Accueil » Chroniques » Mines » L’Association minière du Québec s’inquiète de la baisse des investissements miniers
investissement minier baisse industriel magazine actualité

L’Association minière du Québec s’inquiète de la baisse des investissements miniers

l’Association minière du Québec (AMQ) est tout de même préoccupée par la baisse constante des investissements miniers observée par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) et plaide pour que des actions soient prises rapidement afin d’intéresser davantage les investisseurs à choisir le Québec

Selon l’Institut de la statistique du Québec, voici le bulletin des Mines en chiffres:

  • Les investissements miniers sont passés de 2,9 milliards en 2014 à 2,5 milliards en 2015 (baisse de 16%)
  • Les frais d’exploration majeurs sont passées de 37,8% en 2014 à 30,8% en 2015 (baisse de 7%)
  • Le Nord-du-Québec est la région administrative avec le plus grand nombre d’investissements (42%) suivi de l’Abitibi-Témiscamingue (28,5%) et de la Côte-Nord (26,2%)

« Le Québec est en compétition avec la planète entière lorsque vient le temps d’attirer les investisseurs. S’il est trop lourd et compliqué de faire des affaires ici, ils iront ailleurs. Il y a urgence d’agir si on souhaite que se maintienne au Québec une industrie minière forte. Il faut dès maintenant mettre en place les conditions pour stimuler le développement de mines », a déclaré Josée Méthot, présidente-directrice générale de l’AMQ.

association des minières du québec industriel

L’Association reconnaît que le gouvernement du Québec a mis en place un processus d’allègement administratif et réglementaire, mais les actions concrètes tardent à se mettre en place et à porter leurs fruits. « Un gisement découvert aujourd’hui pourrait devenir une mine dans dix à quinze ans. En ce moment, on se demande où sera cette nouvelle mine et surtout, si les conditions seront au rendez-vous pour qu’elle voie le jour. Il est donc important d’agir maintenant, en collaboration avec le gouvernement, pour que l’industrie minière continue d’être un vecteur important de prospérité socio-économique pour le Québec et ses régions », a poursuivi Mme Méthot.

Voir toutes les nouvelles industrielles

 

Aucun commentaire.

Répondre