Première au Québec – Nouvelle usine de transformation de matières résiduelles non recyclables et non compostables en biocarburant à Varennes

Dans un accord commun d’investissement dans les infrastructures vertes, les gouvernements du Canada et du Québec octroient plus de 230 M$ pour la conception et la construction d’une usine de biocarburants cellulosiques à Varennes, un projet évalué à 687 millions de dollars qui entraînera la création au Québec de plus de 500 emplois pendant la construction et environ 100 emplois lors de son exploitation, tout en soutenant les efforts en matière de relance économique verte.

Les gouvernements du Canada et du Québec appuient ainsi une transition continue vers une économie axée sur une croissance propre et durable qui bénéficiera aux Québécois, puisqu’une fois construite, cette usine servira à transformer les matières résiduelles non recyclables et non compostables en biocarburants qui pourront remplacer l’utilisation d’énergies fossiles. Elle permettra également de réduire l’enfouissement et l’incinération des matières résiduelles. Ainsi, l’usine contribuera à une diminution substantielle des émissions des gaz à effet de serre (GES).

« Notre investissement dans ce projet va renforcer une entreprise innovante établie ici, au Québec, en plus de consolider notre leadership dans les technologies vertes. Avec une réduction de 170 000 tonnes de CO2 par année, ça veut dire plus de richesse et moins de GES. Nous avons de grands défis devant nous avec la relance économique, mais nous devons être capables de saisir les occasions de miser sur des domaines d’avenir. Nous devons bâtir un Québec à la fois plus vert et plus prospère. Un Québec plus fier, » selon M. Legault

L’annonce a été faite par le premier ministre du Québec, François Legault, accompagné de la ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, l’honorable Catherine McKenna, de la ministre du Développement économique et des Langues officielles, l’honorable Mélanie Joly, du Leader du gouvernement à la Chambre des communes et lieutenant pour le Québec, l’honorable Pablo Rodriguez, du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, et du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien.  Le maire de Varennes, Martin Damphousse, était également de la partie pour célébrer la réalisation du projet Recyclage carbone Varennes, qui constitue la première usine de ce type au Québec.

Le gouvernement du Québec accorde plus de 160 millions de dollars à la réalisation du projet Recyclage carbone Varennes. Pour sa part, le gouvernement du Canada y contribue au montant de70 millions de dollars dans le cadre du programme d’infrastructure Investir dans le Canada, ainsi qu’un montant de 4 millions de dollars de Développement économique Canada. À ces contributions s’ajoute l’appui financier de partenaires stratégiques majeurs, soit Shell Canada Products, Suncor Energy et Proman, en plus de la participation d’Enerkem, entreprise québécoise qui a développé la technologie novatrice qui sera utilisée à Varennes.

« L’usine de biocarburants cellulosiques de Varennes transformera les déchets en carburant, soutiendra la technologie canadienne de fine pointe et contribuera à assurer un air plus pur à nos enfants et petits-enfants. Ce projet, soutenu par un investissement fédéral de 74 millions de dollars, contribuera à lutter contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, ce qui équivaut à retirer 50 000 voitures de la circulation chaque année, tout en créant de bons emplois. Le plan d’infrastructure du Canada investit dans des milliers de projets, crée des emplois dans tout le pays et bâtit des communautés plus propres et plus inclusives, » déclare Mme McKenna.

Usine de biocarburants cellulosiques

Le projet consiste en la construction d’une bioraffinerie qui produira des carburants de remplacement (méthanol/éthanol) ayant une faible intensité carbone. Ces biocarburants seront produits à partir de résidus forestiers comme les écorces et de matières résiduelles non recyclables et non compostables provenant des centres de tri, des entreprises de construction et de démolition, et du secteur des institutions, des commerces et des industries.

Cette usine servira à transformer plus de 200 000 tonnes métriques de déchets par année en près de 130 M de litres par année de méthanol ou d’éthanol qui pourront ensuite être vendus en remplacement de carburants à base de pétrole. L’usine permettra aussi de réduire l’enfouissement et l’incinération des déchets et matières résiduelles. Ces activités contribueront ainsi à une diminution substantielle des émissions de gaz à effet de serre, soit l’équivalent de retirer 50 000 voitures de la circulation sur une base annuelle.

L’usine de Varennes utilisera une technologie brevetée détenue par Enerkem, qui a été inspirée de travaux de recherche-développement menés par le professeur Esteban Chornet de l’Université de Sherbrooke. Crée en 2000, le procédé thermochimique d’Enerkem permet de transformer rapidement les molécules de carbone contenues dans les déchets en des carburants à faible teneur en carbone.  Enerkem possède également une autre usine à Edmonton, en Alberta, qui est exploitée depuis 2016.

Source Source(2)


Les articles de la catégorie Énergies renouvelables pourraient vous intéresser

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: