Accueil » Dossiers » Actualité » Le ministre Jean Boulet annonce plus de 54M$ pour faciliter le recrutement et l’intégration en emploi des personnes immigrantes

Le ministre Jean Boulet annonce plus de 54M$ pour faciliter le recrutement et l’intégration en emploi des personnes immigrantes

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet, lance un autre volet de sa Grande corvée 2.0 en annonçant des investissements de 54,8 millions de dollars jusqu’en 2021 pour faciliter le recrutement et l’intégration en emploi des personnes immigrantes.

Le ministre annonce d’abord une enveloppe de 20,9 millions de dollars pour financer quatre nouvelles mesures destinées aux entreprises souhaitant recruter des travailleurs étrangers temporaires :

  • Mesure d’aide financière pour la participation à une mission de recrutement avec le remboursement d’environ 50 % des frais encourus, jusqu’à concurrence de 5 000 $ par entreprise par mission.
  • Mesure d’aide financière pour le recrutement international hors mission, soit le remboursement d’environ 50 % des frais de transport, d’hébergement et de repas à l’étranger, jusqu’à concurrence de 5 000 $.
  • Mesure d’aide financière pour le déménagement des travailleurs recrutés, jusqu’à concurrence de 1 000 $ par travailleur immigrant.
  • Admissibilité des travailleurs étrangers temporaires et de leurs conjoints à l’ensemble de l’offre des services publics d’emploi.

Grâce à ces mesures, le ministre estime pouvoir accompagner dans les deux prochaines années près de 2 000 entreprises dans leurs démarches de recrutement à l’international.

Pour faciliter l’intégration en emploi des travailleurs immigrants, le ministre confirme également un investissement de 33,9 M$. Ce montant servira à bonifier le Programme d’aide à l’intégration des immigrants et des minorités visibles (PRIIME) ainsi que le Programme d’intégration en emploi de personnes formées à l’étranger référées par un ordre professionnel (IPOP).

La bonification de ces programmes fait notamment passer de 50 % à 70 % du salaire brut la subvention salariale accordée à l’employeur qui embauche une personne immigrante ou un membre d’une minorité visible.

« Pour répondre au phénomène de la rareté de la main-d’œuvre, le recrutement de travailleurs étrangers temporaires est une option vers laquelle de plus en plus d’entreprises se tournent. Je suis en action pour soutenir les entreprises ainsi que pour accompagner les nouveaux arrivants afin que leur intégration au marché du travail soit positive et durable. Votre gouvernement souhaite l’inclusion du plus grand nombre de travailleurs afin que tous aient l’occasion de déployer leurs talents », affirme le ministre Boulet.

De son côté, Manufacturiers et Exportateurs du Québec (MEQ) se dit satisfaite de l’annonce. Lors du budget provincial, MEQ avait demandé au gouvernement de supporter financièrement les manufacturiers dans leurs efforts de recrutement à l’international afin de diminuer les freins financiers relatifs à cette démarche. Les mesures annoncées permettront de diminuer le poids financier des manufacturiers lorsqu’ils recrutent à l’international.

« La pénurie de main-d’oeuvre affecte grandement la compétitivité du secteur, ne serait-ce que par le fait que plusieurs doivent refuser des commandes, reporter des projets d’investissement ou même revoir leur capacité de production à la baisse. MEQ est satisfaite que le ministre propose des solutions concrètes pour atténuer l’impact », affirme Véronique Proulx, présidente-directrice générale, MEQ.

Les mesures annoncées sont particulièrement intéressantes car elles concernent le recrutement et l’intégration des travailleurs étrangers temporaires. MEQ rappelle que 16 645 postes sont toujours à combler dans le secteur manufacturier. Dans ce contexte, les travailleurs temporaires aident grandement. Toutefois, l’association rappelle que pour un impact à long terme, il faut les faire passer du statut de temporaire à permanent.

Notons qu’au Québec, le secteur manufacturier génère 14% du PIB et 89% de la valeur des exportations.

Source

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Aucun commentaire.

Répondre