Accueil » Dossiers » Économie » Oser exporter – Québec dévoile sa stratégie de l’exportation
AdobeStock_34750421 [Converti] 200

Oser exporter – Québec dévoile sa stratégie de l’exportation

À quelques semaines de la fin de l’année 2016, le gouvernement québécois a présenté sa Stratégie de l’exportation 2016-2020. Le document déposé par la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation,
Dominique Anglade, fait état d’un montant total de 536,8 millions de dollars qui seront dédiés à l’aide à l’exportation, dont 125,6 millions de nouveaux crédits. Cette annonce est saluée par les associations économiques, et vient à point, dans un contexte où les entreprises québécoises auront besoin d’un solide coup de main.

La Stratégie québécoise de l’exportation 2016-2020 est le fruit d’une année de consultations et de réflexions avec près de 200 entreprises et organismes. Sous le titre « Oser exporter », le document d’un peu plus de 80 pages reprend notamment les grandes politiques et stratégies gouvernementales adoptées en 2015 et 2016 relatives aux secteurs de l’aérospatiale, de l’aluminium, des mines, des forêts, de l’électricité et du tourisme, lesquels représentent plus de 42 % des exportations québécoises de biens et de services.

« Les exportations constituent l’un des piliers de notre économie, au même titre que le manufacturier innovant et l’entrepreneuriat. Elles sont ainsi à la base d’un Québec prospère, innovant et durable. Par l’entremise de la Stratégie québécoise de l’exportation, le gouvernement du Québec concrétise sa vision du développement économique, soutient l’ambition des entreprises et donne au Québec une véritable impulsion vers les marchés internationaux. Notre objectif est d’arrimer le plus précisément possible l’offre de produits et services québécois aux occasions d’affaires mondiales afin que cette réussite commerciale profite à l’ensemble des Québécois », a expliqué la ministre Dominique Anglade.

La ministre Anglade a dévoilé cette stratégie en compagnie des autres acteurs économiques au sein du gouvernement québécois qui touchent de près les principales cibles d’exportations. C’est le cas notamment du ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, responsable du Plan Nord, Pierre Arcand. Le minerais et les métaux sous forme brut représentent en effet, après les aéronefs et moteurs, la deuxième catégorie de produits en importance dans les exportations québécoises.

« Plus que jamais, le Québec doit mettre à profit son expertise et saisir les occasions d’affaires des secteurs énergétique et minier. Grâce au Plan Nord et à la Politique énergétique 2030, nous mettons en place les conditions afin que nos entreprises, qui ont acquis au fil des ans un savoir-faire unique et de grande qualité, puissent profiter de façon accrue des possibilités d’affaires offertes sur les marchés internationaux », a souligné le ministre Pierre Arcand.

Soutien aux entreprises exportatrices, allégements fiscaux, appui sur place dans certaines régions importatrices, la stratégie appuiera les PME de plusieurs façons.

• Une bonification de 25 millions de dollars du soutien financier aux entreprises pour faciliter la commercialisation des produits et services
sur les marchés extérieurs par l’entremise du Programme Exportation (21 millions de dollars) et du Fonds à l’exportation du ministère
de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (4 millions de dollars).
• Des mesures pour appuyer les entreprises dans leur virage vers le commerce électronique comme stratégie de pénétration de
marchés extérieurs.
• Une bonification du soutien financier pour la mise en place d’une vitrine technologique.
• Un allègement fiscal pour les grandes entreprises innovantes de l’ordre de 88,1 millions de dollars au cours des quatre prochaines
années.
• Une augmentation du nombre d’attachés commerciaux ayant reçu une spécialisation sectorielle, dans le réseau des représentations du
Québec au Canada et à l’étranger.
• Une amélioration des outils de diffusion des occasions et de l’intelligence d’affaires notamment liés aux marchés sectoriels, aux grands
donneurs d’ordres internationaux et aux accords commerciaux.

Lisez l’article complet dans l’édition de décembre du Magazine MCI

Voir toutes les nouvelles industrielles

Aucun commentaire.

Répondre