Accueil » Chroniques » Croissance économique et conseils financiers

Croissance économique et conseils financiers

Le Conference Board du Canada a publié un rapport en novembre 2014 intitulé : Des conseils financiers pour renforcer la préparation à la retraite et l’économie.

Ce rapport vient renforcer les conclusions déjà atteintes dans plusieurs études antérieures, et amène aussi un facteur nouveau dans l’équation du conseil financier. En aperçu, voici en gros les hypothèses envisagées:

  1. Le vieillissement de la population, qui soulève des questions à propos de la préparation à la retraite s’accompagne aussi d’un ralentissement de croissance potentielle de la production économique
  2. Les conseillers financiers peuvent inciter les ménages à épargner plus
  3. Une augmentation de l’épargne aiderait à apaiser les préoccupations concernant la préparation à la retraite, tout en stimulant la production économique potentielle
  4. Même si une augmentation de l’épargne intérieure entraîne une baisse du PIB réel à court terme, elle produit aussi des avantages économiques à plus long terme. 1

Le constat principal de cette étude démontre que les Canadiens n’épargnent pas suffisamment pour la retraite. Selon l’Agence du revenu du Canada, environ 37 % des contribuables qui gagnent plus de $ 20,000 par an cotisent à un régime de pension.

En excluant ces personnes, seulement 23 % des contribuables investissent dans des REER, ce qui laisse environ 40 % de travailleurs qui ne cotisent ni à un régime de pension, ni à un REER.

Il a aussi été démontré dans l’étude de Montmarquette et Viennot-Briot en 2012, que le fait de profiter de conseils financiers sur une période de 15 ans ou plus, se traduit par une augmentation de 173 % des actifs financiers  d’un ménage par rapport à celui qui n’a pas accès à des conseils financiers.

Augmentation de l’épargne = Augmentation de la croissance économique

On a souvent cru qu’une augmentation de l’épargne pouvait être la cause d’une croissance économique plus lente, dû au fait que le capital épargné ne sert plus à la consommation et n’est donc plus utilisé pour se procurer des biens.

Selon le Conference Board, ce scénario peut sembler évident à court terme, mais à long terme, alors que de plus en plus de personnes prendront leur retraite, cette épargne leur sera nécessaire et reviendra à la consommation pour supporter le coût de vie des retraités.

Cette même conclusion a été atteinte par des chercheurs australiens dans une étude publiée en 20112.

Il est aussi important de mentionner que le principal bénéfice découlant de conseils financiers ne repose pas sur la performance supérieure des placements en terme de rendement, mais plutôt sur l’acquisition d’une meilleure discipline d’épargne qui se traduit à long terme par une valeur patrimoniale plus élevée et des revenus de retraite supérieurs.

En conclusion, les revenus de retraite supérieurs contribuent à une activité économique plus dynamique qui contribue à alimenter la croissance économique.

Pour plus d’information:

Michel Roy, Planificateur financier*, Conseiller en sécurité financière
Pour Les Assurances Boivin inc. et Groupe Action Financière Québec
Représentant en épargne collective auprès d’Investia Services Financiers inc.
Tél. : 418 624-0850 / mroy@monplanif.ca

1. Conference Board du Canada    /   2. KPMG EconTECH 2011

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.