Accueil » Chroniques » Le marquage dans l’industrie du meuble

Le marquage dans l’industrie du meuble

Le marquage devient de plus en plus une étape importante pour la production en usine dans l’industrie du meuble.

L’identification de la pièce de bois par des systèmes de marquages automatisés programmables pour apposer un logo et identifier les pièces coupées et/ou les pièces de bois usinées, fait partie des besoins de l’industrie soit pour s’identifier comme fabriquant ou pour le processus d’assemblage ou encore le transport.

Les solutions automatisées pour ce genre de production sont restreintes parce que les contraintes sont connues. Les principales contraintes sont : la poussière et selon l’application, la vitesse. Les entreprises ne veulent surtout pas réduire leur vitesse de production pour marquer les pièces et cela devient le problème déterminant à régler parce que plus on va vite plus l’équipement a besoin d’entretien et les temps d’arrêts sont très coûteux dans cette industrie.

Un système de marquage robuste, à l’épreuve de la poussière (IP64), est relativement facile à trouver aujourd’hui cependant, dans notre monde d’efficacité et de productivité l’important est de réduire au minimum ou même de penser à éliminer les temps d’arrêts.

Le système à jet d’encre continu (C.I.J. Continuous Ink-Jet) est particulièrement efficace en production du bois pour un marquage ne dépassant pas un pouce de hauteur. Certains systèmes peuvent atteindre jusqu’à 360 mètres par minute. Ces chiffres varient selon la hauteur du texte.

Ce système mélange l’encre et le solvant pour permettre à l’encre d’être sec ou presque sec au contact du produit à marquer et ainsi limiter sa pénétration dans le bois. La tête d’impression doit pouvoir se refermer et se sceller pour permette des arrêts d’opérations pendant plusieurs jours sans avoir à vidanger, à ajuster et à nettoyer tout le système.

Les systèmes ( D.O.D Drop on demand ) pour un marquage avec logo beaucoup plus gros peuvent aussi être utilisés dans l’industrie du meuble. Les bons systèmes sont modulaires et flexibles et aussi à l’épreuve de la poussière (IP64). La vitesse de production est la contrainte principale. Souvent, on devra faire alterner le marquage avec deux, trois ou même quatre têtes de marquage pour permettre le refroidissement des composantes mécaniques. Aussi, prévoir l’acquisition de têtes de marquage supplémentaires pour faire une rotation et la maintenance de chacune d’elles.

Le système à jet d’encre thermique (T.I.J. Thermal Inkjet) n’est pas un système très rapide mais il possède des particularités intéressantes selon les besoins de l’application. Il permet un marquage à haute résolution de logos et de codes à barres jusqu’à 600 dpi. Il est facile à utiliser et programmable. Il est excellent pour le bois ou le carton et permet une variété de caractères et de couleurs. Il est possible d’utiliser plusieurs têtes en même temps. Il est flexible et n’exige pas de temps d’arrêts fréquents.

L’installation demeure une étape importante de l’implantation d’un procédé de marquage automatisé en usine. Faites appel à des gens compétents et demandez toujours de procéder à des tests dans votre entreprise pour évaluer l’équipement dans votre environnement avec toutes les contraintes que celui-ci comporte.

Le marquage du bois requiert un système de marquage de qualité. Des professionnels seront en mesure de vous aider dans vos choix.

Bonne chance dans vos démarches.

Vous pouvez joindre Kristian Marina, responsable du Développement des affaires chez Redemac Inc. au (514) 335-9570 ext 22 kristian@redemac.com

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.