Accueil » À la Une » Tournée des manufacturiers innovants – Un virage majeur et presque historique

Tournée des manufacturiers innovants – Un virage majeur et presque historique

Ce n’est pas la première fois que les dirigeants des secteurs économiques incitent les entrepreneurs à investir dans les nouvelles technologies pour permettre aux entreprises d’être plus concurrentielles non seulement au pays, mais à l’échelle mondiale. Cette sensibilisation est récurrente depuis des années. Et le message ne semblait pas si bien passer au point où la part relative du secteur manufacturier dans le PIB a chuté de 20 % au début des années 2000 à 14 % en 2015.

Pour les dirigeants économiques, il y avait un sentiment d’urgence pour changer la donne. Dans le milieu, on ne se gêne pas pour dire que le secteur manufacturier était à la croisée des chemins. Trop d’entrepreneurs se montraient hésitants à investir en soulevant divers prétextes comme l’incertitude économique, le manque de ressources en main-d’œuvre qualifiée et l’insuffisance de fonds.

Qu’à cela ne tienne, Investissement Québec a pris le taureau par les cornes et a entrepris une première tournée dans 16 régions du Québec. Quelque 2 000 entrepreneurs ont été rencontrés. Et cette fois-ci, le message semble avoir été bien compris et accueilli ouvertement.

« Nous sommes très heureux de la réceptivité des entrepreneurs. Le contact a été direct. Notre sentiment était de créer un sentiment d’urgence, c’est-à-dire la nécessité des entrepreneurs d’agir, de rattraper le terrain perdu et de passer à l’action. De leur côté, nous avons compris ce qu’étaient leurs préoccupations comme l’industrie 4.0, les modèles d’affaires, l’investissement dans les nouveaux produits et les systèmes de production », affirme Alain Denis, vice-président principal, Innovation, Fonds de solidarité FTQ.

Même réaction au groupe Sous-Traitance Industrielle Québec (STIQ). « Il est important que les entrepreneurs investissent et fassent de l’innovation le cœur de leurs projets manufacturiers. Ainsi en transformant nos entreprises, il sera plus facile de concurrencer au niveau mondial, d’être en meilleure position face à ceux qui investissent déjà et d’avoir une longueur d’avance sur ceux qui n’emboîtent pas le pas », précise Richard Blanchet, président-directeur général, STIQ.

Mais qu’est-ce le manufacturier innovant ? Il s’agit d’une entreprise manufacturière qui utilise, connecte et intègre de nouvelles technologies pour fabriquer des produits exportables à valeur ajoutée lui permettant une croissance dynamique dans ses marchés. Voilà la définition à laquelle se réfèrent les dirigeants économiques pour négocier et conclure une entente financière.

Richard Blanchet, président-directeur général, STIQ

Constat de la tournée

Les dirigeants des secteurs économiques s’entendent pour dire que les entrepreneurs rencontrés dans son ensemble sont conscients de l’urgence d’agir et prêts à amorcer les virages nécessaires, dont celui des nouvelles technologies. Selon Alain Denis, une cinquantaine d’entreprises ont déjà signé une entente avec Inno-centre pour s’attaquer à des projets spécifiques. Lesquels ? L’agroalimentaire, la foresterie et le manufacturier sont trois exemples. « Au-delà du financement, on s’est demandé comment nous pouvions accompagner les entrepreneurs. Et Inno-centre est en partie la réponse. »

De son côté, Richard Blanchet a remarqué que les entrepreneurs sont de plus en plus conscients qu’il est plus que temps d’investir en innovation. « Dans certains cas, la tournée leur a confirmé qu’il était temps d’agir, qu’il fallait mettre en place les éléments nécessaires pour se démarquer de la concurrence, dont les produits à valeur ajoutée. »

Dans son rapport public, Manufacturiers innovants soulève six constats au terme de sa tournée :

  • l’innovation manufacturière suscite l’intérêt et la mobilisation générale chez les entrepreneurs. C’est le
    temps qui presse ;
  • il y a d’excellentes entreprises ici : elles doivent se démarquer de leurs concurrents, notamment sur les
    marchés internationaux ;
  • l’innovation est la meilleure stratégie pour tirer avantage de la quatrième révolution industrielle ;
  • le déclin manufacturier est un mythe ;
  • tout le monde parle d’automatisation, de robotisation et d’innovation aujourd’hui. Heureusement, car il faut poursuivre nos efforts pour maintenir la vigueur de notre industrie manufacturière ;
  • c’est le temps d’innover.

Parmi les faits à retenir, les dirigeants économiques ont déjà retenu leur attention sur des projets d’une valeur de 2,3 G$, dont 400 M$ ont été autorisés sur un total de 825 M$ sur une période de trois ans.

Investissement Québec

Dans son rapport annuel, Investissement Québec autorise 1 246 financements d’une valeur de près de 960 M$ à même ses fonds propres au cours de l’exercice. Ces interventions permettront d’appuyer des projets de 4,0 milliards de dollars qui contribueront à la création ou à la sauvegarde de 7 000 emplois.

Ces résultats  comprennent les activités du Programme des immigrants investisseurs pour l’aide aux entreprises ainsi que les activités  de Ressources Québec.

De ce montant, Investissement Québec donne le feu vert à 76 M$ en capital de risque, soit 60 M$ dans des fonds d’investissement à titre de partenaire financier et 16,5 M$ directement dans des entreprises.

Soutien aux entreprises

En signant une entente avec Inno-centre, ces entreprises apprendront la façon de s’attaquer à des projets spécifiques telles l’utilisation de l’Internet pour mieux commercialiser les produits et la mise à niveau, l’optimisation et la productivité de la chaîne de production notamment.

Par Bernard Gauthier

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Aucun commentaire.

Répondre