Multi-Electroniques : sur la table de jeu du commerce mondial

Abstract handshake on blue background. Teamwork and technology concept

Avec son client DEQ Systems de Lévis ( Saint-Romuald ), la firme rimouskoise Multi-Electroniques joue sur le marché mondial des systèmes électroniques de mises auxiliaires qui bonifient par l’ajout de nouveaux logiciels la performance des tables de jeu de casino.

« Nous développons pour notre client DEQ Systems, les composantes électroniques, tous les programmes, l’interface de jeu, souvent jusqu’aux prototypes de notre produit qu’on peut décrire comme étant des attraits supplémentaires au jeu de base des tables de jeu des casinos », décrit Jacques Saint-Pierre, propriétaire de la PME qui a travaillé pour DEQ Systems sur deux produits vedettes, Lucky Jacks & Queens et G3, présents dans 185 casinos de 30 pays d’Amérique du Nord, d’Europe et d’Asie que de l’Amérique centrale et du Sud.

Ce système, avec ses animations et ses effets sonores, capte l’attention des joueurs et augmente leur plaisir de jouer à l’aide de fonctions exclusives comme les accepteurs de jetons automatiques avec des capacités de mises multiples et les opérations bancaires avec crédits.

« Par exemple, quand tu gagnes – disons au poker – avec une « flush », le joueur peut avec notre système participer à un jeu supplémentaire. On peut aussi décerner un prix au hasard à un des joueurs qui a participé à un jeu supplémentaire. L’ensemble des tables de jeu d’un même casino peut même créer une cagnotte collective qui pourrait aussi être reliée à plusieurs autres casinos, ce qui fait augmenter le prix à gagner », ajoute l’homme d’affaires rimouskois.

Tous les systèmes, disponibles en langue anglaise, en russe, en espagnol et en français, sont encodés pour prévenir la fraude.

Beaucoup de chemin parcouru pour la PME qui n’oublie pas pour autant sa première vocation de réparation, d’entretien et mise à jour d’équipements électroniques. ME fait aussi sa marque dans des produits électroniques de pointe comme des systèmes d’enregistrement acoustique sous-marin et les bouées électroniques.

« Pour notre système d’enregistrement acoustique sous-marin, appelé AURAL et vendu à 13 exemplaires depuis 2002, l’Université de Winnipeg nous a demandé une soumission pour deux appareils, l’Université Laval une dizaine, et l’ISMER en veut d’autres aussi. Nous avons aussi eu un appel d’un groupe de recherche à Washington et il y a de l’intérêt d’un groupe aux Açores. »

Une autre force de l’entreprise, composée d’une dizaine d’employés, réside dans son expertise dans la fabrication de bouées océanographiques achetées par l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli et l’Institut des sciences de la mer de Rimouski.

L’entreprise rimouskoise a conçu les logiciels et les systèmes informatisés de cette bouée destinée à des fins de recherche océanographique, tandis que l’IML et l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) a assumé la partie scientifique et le montage mécanique de cinq bouées qui forment un réseau jusque dans le golfe Saint-Laurent qui colligera des données météorologiques et maritimes, la direction du vent, la salinité, la fluorescence et la température de l’eau transmises à toutes les 15 minutes en temps réel par ondes radio à un ordinateur de l’Institut Maurice-Lamontagne.

« Il y a des projets pour en faire d’autres, peut-être huit autres bouées. »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :