Accueil » Chroniques » La retraite… revisitée…

La retraite… revisitée…

Mon grand-père n’a probablement jamais entendu parler de retraite telle que nous la concevons aujourd’hui. Le concept est apparu avec la notion de gouvernement paternaliste des années 1970 et l’accroissement soudain de la bureaucratie.

D’un coup, tout le monde s’est mis à rêver de pouvoir s’amuser passé 50 ans… Selon les croyances véhiculées à l’époque, il s’agissait de travailler entre 25 et 35 ans de notre vie pour pouvoir profiter de la liberté totale pour le reste de nos jours et cela, sans souci financier. Nos gouvernements allaient s’occuper de tout…

Quelques décennies plus tard, pour plusieurs, le concept de Liberté 55 s’est graduellement transformé en liberté 65 ou même en liberté 75…

Plusieurs facteurs sont venus affecter ce grand rêve commun. D’abord, l’indexation des taux d’imposition a fait en sorte de réduire les revenus disponibles ; et malgré cela, nos gouvernements ont réussi à manquer d’argent, causant le désengagement de ceux-ci dans ce beau projet de société.

La donne a aussi été modifiée par toute une série de réformes fiscales qui ont réduit, de façon drastique, les méthodes d’accumulation de capital : certificats de rentes différées, transferts de fonds de pension et autres outils financiers sont disparus du paysage.

Du côté démographique, nos gouvernements ont soudain réalisé que la population vieillissait et qu’il manquerait de travailleurs actifs pour soutenir le nombre grandissant de retraités, sans compter que ceux-ci vivraient beaucoup plus longtemps que les retraités des années 60-70.

Enfin, de moins en moins d’entreprises sont disposées à offrir des fonds de pension à prestations déterminées, préférant plutôt laisser leurs employés gérer leurs propres affaires et prendre leurs propres risques.

Au Québec dans les années 60, chaque retraité pouvait compter sur 8 travailleurs pour soutenir les coûts sociaux. Aujourd’hui, 3 de ces travailleurs sont partis eux aussi à la retraite pour n’en laisser que 5; et d’ici une vingtaine d’années, ce même retraité ne pourra compter que sur 2 travailleurs pour contribuer à la caisse commune.

La réforme

C’est ce qui explique les changements proposés à la Régie des Rentes du Québec, changements qui devraient être annoncés sous peu. Cette réforme de la RRQ vise entre autres, à retarder l’âge officiel de la retraite pour ceux qui le souhaitent. Mais plusieurs autres ajustements seront apportés qui viendront affecter nos rentes de retraite. Des calculs plus précis devront être effectués avant de prendre une décision finale.

Les sondages

Il semble que plus on fait de sondages, moins les choses changent. Nous pouvons constater que beaucoup de gens en sont encore à l’étape du rêve lorsqu’il s’agit de préparer leur retraite. Même les questions les plus élémentaires n’ont pas encore été posées ou répondues.

  • Quels seront mes besoins financiers à la retraite ?
  • D’où viendront mes revenus ? Épargnes, gouvernements, fonds de pension ?
  • De quel taux de rendement ai-je besoin pour atteindre mes objectifs ?
    Un petit 1 % de rendement peut faire toute une différence sur une longue période de temps.
  • Combien dois-je mettre de côté ? Avec ou sans l’aide des gouvernements ?

Si vous êtes jeunes, vous répondrez probablement que vous n’avez pas les moyens d’économiser… mauvaise réponse. Une heure passée avec un planificateur financier pourrait vous prouver le contraire. Des études très sérieuses menées auprès de milliers de ménages ont prouvé, hors de tout doute, que l’on peut facilement économiser 5 % de ses revenus sans aucun impact sur le niveau de vie actuel.

Si vous êtes un peu moins jeune, pourquoi ne pas obtenir un rapport détaillé de votre situation et des différents scénarios que vous pourriez envisager : y incluant la possibilité de transférer votre patrimoine à vos enfants, de faire des dons ou bien de créer des fiducies pour mieux protéger vos héritiers.

Lors de la planification de votre retraite, ces questions et bien d’autres devraient faire partie de la discussion. Il ne s’agit pas ici de seulement se contenter de prévoir s’il va rester assez d’argent pour vivre, mais plutôt de planifier inter-générations.

Quel est votre plan pour les trente années que vous vivrez après votre vie de travail ?

Vous pouvez joindre M. Michel Roy du Groupe Action Financière au
(418) 624-0850 ou par courriel au mroy@gaf.qc.ca

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.