Important contrat fédéral au Chantier Davie Canada

Ces contrats seront attribués dans le cadre du volet des projets de réparation, de radoub et de maintenance de navires de la SNCN. Les 12 frégates de la classe Halifax pourront ainsi continuer de faire l’objet de travaux de maintenance et d’ingénierie jusqu’à la livraison des navires de combats canadiens.

Ces PAC font suite à une vaste consultation de l’industrie lancée en décembre 2016. Il a été établi à la lumière de cette consultation que ces 3 chantiers navals canadiens possèdent les effectifs et l’infrastructure nécessaires pour exécuter les travaux nécessaires dont les frégates de la classe Halifax ont besoin.

Avec ces PAC, le Canada déclare son intention de passer des contrats avec ces 3 chantiers navals canadiens identifiés. Les autres fournisseurs intéressés à soumissionner l’un de ces contrats disposent de 15 jours civils pour signaler leur intérêt en soumettant un « énoncé de capacités » qui satisfait aux exigences décrites dans les PAC.

« Tel que souligné dans notre politique de défense, Protection, Sécurité, Engagement, nous nous assurons que nos femmes et hommes de la Marine royale canadienne sont équipés avec les navires dont ils ont besoin pour servir les Canadiens. Notre gouvernement prend les mesures nécessaires pour que nos frégates modernisées de la classe Halifax puissent continuer à protéger les eaux canadiennes et à contribuer de façon significative aux opérations internationales. Ces contrats permettront à nos frégates de rester disponibles pour les opérations tout en augmentant le nombre d’emplois et revitalisant les capacités de maintenance de navires au Canada, tel que mentionné dans notre Stratégie nationale de construction navale », a mentionné Harjit S. Sajjan, Ministre de la Défense nationale.

Réaction de la FCCQ

L’octroi d’un contrat du gouvernement fédéral pour le chantier maritime Davie est une bonne nouvelle pour la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), puisqu’il assurera le maintien des opérations de l’entreprise pour un bon nombre d’années, tout en répondant aux besoins de maintenance des navires du gouvernement canadien. Du même souffle, la FCCQ rappelle que le défi à court terme est le maintien des travailleurs à la Davie, puisque les contrats ne seront pas mis à exécution avant 2021.

« C’est une nouvelle réjouissante pour l’industrie maritime québécoise. L’annonce d’aujourd’hui reconnait la place du Québec comme joueur important pour répondre aux besoins de la Marine royale canadienne », déclare Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ.

La FCCQ s’est activée au cours des dernières années à faire valoir auprès du gouvernement fédéral l’importance d’accorder une place prépondérante aux chantiers maritimes québécois dans l’octroi de ses contrats.

Ces contrats octroyés à la Davie et les deux chantiers maritimes d’Halifax et Victoria, permettront la maintenance de 12 frégates canadiennes, dont une partie sera assumée par l’entreprise de Lévis. Cette décision représente un bon pas en avant et permettra de combler rapidement les nombreux besoins, alors que d’ici 2030, le Canada devra construire ou rénover entre 40 et 45 navires. L’état de vétusté des brise-glaces actuels constitue toujours une menace à l’efficacité de nos corridors commerciaux en temps hivernal.

« Le Canada a également besoin de chantiers maritimes de moins grande taille, mais tout aussi performants pour réaliser ses nombreux projets de construction, de rénovation et de réparation navales. La capacité des chantiers navals québécois doit également être mise à contribution afin de répondre aux besoins du Canada », poursuit M. Forget.

L’Obélix pour maintenir les travailleurs en poste à la Davie

Le gouvernement fédéral avait signifié l’année dernière son refus d’aller de l’avant avec l’achat prévu d’un deuxième navire ravitailleur l’Obélix, alors que les besoins sont réels et que l’Astérix avait été livré avec succès, dans le respect des échéanciers et des coûts estimés.

« Bien que l’annonce d’aujourd’hui soit positive, le gouvernement doit garder à l’esprit que dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, notamment dans l’industrie maritime, la Davie doit être en mesure de maintenir ses travailleurs et son expertise au sein de son chantier maritime », soutient M. Forget.

« Le gouvernement fédéral devrait considérer l’octroi du contrat Obélix qui répondrait à deux enjeux importants, livrer un navire ravitailleur nécessaire aux opérations de la Marine royale canadienne et ce, à l’intérieur de 24 mois, et maintenir l’expertise sur place jusqu’au début des contrats annoncés aujourd’hui, pour 2021 », a conclu Stéphane Forget.

Source: Services publics et Approvisionnement Canada et Fédération des chambres de commerce du Québec

Source photo: Davie

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :