Accueil » Dossiers » Du papier hygiénique de Rouyn-Noranda distribué d’un océan à l’autre

Du papier hygiénique de Rouyn-Noranda distribué d’un océan à l’autre

Distributeur de produits sanitaires depuis plus de 25 ans, Denis Pilon rêvait depuis longtemps de fabriquer son propre papier hygiénique. Lorsque le gouvernement a annoncé une série de mesures pour diversifier l’économie des régions ressources, il a plongé.

Six ans après sa création, ABP Canada produit plus de 4 millions de rouleaux par année. Pas moins de 95% de sa production est exportée à l’extérieur de la région. Des gens de partout au Canada, des États-Unis et du Chili utilisent ce papier hygiénique pour leurs besoins. La petite manufacture emploie une vingtaine de personnes, mais ce nombre est appelé à croître à court terme.

«Nous allons doubler notre superficie et lancer deux nouvelles chaînes de montage pour doubler notre capacité de production. Actuellement, nous sommes à l’étroit.

Je dois admettre que notre production actuelle dépasse ce que l’on avait prévu», indique celui qui a hésité entre installer son usine dans la région de Montréal ou à Rouyn-Noranda. Il a choisi l’Abitibi pour la qualité de vie, mais aussi les leviers économiques mis en place par le gouvernement. Son entreprise a surtout profité du crédit lui permettant de couvrir 40% sur la masse salariale (30% maintenant).

«C’est très important pour nous. Ça nous a permis d’atteindre la rentabilité plus rapidement et de combler le désavantage que constituent nos coûts de transport par rapport à nos concurrents», soutient Denis Pilon.

Deuxième et troisième transformations

En Abitibi-Témiscamingue, les entreprises de troisième transformation comme ABP Canada sont plutôt rares. C’est pourquoi son succès est encourageant et a donné de nouvelles idées à Denis Pilon. L’entreprise a maintenant l’ambition de se lancer dans la deuxième transformation. Actuellement, ABP Canada importe des États-Unis d’immenses ballots de papier qu’elle transforme en rouleaux. «Ce que l’on aimerait à moyen terme, c’est de fabriquer notre propre papier en achetant de la pâte d’une usine en région. De cette façon, on réaliserait les première, deuxième et troisième transformations dans la région, ce qui est très rare actuellement», affirme Denis Pilon.

 Le papier de Jacques Villeneuve

Outre le fait que sa technologie soit très avancée – ce qui a permis à ABP Canada de se démarquer – c’est le réseau de contacts de Denis Pilon. Présent depuis 25 ans dans le domaine des produits sanitaires pour les entreprises, il a utilisé son réseau pour distribuer son papier. Il est d’ailleurs présent dans des endroits de prestige comme le Centre Bell, l’aéroport Trudeau, le NewTown ou Canada’s Wonderland en Ontario.

«On est très fiers puisque nos concurrents sont beaucoup plus imposants que nous. On se bat contre Cascades ou Kruger, mais on arrive à tirer notre épingle du jeu. On prouve à tous les jours que même si nous sommes en région, on peut concurrencer les grands centres. Oui, nos frais de transport sont plus élevés, mais notre loyer est plus abordable, notre personnel plus stable et dans la région, les gens d’affaires s’entraident davantage», soutient Denis Pilon.

Aucun commentaire.

Répondre