Accueil » Dossiers » Actualité » Industrie 4.0 : la nouvelle révolution industrielle

Industrie 4.0 : la nouvelle révolution industrielle

Une nouvelle étude de la BDC relève que les PME manufacturières canadiennes plongent dans la 4e révolution industrielle en adoptant la fabrication numérique.

Grâce aux percées dans les domaines des technologies de l’information, des communications mobiles et de la robotique, les technologies numériques sont de plus en plus utilisées dans les usines du monde entier. Une nouvelle étude de la BDC démontre que 39 % des entreprises manufacturières canadiennes ont commencé à implanter des technologies numériques à leur processus de production et que 17 % d’autres se préparent à le faire. Toutefois, seulement 3 % des PME manufacturières ont entièrement numérisé leur production.

L’impact sur le secteur de la fabrication promet d’être remarquable, mais les entreprises canadiennes ont beaucoup de chemin à parcourir pour en retirer des bénéfices. Cette étude de la BDC tire ses conclusions d’un récent sondage pancanadien réalisé auprès de 960 entrepreneurs canadiens de petites et moyennes entreprises.

Révolutions industrielles au fil des siècles (Groupe CNW/Banque de développement du Canada)

Citation de Pierre Cléroux, vice-président et économiste en chef de BDC :

« Notre étude démontre clairement que prendre le virage numérique est payant. Les entreprises canadiennes qui ont rapidement adopté les technologies numériques ont augmenté leur productivité, réduit leurs coûts et amélioré la qualité de leurs produits. »

« Cependant, 42 % des entreprises manufacturières canadiennes n’ont pas encore amorcé leur transformation numérique. Ces entreprises seront désavantagées face à leurs concurrents. »

« Nous constatons déjà les répercussions du passage au numérique en Europe et aux États-Unis, où des usines hautement automatisées et polyvalentes peuvent désormais se mesurer aux usines à faible coût de l’Asie. »

« Les entreprises canadiennes doivent innover pour survivre, car la compétition internationale est à l’avant-garde de cette 4erévolution industrielle. »

Faits saillants de l’étude :

  • Les entreprises qui ont adopté la numérisation de leur production ont des prévisions de croissance plus élevées et des coûts d’opération plus bas.
  • Le Québec (45%), le Manitoba et la Saskatchewan (44%) la Colombie-Britannique (39%) et l’Ontario (39%) figurent en tête de liste des provinces qui ont démarré la transformation numérique. L’Alberta suit avec 35% et les provinces atlantiques ferment la marche avec 32 %.
  • Les investissements dans ces technologies demeurent faibles dans l’ensemble. La majorité des PME ont investi moins de 100 000 $ alors que l’investissement moyen est de 261 000 $.
  • Les principaux obstacles de la mise en œuvre sont un manque de main-d’œuvre qualifiée, des coûts excessifs et une difficulté à percevoir les avantages réels de ces projets.

Citation de Marc-André Gervais, président-directeur général de Métal 7, une entreprise située à Sept-Îles qui fabrique de l’équipement destiné aux secteurs du minerai de fer et de l’aluminium :

« Nous avons économisé environ 75 000 $ en pièces de rechange, soit 10 % de notre budget annuel. Plus important encore, nous avons augmenté notre productivité grâce à la diminution des arrêts de production. Nous avons également amélioré la qualité de nos produits. »

L’étude complète, Industrie 4.0 : La nouvelle révolution industrielle – Les fabricants canadiens sont-ils prêts? peut être téléchargée : www.bdc.ca/etudeindustrie

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Source

Aucun commentaire.

Répondre