Accueil » Chroniques » Mines » Étude sur les retombées minières 5,8 G$, selon l’AMQ
mine retombées économiques industriel magazine mci

Étude sur les retombées minières 5,8 G$, selon l’AMQ

Les retombées et impacts positifs de l’industrie minière au Québec. Selon l’étude de l’AMQ, l’industrie compte pour des dépenses annuelles de 5,8 milliards de dollars réparties dans toutes les régions du Québec, la création et le maintien de 45 500 emplois, une contribution de plus d’un milliard de dollars par an au gouvernement du Québec et un réseau de 4 100 fournisseurs.

Selon l’AMQ, l’étude permet de constater que toutes les régions profitent de la présence de l’activité minière au Québec, incluant les grands centres. L’étude souligne notamment que 1,4 milliard de dollars ont été dépensés en 2014 par l’industrie minière à Montréal, ce qui place la métropole au deuxième rang derrière
l’Abitibi-Témiscamingue qui récolte plus de deux milliards de dollars. La Côte-Nord arrive troisième avec 620 millions de dollars.

« L’industrie minière est un moteur de développement économique incontournable pour le Québec. Nous savions que les retombées étaient majeures. Nous savons maintenant exactement dans quelle mesure les régions du Québec en profitent de façon individuelle. Il faut être fier de l’industrie minière qui contribue à mettre en valeur les richesses du Québec, au bénéfice des Québécois, et dans le respect des gens et de l’environnement», a déclaré Josée Méthot, présidente-directrice générale de l’AMQ.

Des 45 500 emplois directs, indirects et induits générés par l’industrie minière, 15 550 sont occupés par des résidents de l’Abitibi-Témiscamingue, 6 700 par des résidents de la Montérégie et 4 350 par des
Montréalais. Avec 4 000 emplois, la Côte Nord occupe quant à elle le quatrième rang.

Investissement en transport collectif:
gens d’affaires, industriels et environnementalistes font front commun

Des organismes et associations représentant le monde des affaires et des groupes environnementaux ont enterré la hache de guerre pour demander d’une seule voix un meilleur financement et un plus grand investissement dans les transports collectifs. Le Conseil patronal de l’environnement du Québec (CPEQ), le Conseil du Patronat du Québec (CPQ), la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, Destination Centre-Ville, l’Association du camionnage du Québec, la Fondation David Suzuki, Équiterre, Vivre en Ville et le Regroupement national  des conseils régionaux de l’environnement (RNCREQ) ont en effet uni leurs voix pour demander des investissements gouvernementaux immédiats, afin d’organiser une transition énergétique efficace dans le secteur des transports.

Lisez l’article complet dans l’édition de décembre du Magazine MCI

Voir toutes les nouvelles industrielles

Aucun commentaire.

Répondre