Accueil » Sup-Métal » Métallurgie » Coulé ou machiné ? Jouez gagnant avec les deux approches !

Coulé ou machiné ? Jouez gagnant avec les deux approches !

Doit-on mouler une pièce de métal ou la machiner ? Il n’existe pas vraiment de méthode unique, mais une approche selon l’application et le volume. Dans plusieurs cas, les pièces moulées exigent d’être machinées par la suite, l’usinage complétant souvent le processus pour une finition supérieure. En bout de ligne, les deux procédés sont complémentaires.

Lors du choix d’un moyen de fabrication d’une pièce métallique, plusieurs approches s’offrent à l’industriel. Les pièces usinées, forgées, coulées / moulées, soudées, profilées ou encore estampées, sont toutes des façons de travailler un matériau pour en arriver à un produit final.

« Il n’y a pas un procédé meilleur que l’autre », selon Nicolas Giguère, directeur du Centre des alliages avancés au Centre de métallurgie du Québec. « Cela dépend de plusieurs facteurs, dont notamment les propriétés mécaniques recherchées, la quantité à produire et la géométrie intérieure et extérieure de la pièce. De plus, certains métaux, comme par exemple les aciers fortement alliés, sont difficiles à couler ou ne répondent pas à ces exigences; il faut plutôt les usiner. »

Moule à gâteau

Le moulage est un procédé par lequel le métal en fusion est déversé dans un moule. On nomme « casting » les pièces résultant de cette action. Il existe plusieurs procédés de moulage, mais les plus connus sont le moulage permanent et le moulage au sable.

Couler dans un moule permanent consiste à déverser du métal liquide dans un moule de fonte ou d’acier. Le métal en fusion pénètre dans les moindres cavités de la matrice.

« Certains procédés comme la coulée en coquille consistent à couler du métal liquide dans un moule permanent de fonte ou d’acier », explique Ravi Gupta, président de Powercast . « Le métal en fusion pénètre dans les moindres cavités du moule uniquement sous la pression de la gravité et y reste jusqu’à solidification. »

À titre d’exemple, dans le moulage par injection (sous pression), on peut reproduire un manche ? rasoir ? des millions d’exemplaires. Cependant, la qualité diffère lorsqu’il s’agit d’une pompe, d’un boitier ou d’une poulie, où des vies humaines dépendent de la résistance de la pièce.

On peut comparer le moule permanent à un moule à muffin, la pâtisserie étant le casting; la recette est versée chaque fois dans le même moule pour produire l’aliment (les castings).

« C’est un peu comme un moule à lapin de Pâques », explique Ravi Gupta. « On voit la ligne de démarcation en plein milieu délimitant la partie mâle de la section femelle. On en fabrique un spécimen et on peut l’utiliser à plusieurs reprises.»

« Les pièces moulées en aluminium par le processus du moule permanent peuvent être usinées, anodisées, peintes, etc. », ajoute le président de Powercast. « La plupart des pièces moulées en aluminium sont utilisées telles quelles, tandis que d’autres sont soudées ou enduites, selon leur fonctionnalité. »

Cadbury ou Aéro?

Le moulage au sable chimique utilise une résine durcissante et est à usage unique mentionne Philippe Dubuc, directeur général de la Fonderie Saguenay.

Lisez l’article complet

Voir toutes les nouvelles industrielles et manufacturières

Aucun commentaire.

Répondre