Accueil » Chroniques » Comment le Québec peut automatiquement rattraper son retard

Comment le Québec peut automatiquement rattraper son retard

Le Québec montre un retard important en ce qui a trait à l’automatisation de la production. À titre d’exemple, pour chaque dollar investi en équipement aux États-Unis, le Canada et le Québec investissent uniquement 70 sous et 50 sous respectivement.

L’automatisation des pratiques, tout au long de la chaîne logistique ou de l’emballage de fin de ligne ne fait pas exception. Or, avec la conjoncture économique actuelle, il est essentiel de miser sur la productivité pour tirer son épingle du jeu et ne pas être à la merci d’éventuelles guerres de prix.

Genesis_cube

Travailler avec les bons outils

Il va sans dire que l’ajout d’un équipement permet d’améliorer la productivité et donc augmenter la compétitivité d’une entreprise. Que ce soit pour l’automatisation complète d’une tâche ou l’automatisation partielle, la résultante demeure la même : moins de temps requis pour le même travail. L’objectif ici n’est pas de remplacer l’homme par la machine mais plutôt de permettre à l’homme de se faire aider par une machine et de se consacrer à des tâches à valeurs ajoutées.

Réglé au quart de tour

Ce n’est pas une surprise que la machine a l’avantage d’être plus précise que l’homme. En effet, dans le cas d’une emballeuse à pellicule étirable, des programmes installés dans l’appareil, permettent de déterminer, avec précision, le pourcentage de pré-étirement nécessaire pour accomplir la tâche dans des conditions optimales.

Cette fonctionnalité, parmi tant d’autres, apporte des économies substantielles en terme de consommation de pellicule et ce, sans nuire à la fiabilité de l’emballage. Le fait est que sans cet outil, la marchandise se trouve probablement en situation de sous- ou suremballage ; situations bien répandues et souvent peu diagnostiquées qui, non seulement, augmentent les coûts globaux d’emballage, mais occasionnent des bris ou des rejets.

La sophistication de l’emballage automatique

La technologie s’adapte au consommateur et peut même prévoir ses besoins. Pensons aux voitures maintenant dotées de voyant lumineux pour marquer la présence d’un autre véhicule dans l’angle mort. Ce sera là, dans quelques temps, un acquis pour les modèles de base. Le même principe s’applique aux emballeuses qui vont au-delà de la simple application de la pellicule.

En plus de déterminer la vitesse, le nombre de tours à effectuer, le pourcentage de pré-étirement, il est désormais possible d’ajuster la tension à appliquer à différents niveaux de la palette. C’est le cas de certaines machines Robopac dotées du Cube Technology et exclusivement distribuées

par Cartier. Cette technologie de pointe, permet d’adapter la tension adéquate à l’endroit où l’on souhaite l’appliquer.  Si pour une même palette différents produits y sont superposés, il est possible d’ajuster la tension idéale à chacun des niveaux pour une application optimale, peu importe le produit à emballer.

Optimiser l’emballage

Ceci dit, les réglages optimaux de la machine jumelés aux bons produits d’emballage amènent des économies qui se font sentir à grande échelle. Le choix des bonnes composantes d’un emballage ne doit être laissé au hasard, mais doit plutôt se faire via une approche systémique.

Cartier, une entreprise située à Saint-Césaire et spécialisée dans l’optimisation d’emballage, s’est dotée d’un laboratoire d’essai certifié ISTA permettant de reproduire les conditions de transport, de manutention et de transbordement pour identifier les points critiques d’un emballage et  proposer les solutions efficaces.

Les solutions tiennent non seulement compte de la combinaison la plus performante de composantes d’emballage, mais aussi des paramètres d’utilisation de ces composantes. Ainsi, toutes les conditions gagnantes sont réunies pour concevoir un emballage efficace à tous les niveaux et réduire, à sa plus simple expression, le volet gaspillage!

C’est d’ailleurs dans le cadre de la 5e édition du Rendez-vous des leaders, organisé par Cartier que, suite à la conférence donnée par Monsieur René Vézina (journaliste et chroniqueur économique), Monsieur Jocelyn Legault, le Directeur du service technique a exposé les meilleures pratiques logistiques. Plusieurs dirigeants d’entreprises ont ensuite pu visiter le laboratoire de Cartier et constater concrètement que l’optimisation de l’emballage est un choix payant!

 

Rhita Amane
Responsable marketing, CARTIER
L’emballage optimisé
Tél. : 1 800 363-2737
ramane@emballagecartier.com
www.emballagecartier.com

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.