Accueil » Dossiers » Fabrication d’éoliennes : Plus de 50 M $ d’investissement en Gaspésie

Fabrication d’éoliennes : Plus de 50 M $ d’investissement en Gaspésie

Tout ne va pas mal en Gaspésie, car il y eu des investissements de plus de 50 M $ en 2004-2005 pour devenir le creuset industriel de la fabrication d’éoliennes au Québec de grande puissance.

À Matane, deux usines de la compagnie Marmen Energie de Trois-Rivières ont été construites dans le parc industriel au coût de 25 M $ créant 120 emplois permanents. La première fabrique des tours et la seconde procède à l’assemblage de nacelles destinées à des éoliennes d’une puissance de 1,5 MW qui seront érigées en Gaspésie entre 2006 et 2012.

À Gaspé, l’usine de LM Glasfiber ( propriété danoise et de l’américaine GE ) a, comme à Matane, déjà débuté sa production. L’usine de 100 000 pi2, un investissement de 30 M $, pourrait atteindre une superficie de 400 000 pi2 si la demande est au rendez-vous.

« Je suis convaincu qu’avec le 2 000 MW, il y aura d’autres usines lorsqu’on connaîtra les turbiniers qui seront choisis. Il y a dans cet appel d’offres des incitatifs additionnels pour des composantes à haute teneur technologique qui ne sont pas fabriquées dans la région. Lors de l’annonce du 1000 MW en juin 2003, on parlait de la création de 1000 emplois, on n’en est pas loin si on inclut tous les sous-traitants… », souligne Jean Desrosiers, directeur général du TechnoCentre éolien Gaspésie Iles-de-la-Madeleine à Gaspé.

Le TechnoCentre a pour mission de contribuer à l’essor d’une filière éolienne et à la concertation des intervenants des secteurs privé et public pour ainsi concrétiser le leadership du Québec dans le développement du secteur éolien par l’entremise de la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine et de la MRC de Matane.

À Gaspé, l’usine de LM Glasfiber fournira les pales de huit projets d’éoliennes en Gaspésie, correspondant à une production annuelle de 240 MW d’électricité, et d’autres destinées à des projets éoliens dans les Grands Lacs et en Nouvelle-Angleterre totalisant 1400 MW sur les dix prochaines années.

Quelque 140 personnes travailleront dans cette usine où l’on prévoit fabriquer, en période de pointe, deux pales d’éolienne par jour sur trois quarts de travail.

La construction de cette usine consolidera la position de LM Glasfiber en tant que principal fournisseur de pales d’éoliennes en Amérique du Nord avec ses installations du Dakota du Nord.

Un autre volet de cette jeune industrie prend aussi son envol en Gaspésie. La première tour canadienne de mesure des vents, haute de 80 mètres, installée sans grue, a été fabriquée par le Groupe Ohméga de Gaspé. À Chandler, Plastiques Gagnon implante une usine de petites éoliennes de 22 kW et de 35 kW, un investissement total de 3,3 M $ qui créera d’ici cinq ans une centaine d’emplois, sans compter une compagnie de transport de composantes d’éoliennes à Murdochville où se construit aussi un grand parc éolien.

Un centre de recherche sur l’implantation d’éoliennes en milieu nordique pourrait aussi voir le jour dans cette ville qui a été marquée par la fermeture de la mine Noranda.

Avec le deuxième appel d’offres de 2 000 MW, le Québec disposera, d’ici 2013, d’une capacité de production éolienne de près de 3 500 MW et d’une base industrielle de fabrication de composantes d’éolien, l’équivalent de plus de 7 % de la puissance éolienne installée actuellement dans le monde ou la consommation en énergie de plus de 400 000 résidences.

Aucun commentaire.

Répondre