Accueil » Dossiers » Transport » Construction du REM – Investissement de près de 200 M$ pour les mesures d’atténuation

Construction du REM – Investissement de près de 200 M$ pour les mesures d’atténuation

La ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Mme Chantal Rouleau, la ministre responsable des Affaires autochtones et ministre responsable de la région des Laurentides, Mme Sylvie D’Amours, le directeur général de l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM), M. Paul Côté, et le directeur exécutif, Affaires corporatives et développement de CDPQ Infra, M. Harout Chitilian, ont présenté la stratégie d’atténuation des travaux du Réseau express métropolitain (REM) visant à offrir des solutions spécifiques aux usagers touchés par le déploiement du plus important chantier en transport collectif au Québec depuis les 50 dernières années.

Pour permettre la construction du REM, une collaboration métropolitaine sans précédent a réuni tous les acteurs de la mobilité. Le ministère des Transports, le REM, l’ARTM et tous les organismes publics de transport en commun (OPTC) ont travaillé d’arrache-pied afin de développer un réseau de transport transitoire proposant des solutions particulières pour les usagers concernés.

Afin de répondre aux demandes des usagers, ces mesures visent à offrir un service fiable, comprenant le moins de correspondances possible et un temps de parcours compétitif à la voiture. L’orientation retenue : mettre en place rapidement des mesures préférentielles pour bus (voies réservées en site propre, voies réservées sur accotement, feux prioritaires, etc.) avec des liaisons efficaces vers la station de métro Radisson (ligne verte) pour les usagers de la ligne Mascouche et la station Côte-Vertu (ligne orange) pour les usagers de la ligne Deux-Montagnes.

« Le réseau transitoire d’atténuation permettra d’assurer adéquatement les 8 000 déplacements qui se font quotidiennement sur la ligne de train de banlieue de Mascouche. Bien que les utilisateurs de cette ligne auront une correspondance à effectuer, il n’en demeure pas moins que les solutions proposées permettront de limiter les temps de déplacement. Je tiens à souligner l’excellente collaboration des différents acteurs, STM, STL, RTL, ARTM, REM, MTQ et exo, sans laquelle il aurait été impossible d’élaborer cette stratégie, » a mentionné Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation et ministre responsable de la région de Lanaudière.

Afin d’assurer la mise en place de ce réseau transitoire d’atténuation, le gouvernement du Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec investiront près de 200 millions de dollars pour financer ces mesures qui seront en vigueur dès 2020 jusqu’à la pleine exploitation du REM à la fin de 2023.

Rappelons que, à compter de janvier 2020, les trains de la ligne Mascouche s’arrêteront à la gare Ahuntsic, tandis que ceux provenant de Deux-Montagnes termineront leur parcours à la gare Bois-Franc. Une deuxième étape est prévue à l’été 2021, alors que les navettes ferroviaires sur l’axe Deux-Montagnes seront hors service. Ces entraves importantes permettront la transformation complète de la ligne Deux-Montagnes en métro léger et automatisé, ce qui augmentera de façon importante sa capacité tout en offrant un service rapide, fréquent et mieux connecté au réseau de transport collectif métropolitain.

En plus des mesures préférentielles pour bus, des mesures d’atténuation tarifaires sont prévues pour soutenir la clientèle qui subira une baisse de service. Un volet portant sur le covoiturage fera aussi l’objet d’une attention particulière.

D’autres mesures hors transport collectif seront déployées, dont un volet employeur où l’accent sera mis sur des moyens pour mettre en œuvre des changements d’habitudes de travail. Le télétravail et la flexibilité des horaires en sont des exemples.

Photo de couverture: REM

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Source

Aucun commentaire.

Répondre