Accueil » Dossiers » Métallurgie » ELYSIS installera son centre de recherche à Saguenay

ELYSIS installera son centre de recherche à Saguenay

ELYSIS a annoncé le 2 avril le site de son nouveau centre de recherche et de développement qui emploiera plus de 25 experts, au Saguenay-Lac-Saint-Jean, lorsque pleinement opérationnel.

« Nous sommes très fiers de nous ancrer au Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean avec ce centre de recherche. Notre équipe a hâte de mettre l’épaule à la roue et de raffiner notre technologie qui permettra de révolutionner l’industrie de l’aluminium et de la rendre encore plus durable, » a mentionné Vincent Christ, chef de la direction ELYSIS.

La coentreprise ELYSIS, formée par Alcoa et Rio Tinto, travaille activement à la commercialisation d’ici 2024 d’une avancée technologique permettant d’éliminer complètement les émissions de gaz à effet de serre (GES) du procédé traditionnel de production d’aluminium, et de les remplacer par de l’oxygène pur. Ce procédé révolutionnaire a le potentiel de réduire considérablement l’empreinte environnementale de l’industrie mondiale de l’aluminium.

Le Centre de recherche et de développement ELYSIS sera situé au Complexe Jonquière de Rio Tinto, sur le même site que l’Aluminerie Arvida, l’Usine Vaudreuil et le Centre de recherche et de développement Arvida. Il devrait être pleinement opérationnel dans la deuxième partie de l’année 2020.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean était un choix logique, considérant l’expertise reconnue de la région dans le domaine de l’aluminium et le soutien financier des gouvernements du Québec et du Canada.

« Le projet technologique d’ELYSIS constitue assurément l’une des innovations les plus importantes au sein de l’industrie de l’aluminium et une avancée majeure en matière de lutte contre les changements climatiques. Nous sommes fiers de contribuer à la réalisation de cette initiative, laquelle mettra à profit l’expertise unique de cette filière québécoise, dont un bassin important d’entreprises est situé dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, » a dit Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière. « C’est d’ailleurs avec beaucoup d’enthousiasme que nous saluons l’implantation de ce centre de recherche et de développement à Saguenay, qui est une étape importante vers la démonstration à l’échelle commerciale de cette technologie révolutionnaire. »

L’équipe d’ELYSIS continuera de travailler en étroite collaboration avec le Centre technique d’Alcoa, près de Pittsburgh aux États-Unis, où cette technologie brevetée a été inventée et utilisée pour produire de l’aluminium à différentes échelles depuis 2009. Le Centre technique d’Alcoa offre notamment du soutien à ELYSIS quant aux matières servant à la fabrication des anodes et cathodes de nouvelle génération, lesquelles sont essentielles au développement du nouveau procédé.

« Nous sommes heureux de voir ces travaux de recherche et développement se poursuivre au Québec afin de peaufiner cette technologie que nous avons initialement inventée, qui a le potentiel de transformer l’industrie mondiale de l’aluminium et qui pave la voie à un avenir encore plus durable, » a ajouté Tim Reyes, président d’Alcoa Aluminium et vice-président exécutif, Alcoa.

La technologie en bref

  • La technologie ELYSISTM vient répondre à la tendance mondiale vers la fabrication de produits à plus faible empreinte carbone, des téléphones intelligents aux automobiles en passant par les avions et les matériaux de construction.
  • Le nouveau procédé permettra de réduire les coûts d’opération des alumineries tout en augmentant leur capacité de production. Il pourra être utilisé tant dans les nouvelles alumineries que dans les installations existantes.
  • Uniquement à l’échelle du Canada, la technologie ELYSISTM a la capacité de réduire les émissions de GES de 7 millions de tonnes, soit l’équivalent de retirer 1,8 million de voitures de nos routes.
  • ELYSIS assurera également la vente exclusive des matières servant à la fabrication des anodes et cathodes de nouvelle génération, dont la durée de vie sera plus de 30 fois supérieure à celle des composants classiques.

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Source

Aucun commentaire.

Répondre