Accueil » Chroniques » Automobiles » Ford F-150 2015, plus que l’aluminium

Ford F-150 2015, plus que l’aluminium

Le Ford F-150 est le champion incontesté des ventes de gros camions en Amérique du Nord depuis belle lurette. Puisque ses principaux concurrents ont dévoilé des nouveaux modèles au cours des deux dernières années, le temps était venu pour Ford de renouveler son best-seller.

Règle générale, dans l’industrie automobile, les leaders dans un segment bénéficient de changements plutôt évolutifs afin de demeurer au diapason de la technologie, mais sans aller trop loin de crainte  d’indisposer la clientèle qui craindrait des changements trop drastiques.

Mais la direction de Ford a décidé de jouer d’audace en dévoilant un F-150 doté d’une carrosserie toute en aluminium, permettant ainsi d’alléger ce camion d’environ 300 kg. Ce qui devrait intéresser une clientèle de plus en plus préoccupée par l’économie de carburant.

Malgré ce coup d’éclat, il ne faut pas croire que les ingénieurs de Ford se soient contentés d’alléger la carrosserie et la caisse de chargement. Cette nouvelle camionnette déborde d’innovations.

Déluge d’innovations

En plus d’avoir mis au point une carrosserie ultra légère en aluminium, les ingénieurs de Ford ont également réalisé une silhouette très aérodynamique. À première vue, les changements esthétiques semblent assez modestes, mais il n’y a pas un élément de la carrosserie qui n’a pas été modifié afin de réduire la résistance à l’air.

Mais il y a plus. Il faut souligner les phares avant à DEL, les rétroviseurs avec projecteur incorporé, les rampes de chargement intégrées, le hayon motorisé et télécommandé en plus de caméras avec vue aérienne. Sans oublier le fait que l’habitacle est très silencieux tandis que la qualité des matériaux est sans faille.

Crédit photo: Ford Canada. Cette camionnette a été soumise à des millions de kilomètres de tests.

Crédit photo: Ford Canada.
Cette camionnette a été soumise à des millions de kilomètres de tests.

Bref, même sans la présence d’une carrosserie ultra légère, le nouveau F150 possède plusieurs arguments pour convaincre les acheteurs. Et on a profité de cette nouvelle mouture pour réviser les groupes propulseurs et en proposer deux nouveaux.

Le V6 domine

Il n’y a pas si longtemps, les camionnettes d’une demi-tonne étaient généralement commandées avec un moteur V8 tandis que le V6 disponible faisait figure de parent pauvre. Mais les temps ont changé. Et le nouveau F-150 propose trois V6 contre  un seul  V8.

Crédit photo: Ford Canada. La planche de bord est très moderne et la qualité des matériaux améliorée.

Crédit photo: Ford Canada.
La planche de bord est très moderne et la qualité des matériaux améliorée.

Ce dernier conserve la même cylindrée, soit 5,0 litres, mais sa puissance est maintenant de 385 chevaux, un gain de 20 forces. Le moteur de base est un V6 de 3,5 litres qui remplace le V6 de 3,7 litres offert l’an dernier et il produit 283 chevaux. Il est légèrement moins puissant qu’en 2014 – 302 chevaux- mais compte tenu de la perte de poids du véhicule, il permet d’offrir ce V6 sur le modèle à cabine d’équipage (crew cab).

Tous sont unanimes pour vanter les mérites du nouveau moteur V6 2,7 litres EcoBoost d’une puissance de 325 chevaux et doté du système arrêt/départ (stop/start). Il est le plus frugal des moteurs en fait de consommation.

Finalement, le troisième V6 est un 3,5 litres EcoBoost à double turbo produisant 365 chevaux et assure une capacité de remorquage de 12 000 livres. Tous ces groupes propulseurs sont couplés à une boîte automatique à six rapports.

Aluminium : le pour et le contre

La décision de Ford de proposer une carrosserie entièrement en aluminium est un geste qui risque de transformer l’industrie. Pour le constructeur de Dearborn, compte tenu de la popularité du F-150, un échec ou des ennuis mécaniques risquent de coûter cher.

C’est pourquoi on a mis les bouchées doubles pour s’assurer que ce matériau soit encore plus solide que l’acier. Le nouveau véhicule a été mis à l’épreuve sur des millions de kilomètres. Et pour assurer toute la robustesse voulue, le châssis de type échelle est en acier renforcé.

Parmi les avantages d’un véhicule en aluminium, il y a bien entendu la perte de poids qui a une incidence positive sur la réduction de la consommation de carburant. Cet allègement permet également d’utiliser des moteurs de plus faible cylindrée, donc consommant moins. Il y a aussi la résistance à la rouille.

Et les ingénieurs nous garantissent qu’ils ont développé des alliages qui rendent la caisse plus rigide que l’acier. Chez Ford, on souligne avoir acquis une grande expertise lorsque le constructeur américain était propriétaire des compagnies Jaguar et Range Rover, deux constructeurs faisant appel à l’aluminium pour les carrosseries de leurs véhicules.

En fait, le seul point d’interrogation est la réparation de l’aluminium, un matériau très rigide qui nécessite des techniques de réparation spéciales et un atelier de réparation isolé de l’espace réservé aux véhicules en acier. Il en coûtera sans doute plus cher en réparation et en assurance.

Reste à savoir si l’économie de carburant au fil des mois saura compenser. Il faut mentionner que le constructeur a aidé ses concessionnaires sur le plan financier pour moderniser leur atelier et des cours de formation exhaustifs ont été dispensés.

Quant à la conduite, il n’y a pratiquement que des éléments positifs à souligner. L’insonorisation est impeccable ou presque, la tenue de route sans histoire et le véhicule étant plus léger,  est donc plus agile.

On aurait espéré une transmission offrant plus de rapports, le retour du modèle Raptor et des prix qui seraient demeurés les mêmes, mais ceci dit l’offre est quand même impressionnante à tous les points de vue.

 

Pour plus d’information:

Jacques Bienvenue
Chroniqueur automobile
Jbienvenue5@gmail.com

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.