Accueil » Dossiers » Accréditation » Accréditation du CCAA au CFP des Moulins. Les matériaux composites prennent leur envol

Accréditation du CCAA au CFP des Moulins. Les matériaux composites prennent leur envol

Depuis quelques années, les matériaux composites remplacent les métaux dans la fabrication de plusieurs structures d’aéronefs. Et cette tendance se poursuit en s’accélérant. Si bien que la formation du personnel est un besoin urgent pour combler les besoins.

Louis Garceau,

Louis Garceau, coordonnateur, service aux entreprises, Centre de formation professionnelle des Moulins (CFPM)

Le Centre de formation professionnelle des Moulins (CFPM) à Terrebonne est la première institution au Québec à être formellement accréditée pour donner les nouveaux séminaires en réparation de pièces aéronautiques en matériaux composites. L’accréditation du Conseil canadien de l’aviation et de l’aérospatiale (CCAA) a été officialisée le 18 février dernier.

« Il s’agit d’un cours de 900 heures réparti sur 9 mois. Les étudiants, au nombre d’une quarantaine par cohorte, apprennent des notions de base en mathématiques, dessin, santé & sécurité. L’évaluation des dommages, schémas de réparations génériques par usinage et la cuisson par unité portative fait aussi partie du cours. Dans un deuxième temps, les matériaux composites, chimie, notions d’ingénierie et mise en œuvre des procédés viennent compléter le cours. La théorie représente 25 % de l’enseignement et 75 % des activités se déroulent en atelier », explique Stéphane Roy, agent de développement du service aux entreprises et spécialiste en matériaux composites.

Le cours est offert à deux niveaux : la réparation des pièces de composites aéronautiques et l’apprentissage des diverses techniques de réparation, produits d’ensachage et principes de traçabilité.

Autrefois, les étudiants devaient se rendre à London, Ontario, explique Louis Garceau, coordonnateur du service aux entreprises au (CFPM).

« Nous savions qu’il existe un besoin non seulement en aéronautique, mais aussi dans le secteur des éoliennes et des infrastructures publiques. Certes, l’aérospatiale traverse de durs moments avec Bombardier et Bell Helicopter, mais de gros fournisseurs exportent leurs produits à l’étranger. Et en ce sens, il faut poursuivre le développement de nouvelles technologies, de nouveaux matériaux et nos cours sont orientés dans cette direction. »

Les partenaires: Mario Héroux, École des métiers de l’aérospatiale de Montréal (EMAM); Thomas Duzik, président de la Commission scolaire des Affluents ; Claude Robichaud, membre du Conseil d’établissement du CFPM ; Christine Poirier, Directrice au CFP des Moulins ; Louis Garceau, Coordonnateur du Service aux entreprises ; Nathalie Paré, Comité sectoriel de main d’œuvre en aérospatiale du Québec (CAMAQ) ; Florence Touré, Conseil canadien en aviation et aérospatiale (CCAA) ; Olivier Caron, Stelia North America; Gino Turcotte, Bombardier; Cédrick Lalaizon, Aéro Montréal

Les partenaires: Mario Héroux, École des métiers de l’aérospatiale de Montréal (EMAM);
Thomas Duzik, président de la Commission scolaire des Affluents ; Claude Robichaud, membre du Conseil d’établissement du CFPM ; Christine Poirier, Directrice au CFP des Moulins ; Louis Garceau, Coordonnateur du Service aux entreprises ; Nathalie Paré, Comité sectoriel de main d’œuvre en aérospatiale du Québec (CAMAQ) ; Florence Touré, Conseil canadien en aviation et aérospatiale (CCAA) ; Olivier Caron, Stelia North America; Gino Turcotte, Bombardier; Cédrick Lalaizon, Aéro Montréal

Accréditation

L’accréditation du CCAA est à l’image de la norme ISO 9001 dans le secteur de la construction. Elle certifie que les étudiants connaissent parfaitement bien la série d’exigences et de gestion de la qualité à respecter lors d’une réparation de matériaux composites.

« Cela permet aux étudiants d’obtenir une reconnaissance dans l’industrie aérospatiale. Nous sommes les seuls au Québec, tout se déroule en français, c’est un bel avantage, et cela donne accès plus facilement à des emplois tout en permettant aux étudiants de demeurer ici au Québec », souligne Louis Garceau.

Avantages des matériaux composites

Les avantages sont nombreux : légèreté, pas de trace de corrosion et un cycle de résistance de fatigue beaucoup plus long que les métaux, ce qui entraîne l’absence de microfissures dans le même laps de temps. Le matériau est composé de fibre de carbone avec généralement de la résine d’époxy, d’un peu de kevlar et de fibre de verre visant à renforcer le produit.

Depuis déjà plusieurs années, des structures d’aéronefs font appel à des matériaux composites. C’est le cas du nez de l’avion, des bords d’attaque des ailes et de la plupart des queues. À l’intérieur même des aéronefs, les composites sont répandus, notamment pour les planchers d’avions.

« À peu près tous les transporteurs du monde auront des avions composés de matériaux composites dans un avenir rapproché. C’est un matériau d’avenir et ça va demeurer un besoin. Le Boeing 787 est fabriqué presque à 100 % en matériaux composites et le géant américain a commencé à en vendre au transporteur national de Jordanie », précise Louis Garceau.

Le CFPM est reconnu à travers le monde pour son expertise. Des enseignants sont allés en Israël pour assurer une formation adéquate aux techniciens, même chose en Italie pour un transporteur polonais. La Russie et le Brésil figurent également parmi les pays visités.

Le CFPM est un établissement d’enseignement professionnel créé en 1997. Quelque 100 personnes y travaillent. Dix programmes d’études en formation professionnelle sont offerts, dont celui sur les matériaux composites.

Aucun commentaire.

Répondre