Le gouvernement annonce l’Opération main-d’œuvre

Ingénieure en automatisation d'usine

Le premier ministre du Québec, M. François Legault, annonce l’Opération main-d’œuvre, soit un investissement de 3,9 milliards de dollars, dont 2,9 milliards en crédits additionnels, pour s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre dans 6 secteurs priorisés de la province.

Cette action attendue est la première phase d’une offensive évolutive, prévient le gouvernement, puisque le manque de main-d’œuvre, dans un contexte postpandémique de croissance économique, où le vieillissement de la population s’accélère, est un défi auquel le Québec risque de faire face pour les dix prochaines années.

Près de 80 mesures pour six domaines d’activité sont présentées. Ces mesures mettent avant tout l’accent sur trois services publics essentiels et sur trois domaines économiques stratégiques :

Services publics essentiels :

  • La santé et des services sociaux, dont la santé mentale et la protection de la jeunesse.
  • Le secteur de l’éducation et celui des services de garde à l’enfance.
  • Les services à la population, où des efforts particuliers seront consentis dans le but d’intégrer 60 000 personnes qualifiées supplémentaires.

Le gouvernement tient à souligner que les mesures vont permettre d’augmenter l’embauche de personnel en plus d’améliorer l’organisation du travail et les conditions de travail pour favoriser le maintien en emploi des employés.

Secteurs stratégiques pour l’économie du Québec :

  • Les technologies de l’information.
  • Le génie.
  • La construction.

Ces domaines ciblés, d’une part, parce qu’ils font face à des défis importants de main-d’œuvre, participent à l’accroissement de la productivité des entreprises de différents secteurs d’activité. Au total, 110 000 travailleurs qualifiés seront ajoutés dans ces secteurs.

« On lance l’Opération main-d’œuvre pour s’attaquer à la pénurie de main-d’œuvre. On annonce près de 80 mesures concrètes pour aller chercher 170 000 travailleurs additionnels d’ici 5 ans. On parle d’un investissement de 3,9 milliards! Avec les mesures qu’on présente aujourd’hui, on veut fournir rapidement plus de main-d’œuvre à des secteurs névralgiques pour le Québec. Ça va permettre d’offrir des services publics de qualité, de bâtir des infrastructures d’avenir dans toutes nos régions et d’accélérer la croissance de nos entreprises dans des secteurs stratégiques. », indique M. Legault lors de l’annonce, qui était accompagné du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, et de la ministre de l’Enseignement supérieur, Mme Danielle McCann.

Formation et régionalisation

Comme l’éducation demeure sa grande priorité, le gouvernement aidera les Québécoises et les Québécois à développer leurs compétences en rendant la formation plus attrayante dans ces domaines, grâce notamment à un soutien financier et à des approches « alternance travail-études ».

Parallèlement à la mise en place de ces mesures, le gouvernement misera, entre autres, sur la régionalisation de l’immigration pour répondre aux besoins en matière de main-d’œuvre de toutes les régions du Québec. 

Du côté de l’enseignement supérieur, un important programme de bourses incitatives en enseignement supérieur afin d’accroître le nombre de personnes qualifiées dans les professions en manque de main-d’œuvre dans les services publics essentiels et les domaines stratégiques pour l’économie du Québec sera déployé.

Les professions ciblées sont notamment les analystes, les programmeurs, les ingénieurs et technologues en génie, les infirmières cliniciennes et auxiliaires, les inhalothérapeutes, les psychologues, les travailleurs sociaux, les enseignants aux niveaux préscolaire, primaire et secondaire ainsi que les techniciens en éducation spécialisée et les éducatrices en services de garde à l’enfance.

Le programme permet d’accorder, en plus des aides déjà prévues par le Programme des prêts et bourses actuel, des bourses incitatives après chaque session réussie à temps plein :

  • 1 500 $ par session au collégial, soit une bourse totale de 9 000 $ pour un programme de trois ans;
  • 2 500 $ par session à l’université, soit une bourse totale de 15 000 $ pour un programme de trois ans et de 20 000 $ pour un programme de quatre ans.

Tous les étudiants québécois inscrits à temps plein dans les domaines prioritaires déterminés seront admissibles, qu’ils soient en début, au milieu ou encore à la fin de leur cheminement, et ce, dès la session d’automne 2022.

Le coût de cette mesure est estimé à 1,7 milliard de dollars d’ici 2025-2026.

« Je mise énormément sur les mesures en éducation qui visent à rendre les conditions d’apprentissage aussi attrayantes que possible, tant pour la formation que pour la requalification et le rehaussement des compétences. Une main-d’œuvre qualifiée est essentielle non seulement pour soutenir notre économie, mais aussi pour assurer la continuité des services offerts à la population. Nous nous attaquons donc au phénomène de façon musclée en nous assurant que nos travailleurs possèdent les outils les plus performants pour participer pleinement à la prospérité du Québec. », selon M Boulet.

Premier axe sur trois

Cette annonce de l’Opération Main-d’œuvre est donc le premier axe de trois, qui est consacré aux mesures globales s’appliquant simultanément à plusieurs secteurs.  Le deuxième axe sera consacré aux mesures mises en place spécifiquement dans la santé et les services sociaux, l’éducation et les services de garde éducatifs à l’enfance. Le troisième axe présentera les mesures spécifiques des technologies de l’information, le génie et la construction. D’autres annonces suivront dans les prochaines semaines.

Détails de l’Opération main-d’œuvre

Source


D’autres articles de la catégorie Main-d’œuvre pourraient vous intéresser

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :