Accueil » Dossiers » Actualité » Salon industriel Mauricie, Estrie, Centre-du-Québec: une nouvelle formule, un objectif atteint

Salon industriel Mauricie, Estrie, Centre-du-Québec: une nouvelle formule, un objectif atteint

La Ville de Drummondville accueillait, les 9 et 10 octobre dernier, une toute nouvelle formule des Salons industriels du Groupe Pageau, qui réunissait trois grandes régions économiques du Québec : la Mauricie, l’Estrie et le Centre-du-Québec. Ce choix de regrouper les forces vives sous un même toit s’est avéré fort judicieux : avec plus de 300 entreprises participantes et plus de 2000 visiteurs, l’équipe du Groupe Pageau peut fièrement dire « Mission accomplie ».

La brochette d’organisations et associations partenaires du SIMEC 2019 en dit long sur le prestige que s’est acquis ce salon industriel. Outre la Ville et la Société de développement économique de Drummondville, hôte de l’événement, le SIMEC était appuyé par Manufacturiers Mauricie Centre-du-Québec, STIQ, le CRIQ, l’Association de la construction du Québec, l’Ordre des ingénieurs, ISEQ ainsi que Chantier Davie Canada Inc. Les ambassadeurs de cette édition 2019 étaient Martin Dupont de la Société de développement économique de Drummondville et Dany Caron, président de l’entreprise Baril, manufacturier de portes de garage.

Le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, s’est dit réjoui du retour du SIMEC: « On est très heureux d’accueillir le Salon industriel du Groupe Pageau cette année, d’autant plus que cette année, c’est un salon qui prend de l’ampleur, puisqu’il regroupe trois région, l’Estrie, la Mauricie et le Centre-du-Québec. Le domaine industriel est le fer de lance de l’activité économique drummondvilloise. C’est à partir de cette force de l’industrie qu’on est en mesure de développer tout le volet des services. »

Avec 175 kiosques qui regroupaient un total surpassant 300 entreprises participantes, le SIMEC 2019 avait beaucoup à offrir aux plus de 2000 visiteurs qui ont franchi les guérites de l’exposition industrielle. Un coup d’œil à l’accueil, lors de l’ouverture de la première journée du SIMEC, suffisait à témoigner de l’engouement pour ce salon industriel, engouement qui s’est à nouveau confirmé lors du cocktail en soirée, une gracieuseté de Tessier Services d’exposition.

Bien plus qu’un simple salon industriel

 Avec des décennies d’expérience et d’expertise en organisation et présentation de salons industriels au Québec, la réputation du Groupe Pageau et de ses salons n’est plus à refaire. Toutefois, l’entreprise est bien loin de demeurer assise sur ses lauriers, et continue d’innover chaque année, pour offrir toujours plus d’opportunités d’affaires et d’informations pertinentes, tant aux exposants qu’aux visiteurs. C’est d’ailleurs dans cette optique que le volet conférence du SIMEC a pris cette année encore plus d’importance, souligne Éric Pageau, président du Groupe Pageau.

« La qualité de nos conférenciers et la participation des visiteurs et des exposants confirment la décision prise par le Groupe Pageau d’offrir, dans le cadre de ses salons industriels, bien plus qu’un simple espace d’exposition. En présentant des conférences de haut niveau, sur des sujets pointus et d’actualité, le SIMEC a une fois de plus rehaussé la barre et démontré l’importance de favoriser des rencontres et du réseautage profitable pour tous. Je tiens particulièrement à remercier nos partenaires qui ont fait du volet conférence du SIMEC un vif succès. »

Durant les deux journées du SIMEC, des conférenciers touchant diverses questions se sont succédé dans l’Espace Conférence aménagé dans le Centrexpo Cogeco de Drummondville. La série a débuté par une présentation de Chantier Davie Canada, dans le cadre de laquelle le vice-président aux affaires publiques du chantier maritime, Frédérik Boisvert, est venu tracer un portrait de la situation actuelle mais surtout des énormes besoins à venir pour le chantier le plus important au Canada. À la suite des plus récentes annonces du gouvernement fédéral au sujet du renouvellement de la flotte canadienne, tant du côté des navires de la marine canadienne que pour la garde côtière, les brise-glaces et les traversiers, les carnets de commandes devraient solidement se garnir au cours des prochaines années. Et Chantier Davie Canada souhaitait, par cette conférence, attirer l’attention des industriels sur les besoins à combler et les façons d’y parvenir.

Le Centre de recherche industrielle du Québec, le CRIQ, avait pour sa part mandaté Jean Thibodeau, conseiller Exigences normatives à l’exportation, pour présenter un aperçu global des normes et règlements dont doivent tenir compte les entreprises qui souhaitent exporter leurs produits. À l’aide du « bilan normatif », le CRIQ peut appuyer les entreprises dans cette démarche complexe, ce qui peut leur faire économiser souci, temps et argent.

Marie-Julie Gravel, conseillère à la prévention de la pratique illégale à l’Ordre des ingénieurs du Québec, a présenté pour sa part une conférence très intéressante, visant à démystifier l’encadrement législatif de la profession et à clarifier bien des points sur les actes et actions qui doivent être posés par une personne inscrite à l’Ordre.

Côté main-d’œuvre, Marie-Nathalie Genest, chef de ventes et recrutement à l’École d’Entrepreneurship de Beauce, a captivé l’attention des participants qui se sont rués pour assister à sa conférence intitulée « Ce que vos employés pensent de vous ». Ce bilan du leadership positif aura certainement fait réfléchir l’assistance, avec des exemples et des statistiques particulièrement éloquentes sur ce qui constitue ou non de bonnes pratiques pour les patrons.

L’Association de la construction du Québec avait de son côté mandaté François Couture, du Groupe A&A, pour venir nous parler de l’ergonomie en milieu de travail, pour les employés de bureau. Et Renaud Bouchard de l’organisation Industrie des systèmes électroniques du Québec (ISEQ), a pour sa part transmis d’importantes informations sur les mesures fiscales et programmes d’aide financière, tant au fédéral qu’au provincial. Le mot clé : Innovation.

Libre échange, immigration économique et industrie verte

Alors que l’Accord économique et commercial global avec l’Union européenne célébrait ses deux premières années d’existence, Marie Lacerte, présidente de la Chambre économique Canada-Europe, a profité du SIMEC pour présenter un bilan de cet accord, et surtout rappeler aux industriels les importantes opportunités d’exportation qui découlent de l’AECG. Elle a notamment souligné que les entreprises québécoises et canadiennes ont tout à gagner à mieux connaître cet accord, qui leur donne notamment accès aux alléchants contrats des marchés publics des divers paliers gouvernementaux européens, contrats qui étaient auparavant hors d’atteinte pour les entreprises d’ici.

Immigration et main-d’œuvre étant sur toutes les lèvres dans les milieux économiques et industriels québécois, Me Jennifer Dumetz, de la firme d’avocats Stein Monast, a quant à elle présenté différents enjeux liés à l’immigration et aux permis de travail, notamment dans le cadre des programmes pour les travailleurs étrangers temporaires et du Programme de la mobilité internationale.

Et les questions environnementales, au cœur de bien des débats, auront eu une place de choix lors du SIMEC 2019. Le Fonds Écoleader et la Corporation de développement durable ont tenu un déjeuner-causerie, avec un panel diversifié qui donnait un aperçu des pas franchis pour une industrie plus verte, des défis qui se pointent et des opportunités à ne pas rater. De Cascade et Rakam qui nous parlaient d’énergie solaire, à Re-Plast qui nous présentait des solutions environnementales liées à l’industrie du plastique, en passant par Ecotech Québec, la grappe des technologies propres, les histoires de succès ne manquent pas.

Cette présentation coïncidait avec le lancement récent du Fonds Écoleader du gouvernement du Québec, qui est doté d’une enveloppe de 18,5 millions de dollars pour aider les entreprises dans leurs démarches d’études et analyses, d’élaboration de plans d’action pour l’adoption de pratiques écoresponsables et d’accompagnement dans l’implantation de l’adoption de technologies propres.

En marge du salon, les MMCQ ont également organisé un Rendez-vous des acheteurs et fournisseurs. Avec la présence de Kruger, Marmen, Soprema et Canimex comme panélistes, cette activité visait à faciliter le développement des affaires dans le réseau manufacturier.

Bref, avec le SIMEC, le Groupe Pageau a une fois de plus démontré son savoir-faire quand vient le temps d’organiser et de présenter un salon industriel qui allie exposants variés, réseautage et conférenciers de choix. Un succès, sur toute la ligne.

 

Par Claude Boucher, journaliste

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Aucun commentaire.

Répondre