Accueil » Dossiers » Éco-conception

Éco-conception

Le Centre national de recherche du Canada et l’Institut de développement de produits travaillent conjointement à mettre sur pied un projet visant à sensibiliser les Québécois à l’éco-conception, c’est-à-dire cette notion qui entoure tout le développement d’un produit jusqu’à sa mise en marché en respect avec l’environnement.

À l’heure actuelle, la tendance est plutôt de se préoccuper du recyclage des déchets, alors que le processus de conception et de fabrication d’un produit engendre souvent des répercussions négatives à l’environnement si les usagers ne le font pas dans les règles de l’art du développement durable.

Développement durable

Le développement durable tient compte du cycle de vie complet d’un produit. Au moins trois facteurs sont pris en compte : la consommation d’énergie, le recyclage des matières premières et les conséquences sur l’environnement qu’ont la méthode de fabrication et l’utilisation du produit. Un autre aspect, et non le moindre, est de prévoir un mécanisme visant à faire disparaître le produit à la fin de son cycle durable sans nuire à l’environnement. Cette phase doit se faire à la conception du produit.

Au Québec, l’éco-conception en est à ses premiers balbutiements. Selon le Centre national de recherche du Canada et l’Institut de développement de produits, il n’y a pas d’entreprises québécoises qui ont encore adopté le développement durable dans leurs politiques.

Mais la sensibilisation fait son chemin. Certaines entreprises démontrent un intérêt plus grand que d’autres. C’est le cas notamment de celles qui exportent en Europe et au Japon.

Coûts supplémentaires

Dès cette année, plusieurs produits sont interdits en Europe ou le seront incessamment. Des entreprises auront l’obligation de récupérer leurs produits à la fin de leur vie utile.

Certes, cela va entraîner des coûts supplémentaires aux entreprises qui devront se demander, avant d’investir dans la fabrication ou l’exportation d’un produit en Europe, si le jeu en vaut la chandelle.

Banques de données

Malgré toute la bonne volonté des entrepreneurs québécois de vouloir adopter la politique de l’éco-conception, le Centre national de recherche du Canada et l’Institut de développement de produits admettent que plusieurs questions demeurent sans réponses et que les outils ne sont pas encore tous en place.

C’est le cas notamment de certaines banques de données spécialisées qui analysent le cycle de vie de divers produits. Malheureusement, la version québécoise de ces banques n’est pas encore complétée.

De plus, ces banques de données permettent à l’entrepreneur de bien calculer quel sera le meilleur coût énergétique à utiliser pour fabriquer un produit.

Aide financière

Au moment d’écrire ces lignes, il n’y avait pas encore d’aide gouvernementale disponible aux entreprises désireuses d’effectuer le virage. En revanche, les intéressés peuvent s’adresser à l’institut de développement de produits afin d’être dirigés et conseillés dans leurs projets d’éco-conception.

Aucun commentaire.

Répondre