Accueil » Dossiers » Comment trouver le candidat idéal?

Comment trouver le candidat idéal?

Vous croyez avoir trouvé le candidat idéal pour combler un poste de mécanicien, d’opérateur ou d’électromécanicien?

À première vue, vous avez probablement raison. Après tout, il a réussi les tests maison et son CV affiche les compétences techniques et l’expérience recherchées. Mais détrompez-vous.

Ce n’est probablement qu’une illusion. En situation de dépannage et d’urgence, l’instinct d’être capable de mettre la main sur le problème rapidement est un facteur clé qui déterminera lequel des candidats réussira à trouver le problème plus vite qu’un autre. Un élément qui peut faire épargner des milliers de dollars à l’entreprise pour remettre en opération une chaîne de montage dans le plus court laps de temps.

Des entreprises comme Permacon et Mondelez ont compris qu’il ne fallait pas se fier essentiellement aux entrevues et au parcours académique et professionnel des candidats.

Crédit photo: Bernard Gauthier.  Les appareils sont une reproduction miniaturisée de toutes les fonctionnalités de base des équipements semi-automatisés ou automatisés dans les usines et entreprises manufacturières.

Crédit photo: Bernard Gauthier.
Les appareils sont une reproduction miniaturisée de toutes les fonctionnalités de base des équipements semi-automatisés ou automatisés dans les usines et entreprises manufacturières.

« Nous avons toujours eu de la difficulté à combler des postes de mécaniciens et de techniciens. Souvent après l’embauche d’un nouveau candidat, nous avons découvert quelques mois plus tard qu’il n’avait pas nécessairement toutes les connaissances requises pour exécuter ses tâches. Chez Permacon, le milieu de travail est syndiqué et la période de probation est de six mois. Après cette période, il est trop tard pour agir et remettre en question le poste du candidat », explique Éric Saint-Pierre, directeur de l’usine chez Permacon à Metcalfe, Ontario.

Chez Mondelez, une entreprise spécialisée dans la fabrication de produits de confiserie, les mauvaises surprises ont également fait partie du décor. « Certains mécaniciens faisaient de l’excellent travail, ils étaient très bons manuellement, mais n’avaient pas la compréhension au niveau de la vision tridimensionnelle des mécanismes », raconte Pierre Lachance, directeur de la maintenance chez Mondelez.

OptiTest

Depuis une quarantaine d’années, il existe une technologie reconnue mondialement pour valider les compétences d’un futur candidat. Il s’agit de tests d’aptitudes mécaniques et de compétences en dépannage électrique sur simulateur pour la sélection de personnel de production et de maintenance.

Au Québec, seule l’entreprise OptiTest détient les droits exclusifs sur cette technologie. « Les candidats travaillent sur un appareil, les superviseurs sont invités à assister aux tests et voient le futur employé sur sa façon de réagir à un problème donné. Nos appareils sont une reproduction miniaturisée de toutes les fonctionnalités de base des équipements semi-automatisés ou automatisés dans les usines et entreprises manufacturières », explique Maxime Roussel, président d’OptiTest.

«Certains mécaniciens faisaient de l’excellent travail, ils étaient très bon manuellement, mais n’avaient pas la compréhension au niveau de la vision tridimensionnelle des mécanismes.» -Pierre Lachance, directeur de la maintenance, Mondelez.

Lors d’une épreuve, les candidats doivent trouver le problème qui a été volontairement provoqué. Ces derniers sont en mode dépannage et doivent rapidement faire les bons ajustements pour remettre l’appareil dans son état d’origine. C’est le défi à relever et tous les candidats doivent réussir pour ensuite décrocher le travail convoité chez un employeur qui fait affaires avec OptiTest.

Crédit photo: Bernard Gauthier. « Pour réussir, il suffit d’avoir un bon esprit d’analyse et une logique naturelle, les deux facteurs les plus importants pour obtenir du succès en dépannage mécanique dans toutes les industries. »

Crédit photo: Bernard Gauthier.
« Pour réussir, il suffit d’avoir un bon esprit d’analyse et une logique naturelle, les deux facteurs les plus importants pour obtenir du succès en dépannage mécanique dans toutes les industries. »

« C’est une expérience très révélatrice parce que cela permet d’évaluer la perception tridimensionnelle du candidat au chapitre de la mécanique, c’est-à-dire l’interaction qu’il perçoit et les pièces qu’elles représentent. Pour réussir cette étape, il n’est pas nécessaire d’avoir une formation ou une compétence. Simplement un bon esprit d’analyse et une logique naturelle, les deux facteurs les plus importants pour obtenir du succès en dépannage mécanique dans toutes les industries », poursuit Maxime Roussel.

Il peut y avoir jusqu’à 3 tests d’essai. Ces tests sont d’une durée moyenne d’une heure trente chacun et s’adressent aux opérateurs, mécaniciens, électrotechniciens, électromécaniciens et électriciens.

Une différence appréciable?

Chez Permacon, la question ne se pose plus. Depuis cinq ans, l’entreprise passe au crible tous les candidats retenus chez OptiTest. « Il y a une différence notable. Un candidat qui a réussi les tests chez OptiTest n’a jamais déçu Permacon. Dans le feu de l’action, tous les nouveaux candidats ont livré la marchandise. Nous avons eu droit à des surprises de taille, alors que je voyais des candidats, qui avaient tout le bagage pour réussir, ne parvenaient pas à résoudre l’équation au moment de l’épreuve finale », indique Éric Saint-Pierre.

Pour ce qui est de Pierre Lachance, « ces épreuves permettent d’évaluer l’instinct mécanique. C’est inné. Le candidat l’a ou ne l’a pas. Autrefois, je travaillais dans le secteur pharmaceutique et je faisais appel à la même technologie. C’est un bel outil pour compléter une embauche. Je dirais même que ça ferme la boucle. »

OptiTest veut percer le marché ontarien en 2015. Déjà, une centaine de clients font appel à OptiTest lors du processus d’embauche de leurs candidats.

Saviez-vous que?

  • Depuis une quarantaine d’années, il existe de tests d’aptitudes mécaniques et de compétences en dépannage électrique sur simulateur pour des candidats en  production et en maintenance?

 

Liens internet:

  1. OptiTest
  2. Permacon
  3. Mondelez

Un commentaire

  1. Comme évoqué dans l’article, la compétence technique qu’elle qu’elle soit ne suffit pas pour rendre un technicien efficace dans la recherche des anomalies rencontrées.
    Il faut en plus une formation au diagnostic, qui n’est pas technique. Il faut donc amener aux acteurs une méthode de résolution de problèmes efficace comme la méthode MAXER qui a été présentée dans les dernières conférences en Octobre organisée à Montréal par MaintenanceQuébec.com

Répondre