d’énergie électrique;
  8. Utilisez de préférence, pour la ventilation, une commande à vitesse variable afin de réduire la consommation d’énergie électrique;
  9. Améliorez les ventilateurs et/ou les moteurs pour permettre à votre système d’échangeur d’air d’avoir une plus grande efficacité énergétique.

Pour conclure, il est possible pour les industriels du bois, au moment où le dollar canadien est très fort, d’améliorer leur compétitivité en réalisant des économies d’électricité. C’est en optimisant leur procédé de séchage, qu’ils verront la différence.

Vous pouvez joindre Mme. Françoise Grenon, conseillère en éléments chauffants industriels pour les Manufacturiers Volton
par courriel au francoisegrenon@volton.com

Aucun commentaire.

Répondre