Accueil » Dossiers » L’avenir appartient aux jeunes entreprises dynamique

L’avenir appartient aux jeunes entreprises dynamique

Dans le secteur des produits électriques et électroniques, l’Estrie et tout particulièrement la ville de Sherbrooke, devrait continuer de connaître une croissance lente mais sûre au cours des prochaines années.

Et cette croissance devrait passer par l’émergence de petites entreprises, jeunes et dynamiques indique Pierre Dagenais, directeur général de la Société de Développement Économique (SDE). Celui-ci précise que les plus grosses entreprises, dont le mandat est d’effectuer plutôt de la sous-traitance, ne suivent pas nécessairement le même parcours.

« On se demande toujours si elles (entreprises) vont demeurer concurrentielles ou n’iront pas déménager leurs activités dans une de leurs succursales quelque part en Asie. Certaines sont un peu menacées du fait que des géants tels Nortel bat de l’aile actuellement ».

La capitale de l’Estrie compte 14 711 emplois industriels et 450 entreprises. De ces résultats, 1 340 travailleurs occupent un poste dans l’une des 21 entreprises du secteur des produits électriques et électroniques.« En termes d’emplois, c’est très important. L’an dernier, le secteur a enregistré une croissance de 2 % et tout laisse croire que ça va se poursuivre ainsi. C’est la politique du petit train qui va loin ».

PME dynamiques

Sur les 21 entreprises répertoriées, 17 d’entre elles sont des PME ayant moins de 30 employés. Ce qui est le cas du groupe Énerstat, une entreprise de 15 travailleurs, spécialisée dans la fabrication de systèmes pour la récupération de l’énergie. « C’est la nouvelle économie. Les entreprises qui apportent des solutions sont appelées à connaître la croissance.

Pour ce qui est des 4 grosses entreprises, l’une d’elles Astroflex qui compte 150 travailleurs vient d’être achetée par une société californienne. « Cela va donner un deuxième souffle dans le développement de nouveaux produits du fait que c’est coûteux d’investir dans cette voie ». Astroflex produit des pièces et des composants électroniques, dont les démarreurs à distance.

Nouvelles réglementations

Depuis juillet dernier, tous les fabricants d’équipements et de composants électriques et électroniques ont reçu la directive de se conformer à de nouvelles réglementations internationales visant la protection de l’environnement. À Sherbrooke, Pierre Dagenais ne croit pas que les nouvelles mesures soient réellement contraignantes.

« Nous avons très peu d’entreprises polluantes. La ville est un modèle en termes de recyclage et de récupération. Les centres de triage poussent comme des champignons et tout est récupéré : les métaux tel le plomb, ordinateurs, produits chimiques, etc… Ici, l’environnement et le développement durable sont deux éléments importants dans la vie de tous les jours ».

Avenir prometteur

Pour Pierre Dagenais, le défi à relever au cours des prochaines années en Amérique du Nord est celui de la main-d’oeuvre. Ce qui est loin d’être le cas à Sherbrooke puisque, dit-il, une personne sur quatre a complété ses études de secondaire V et même plus.

«Trente mille étudiants demeurent ici, nous avons deux universités et trois collèges, ce qui représente une masse critique pour une population de 145 000 habitants. L’avenir est prometteur et nous avons ce qu’il faut pour répondre aux besoins de demain».

Aucun commentaire.

Répondre