Accueil » Chroniques » Automobiles » Chronique automobile – Range Rover Velar: Un magnifique compromis

Chronique automobile – Range Rover Velar: Un magnifique compromis

En 1969, le constructeur Land-Rover mettait au point un nouveau modèle qui portait le nom de code de Velar. Ce nom mystérieux provenait d’une utilisation aléatoire des lettres de la compagnie pour composer ce nom dérivé du latin « Velum » qui signifie voile ou rideau en latin. Un nom approprié pour un prototype que l’on ne voulait pas qu’il soit dévoilé. Par la suite, ce nouveau venu a été commercialisé en tant que Range Rover, le premier VUS de luxe de l’histoire et qui a servi de base à une gamme relativement complète de modèles costauds et luxueux à la fois. C’est donc en hommage à ce modèle pionnier que le Velar vient s’inscrire entre les modèles Evoque et Sport.

Ce nouveau venu vient combler une lacune dans la gamme de la marque et cible les acheteurs qui auraient préalablement préféré une Lexus RX, une BMW X3 ou une Mercedes-Benz GLE. Mais compte tenu de la réputation de Range Rover pour ses qualités de véhicule hors route, il se peut que plusieurs se laissent tenter, d’autant plus que le nouveau venu ne s’en laisse pas imposer non plus au chapitre de la tenue de route.

Amalgame visuel

Si on devait décrire en quelques mots la silhouette du Velar, on pourrait se contenter de dire qu’il a emprunté le toit incliné vers l’arrière de l’Evoque et la caisse inférieure du modèle Sport. Il s’agit d’une conclusion fort simple, mais force est d’admettre que le résultat final est élégant, avec la grille de calandre inclinée, les phares de route affleurant, une ceinture de caisse élevée ainsi qu’une section arrière avec un renflement notable sous la lunette arrière. Si, auparavant, les stylistes de la marque se contentaient de présentation rétro aménagée à la moderne, cette fois on est définitivement en mode avant-gardiste. Cette allure laisse également sous-entendre d’indéniables qualités routières.

De plus, si pour vous l’habitacle d’un véhicule Range Rover est garni d’appliqués de bois rare, il y a longtemps que vous ne vous êtes pas assis dans un produit de la marque. En effet, nous sommes loin du compte cette fois, alors que le cuir a remplacé les matériaux ligneux, tandis que des éléments en aluminium brossé offrent un excellent contraste.

Et en harmonie avec le caractère avant-gardiste de ce modèle, on a installé des écrans tactiles pour gérer la plupart des systèmes de l’habitacle ainsi que l’écran d’affichage qui sert de tableau de bord. Nous sommes ici définitivement orientés vers le futur. Même chose du côté du volant, alors que des modules placés à gauche et à droite du moyeu sont de type affleurant.

Diesel ou V6 ?

Pour le marché canadien, deux moteurs sont au catalogue. Le premier est un 4 cylindres diesel 2,0 litres Td4 produisant 180 chevaux et capable de boucler le 0-100 km/h en 8,0 secondes. Si plusieurs grandes marques ont abandonné les moteurs V6 dans cette catégorie, Range Rover continue de l’offrir. Il s’agit d’un moteur 3,0 litres à compresseur produisant 380 chevaux et bouclant le 0-100 km/h en 5,7 secondes. Si vous trouvez que ce temps d’accélération pour le moteur V6 est un peu modeste compte tenu de la puissance, il faut savoir que le Velar n’est pas un poids léger, alors qu’il fait osciller la balance à tout près de 2 tonnes et demie. Peu importe le moteur choisi, il est couplé à une transmission automatique à huit rapports, tandis que la transmission intégrale est de série. On ne s’attendrait pas à autre chose de la part de cette marque!

Puisque le Velar est assemblé sur la même chaîne de montage que le Jaguar F-Pace, il est permis de croire que les deux se partagent de nombreux éléments mécaniques. La suspension du Range Rover est constituée de leviers triangulés à l’avant et d’une suspension arrière à liens multiples. Des amortisseurs pneumatiques sont disponibles en option et ils permettent d’abaisser l’assise du véhicule pour faciliter son accès à bord et augmenter la garde au sol lorsqu’on roule hors route. À ce sujet, le système « Terrain Response » propre à la marque est géré à l’aide de l’écran tactile inférieur et permet d’adapter le rouage aux conditions de route. C’est avant-gardiste, mais il faut quitter la route des yeux pour gérer ce système. La prudence est de mise.

Confort et tenue de route

Tel que mentionné, ce modèle se pointe entre l’Evoque et le Sport, mais dans l’ensemble, il adopte une suspension ayant plus d’affinités avec le modèle Sport. Sa conduite est relaxante et on bénéficie d’un comportement routier sans surprise, d’une suspension bien calibrée, tout en sachant que peu importent les conditions routières, on pourra s’en tirer.

Par Jacques Bienvenue

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Aucun commentaire.

Répondre