Accueil » Chroniques » L’emballage secondaire et tertiaire : une mine d’or de valeur ajoutée
Table-à-impact. Crédit photo : Emballages Jean Cartier

L’emballage secondaire et tertiaire : une mine d’or de valeur ajoutée

Les défis en matière d’emballage sont au coeur de la chaîne logistique d’un fabricant ou d’un distributeur, puisque l’objectif est de préserver l’intégrité du produit, et donc sa valeur marchande, jusqu’au consommateur final.

Cette protection doit se faire à un coût total optimal, qui permette à l’entreprise d’éviter les pertes à plusieurs niveaux (processus de palettisation lent et coûteux, produits brisés dans le transport, ruptures de stock au point de vente), pour obtenir des bénéfices concrets en adoptant des bonnes pratiques d’emballage.

Les entreprises certifiées au moyen du protocole ISTA peuvent obtenir des garanties de transporteurs, qui s’engagent à rembourser les palettes endommagées.

Dès qu’il est question d’amélioration de l’emballage, on parle presque toujours de l’emballage primaire. L’emballage secondaire et tertiaire ou de fin de ligne, comme le carton ou la pellicule étirable, est encore largement perçu comme une commodité.

Pourtant, il est réducteur de considérer cette activité simplement sous l’angle du prix : il faut plutôt prendre en considération le coût total de l’emballage, pour en mesurer l’impact dans l’ensemble de la chaîne logistique et l’optimiser en conséquence. Lors de ce processus, deux actions sont particulièrement sources de valeur ajoutée : l’optimisation et l’automatisation.

Optimisez et validez l’efficacité de votre emballage

Assurez-vous d’optimiser et de valider votre emballage afin qu’il soit efficace en utilisant des méthodes modernes et des équipements spécialisés. Les entreprises d’experts en optimisation vous permettent d’identifier les forces et les faiblesses de votre emballage pour protéger vos produits jusqu’à la destination finale tout en préservant votre image de marque.

Simulateur de vibration

Simulateur de vibration

À cet effet, il vous est possible de faire tester et valider votre palettisation auprès d’un laboratoire d’essai certifié ISTA (International Safe Transit Association).

Celui-ci, en utilisant un protocole de tests appliqué dans un environnement contrôlé, démontrera les effets du transport sur l’emballage de votre palette typique à différentes étapes, de la manutention jusqu’à la compression liée au stockage.

En faisant appel au laboratoire, vous pourrez aussi tester l’effet de différentes températures auxquelles sont soumis vos produits tout au long de la chaîne logistique.

Une fois que vous aurez retenu les solutions d’optimisation les plus performantes afin que vos palettes arrivent toujours intactes au meilleur coût tout en respectant l’environnement, alors l’automatisation des processus d’emballage devient une façon d’accentuer la productivité de votre entreprise.

Automatisez vos opérations d’emballage de fin de ligne pour une productivité accrue

L’automatisation de l’emballage secondaire et tertiaire vous permettra de résoudre plusieurs problèmes en usine, notamment en augmentant la vitesse de palettisation.

Faire le choix d’un emballage secondaire et tertiaire automatisé se traduit en économies pouvant atteindre de 30 % à 55 % 1

Les automates les plus performants peuvent même être programmés pour mieux protéger les points sensibles d’une palette, tel que les points de cisaillement.

Les gains financiers réalisés peuvent ensuite être utilisés dans des activités à valeur ajoutée, comme la recherche et le développement, tandis que les employés anciennement attitrés à l’emballage manuel peuvent être redéployés sur des tâches plus productives.

Bénéficiez d’avantages concurrentiels concrets

Les entreprises certifiées au moyen du protocole ISTA peuvent ensuite obtenir des garanties de transporteurs qui s’engagent à rembourser les palettes endommagées durant le transport.

Grâce à cette garantie, les entreprises certifiées disposent d’un avantage concurrentiel. De telles certifications seront de plus en plus recherchées par les distributeurs eux-mêmes, car tout le monde y trouve son compte.

Walmart exige déjà des garanties de ses fournisseurs pour tout ce qui a trait au développement durable, notamment en ce qui concerne le point optimal d’emballage, pour éviter le sous-emballage comme le suremballage.

Des outils d’optimisation sont même mis à la disposition des entreprises qui désirent faire affaire avec Walmart, pour qu’elles puissent s’assurer du fait que leur offre globale satisfasse tous les critères du distributeur, de la production à la livraison.

Et il y a fort à parier que les politiques de Walmart au niveau de la certification auront des répercussions auprès de Loblaw, Metro ou Sobey’s à court ou moyen terme.

L’optimisation et l’automatisation de votre emballage secondaire et tertiaire sont deux avenues prometteuses pour non seulement améliorer la productivité de vos opérations, mais aussi mieux gérer le risque inhérent aux activités de manutention et de transport.

Le tout, pour préserver la valeur marchande de vos produits et renforcer votre image de partenaire fiable auprès de vos clients.

1Données obtenues avec un automate utilisant la technologie Cube (source : Emballages Jean Cartier)

Pour plus d’information:

Philippe Peyrevidal
Responsable du marketing
Emballage Jean Cartier
Tél. : 1 800 363-2737
servicetechnique@cartierpackaging.com

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.