Accueil » Chroniques » Planification successorale : en parler ensemble

Planification successorale : en parler ensemble

Nous sommes nombreux à considérer l’argent comme un sujet tabou. Les recherches ont révélé en effet que plus d’un tiers des Canadiennes et Canadiens évitent d’aborder les questions d’argent avec leur famille. La planification successorale constitue l’un des sujets les plus délicats, personne n’aimant envisager son propre décès ou celui d’un être cher.

Les situations

La situation des gens varie. Certains savent qu’un testament existe, mais ignorent si les parents ont des économies de 5 dollars ou de 5 millions de dollars. En soulevant la question, ils craignent que leurs parents ne les soupçonnent de vouloir simplement se saisir de leur part d’héritage.

D’autres ne savent même pas si un testament existe et encore moins un plan successoral en bonne et due forme. En règle générale, les parents ne gardent pas le secret de ces renseignements pour créer des ennuis, mais plutôt parce qu’ils ont toujours considéré l’argent comme une question d’ordre privé et que, pour eux, cela le restera.

Briser la glace

Malgré les difficultés, il est important que vous exprimiez vos souhaits et vos intentions pour être sûr que vos dernières volontés soient respectées. Échanger des renseignements peut également éviter des notes faramineuses du notaire ou des services funéraires.

Être attentif aux entrées en matière; la discussion pourrait être entamé par une simple phrase comme: « je pense que je vais vendre ce meuble antique » qui conduirait à une discussion sur l’héritage familial. Lancer la conversation; un enfant adulte pourrait aborder ses parents de la manière suivante: « Je n’ai pas besoin de connaître tous les détails; je voudrais simplement savoir si tu as mis au point un plan successoral et s’il est à jour ».

Renseignements à partager

Vous n’avez pas besoin de connaître tous les détails du plan successoral de vos parents, mais certains renseignements sont utiles. Où sont les documents importants (testament, déclarations de revenus, comptes bancaires, actes de propriété, dossiers d’assurance, etc…)?

Qui est le notaire, le planificateur financier, le comptable, le liquidateur testamentaire? Qui est le tuteur des enfants mineurs?

Existe-t-il des instructions pour les obsèques? Où sont-elles? Es-ce que les obsèques sont payées d’avance? Existe-t-il d’autres dispositions particulières? Existe-t-il un mandat en cas d’inaptitude? Dans ce document, une personne donne à une autre le pouvoir légal d’administrer ses biens financiers dans le cas où elle deviendrait inapte avant son décès. Existe-t- il un document consignant des directives en matière de soins de santé (testament biologique)? S’il y a des enfants mineurs, il faudrait obtenir les renseignements sur les arrangements financiers qui ont été pris pour ces enfants.

Parlez-en régulièrement

Parler du plan successoral n’est pas facile et ne doit pas être un événement ponctuel. Les choses changent. Les gens divorcent et se remarient. Les tuteurs quittent le pays, les liquidateurs décèdent prématurément. Aussi, réexaminez régulièrement votre plan successoral et tenez votre famille et autres personnes clés au courant. De même, la législation peut changer. Il est donc recommandé de discuter des nouvelles lois qui pourraient avoir une incidence sur votre plan successoral avec votre planificateur financier, votre notaire et votre famille.

Vous pouvez joindre M. Michel Roy du Groupe Action Financière au
(418) 624-0850 ou par courriel au mroy@gaf.qc.ca

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.