Accueil » Chroniques » La gestion active: service de conseils actifs + gestion = pensée active

La gestion active: service de conseils actifs + gestion = pensée active

Dans nos deux dernières chroniques intitulées « La valeur du conseil », nous avons démontré que le fait d’être actif pour un investisseur, c’est-à-dire de savoir bénéficier de conseils financiers professionnels, améliore de beaucoup sa situation financière au fil des années.

Dans cette chronique, nous allons démontrer que procéder à l’évaluation et à la sélection rigoureuse de gestionnaires de portefeuille peut ajouter de la valeur aux conseils et, conséquemment, à votre patrimoine familial.

La gestion active guide votre portefeuille

Comme tout investisseur, vous avez dû faire face à beaucoup d’incertitude ces dernières années. Même si les marchés sont volatils par nature, les études font clairement ressortir le constat suivant : une gestion de portefeuille active contribue à rehausser les rendements de placements.

Une gestion active de placements signifie qu’un gestionnaire de portefeuille achète et vend, d’une manière active, des valeurs mobilières en votre nom. Le gestionnaire a recours à diverses techniques d’analyse pour atteindre des objectifs particuliers, par exemple un revenu mensuel ou la croissance du capital.

On peut distinguer un placement actif d’un placement passif, comme un fonds négocié en bourse (FNB) qui vise simplement à reproduire l’indice du marché (p. ex. : indice S&P 500, indice composé S&P/TSX).

En 2009, des chercheurs de la Yale School of Management* ont entrepris une étude visant à définir la gestion active et à quantifier la valeur créée par ce type de gestion pour le compte des investisseurs. Ils ont trouvé que ce qui caractérise les véritables gestionnaires actifs est le risque actif.

On détermine le risque actif en considérant les titres en portefeuille d’un gestionnaire, qui diffèrent des titres compris dans l’indice de référence, comme l’indice S&P 500 ou l’indice composé S&P/TSX. Plus grande est la différence entre le nombre de titres différents, plus élevé est le risque actif.

Cette étude démontre aussi que les fonds à gestion active sont difficiles à trouver; la tendance actuelle à mettre en valeur les fonds à gestion indicielle a fait en sorte que la proportion de gestionnaires véritablement actifs est passée de 90 % en 1990 à 45 % en 2009.

Pourquoi la gestion active?

•Parce que les études indépendantes ont démontré que ce style de gestion augmente sérieusement la probabilité des gestionnaires de surclasser l’indice de référence. Les résultats démontrés par l’étude  mentionnée indiquent que ces gestionnaires ont surclassé le marché en moyenne de 1,13 à 1,15 % par année, déduction faite de tous les frais et coûts de transaction, entre 1980 et 2003.

• Parce que le bon équilibre entre la gestion passive et la gestion active améliore le degré de diversification de votre portefeuille tout en permettant de contrôler adéquatement le niveau de risque et, ultimement, de vous permettre d’atteindre de manière plus sécuritaire les objectifs
financiers que vous vous êtes fixés.

Note : Cette chronique a été commanditée en partie par
Placements IA Clarington inc.

*Étude réalisée en 2009 par K. J. Martijn Cremers et Antti Petajisto, intitulée « How Active Is Your Fund Manager? A New Measure That Predicts Performance ».

Michel Roy
Planificateur financier*, Conseiller en sécurité financière
Pour Les Assurances Boivin inc. et Groupe Action Financière Québec
Représentant en épargne collective auprès d’Investia Services Financiers inc.
Tél. : 418 624-0850 / mroy@monplanif.ca

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.