Accueil » Régions » Bas-Saint-Laurent » Jean Pouliot, de Produits métalliques PMI – Marier le savoir-être au savoir-faire

Jean Pouliot, de Produits métalliques PMI – Marier le savoir-être au savoir-faire

Rimouski – Jean Pouliot, dirigeant de Produits métalliques PMI, a dit ignorer pourquoi on l’avait choisi, lui et son entreprise, en tant que président d’honneur du Salon industriel du Bas-Saint-Laurent. Nous pensons que bien avant la fin de ce texte vous comprendrez pourquoi il s’agit d’un titre absolument mérité, et que ses actions et opinions originales à propos de la gestion d’entreprise manufacturière pourraient bien vous amener à revoir vos propres pratiques.

« D’abord le succès d’une entreprise comme la nôtre, ce n’est pas une question de dirigeant ou d’ego. C’est vraiment une affaire d’équipe. Il y a un grand respect qui règne parmi les gens de l’équipe, chacun respecte ses champs d’expertise; on a tous compris que le bien-être commun prime sur l’individuel », explique d’abord Jean Pouliot.

Savoir s’entourer et déléguer

Cette manière souple d’administrer une entreprise qui compte maintenant quelque 150 salariés répartis entre Rimouski, Saint-Augustin-de-Desmaures et Québec s’est imposée d’elle-même. « J’ai occupé au fil des ans plusieurs postes administratifs, par exemple à l’Association canadienne de la construction et comme président de l’Association des entrepreneurs en construction du Québec (depuis février 2016, ndlr). J’avais à m’absenter deux ou trois fois par mois, à Montréal et à Ottawa entre autres. Il fallait pour faire ça que l’entreprise puisse fonctionner sans moi, que sa structure permette mes déplacements professionnels sans que ça nuise à tout le monde. »

Un parcours pour le moins particulier

Produits métalliques PMI a récemment conçu, fourni et participé à l’érection de la structure d’acier de l’Assemblée nationale du Bénin. Mais avant de réaliser de nombreux projets structurels, miniers ou énergétiques situés outremer, dans l’Ouest canadien, dans les Territoires du Nord-Ouest ou partout au Québec, la compagnie de Rimouski a débuté plus modestement. « Mon père avait un petit atelier d’usinage et de réparations, qui a été fondé en 1951. Avant de me joindre à l’entreprise, je travaillais dans le domaine de l’éclairage et de la sonorisation de spectacles. C’était dans le temps une petite « shop » comme on en voyait dans bien des milieux, qui comptait deux employés, et on réparait, on ajustait entre autres des produits métalliques pour des compagnies de télécommunication, des centrales téléphoniques, du « racking » (des étagères industrielles). J’avais une formation en électronique industrielle. C’est comme ça qu’on a commencé à développer une expertise en charpentes d’acier », poursuit M. Pouliot.

Celui qui a succédé à son père Raymond en 1987 explique encore qu’il ne faut pas avoir de craintes de moderniser ses opérations, d’augmenter ses capacités, de procéder à des investissements technologiques récurrents. « Aujourd’hui on peut compter sur les appareils – et les gens qui en sont responsables – d’une ligne de perçage automatisée, d’un procédé de grenaillage avec des billes d’acier, du poinçonnage et du pliage automatisés, du découpage au plasma… Toute la conception est informatisée en 3D, tout comme une bonne partie des opérations. »

« Spécialisés dans l’exceptionnel » – Jean Létourneau, directeur à la SOPER

Le directeur du développement économique de la SOPER, la société de promotion économique de la région de Rimouski-Neigette, explique ainsi le succès de Produits métalliques PMI : « Jean Pouliot ne travaille pas par grand coup d’éclat. Il a développé un excellent réseau au fil des ans, il a su bien s’entourer et sait déléguer aux gens qui l’entourent, et en qui il peut avoir confiance. En fait, son entreprise et lui sont spécialisés dans l’exceptionnel; ils ne font pratiquement jamais rien en grande série, et n’hésitent pas à réaliser des projets ailleurs, en Afrique, en Haïti et partout au Canada », souligne Jean Létourneau.

« La force d’une structure »

La page d’accueil Internet de l’entreprise s’intitule « Produits métalliques PMI – La force d’une structure ». Ce sous-titre fait évidemment référence aux structures d’acier, mais également aux personnes qui en font partie. D’ailleurs pas moins de 13 responsables sont mentionnés dans la page consacrée à l’équipe, avec leurs titres et leurs adresses courriel, allant des estimateurs aux directeurs en passant par les chargés de projet. M. Pouliot n’hésite pas à souligner l’apport à cet égard d’André Côté, directeur des ressources humaines, de la santé et de la sécurité du travail, ainsi que de l’environnement, arrivé en 2008. Ce dernier explique : « M. Pouliot, c’est quelqu’un qui sait bien s’entourer, qui n’hésite pas à embaucher des jeunes qui ont un bon potentiel. Oui la main-d’oeuvre est difficile à trouver dans notre domaine et particulièrment à l’extérieur des grands centres, des soudeurs par exemple, mais on a la chance d’avoir des centres de formation professionnelle dans la région, on mise sur l’immigration et sur la formation à l’interne en plus. »

En février 2017 Produits métalliques PMI poursuivait sa croissance en concluant l’achat de Prometek, une entreprise de Québec spécialiste de structures d’acier pour le secteur de l’énergie électrique. Celle-ci conçoit et produit des pylones en treillis ou monopoles, des stuctures diverses, des supports d’appareillages et des plateformes. On retrouve certaines de leurs réalisations entre autre à Riel au Manitoba.

Une passation des pouvoirs longuement planifiée

Jean Pouliot et sa fille Josiane entrevoient l’avenir de Produits métalliques PMI avec optimisme grâce à une gestion souple et à la confiance en l’expertise de leur équipe.

 

Au Québec particulièrement le processus de transfert d’entreprise familial aboutit souvent en une terrible saga insolvable. Ce qui ne risque pas d’arriver au sein de Produits métalliques PMI. « On a commencé à parler de ça aussi tôt qu’en 2001. Avec mes absences professionnelles fréquentes il fallait que la structure d’entreprise puisse lui permettre de fonctionner sans moi. Et on l’a prouvé quand j’ai malheureusement eu un grave accident il y a quelques années. Durant ma convalescence on ne m’a même pas envoyé un courriel du travail pour me demander une information ou pour prendre une décision! Ce n’est pas nécessairement facile, mais il faut comprendre que le principal opérateur de l’entreprise n’a pas à être son propriétaire. »

Par Frédéric Laporte

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Aucun commentaire.

Répondre