Accueil » Dossiers » Après la Charte du bois. L’industrie du béton a maintenant sa charte

Après la Charte du bois. L’industrie du béton a maintenant sa charte

Depuis que Québec fait la promotion du bois comme matériau pour la construction d’immeubles en raison de son caractère moins énergivore et moins polluant que d’autres matériaux, l’industrie du béton devait réagir pour protéger ses intérêts.

Cet automne, l’Association béton Québec ( ABQ ) a adopté sa charte du béton visant à mettre en valeur les efforts de l’industrie du béton dans le développement environnemental, social et économique du Québec. La Charte du béton veut ainsi poursuivre les objectifs suivants :

  • promouvoir l’utilisation du béton prêt à l’emploi;
  • mobiliser les membres et partenaires de l’industrie à adhérer aux meilleures pratiques dont, celles de l’efficacité énergétique et du développement  durable;
  • développer les applications des bétons à valeur ajoutée;
  • contribuer à l’enrichissement du bâti québécois.

« Vous êtes probablement au courant que l’industrie du bois a sorti un lapin de son chapeau : une charte subventionnée par le gouvernement du Québec et signée par la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet », a déclaré Luc Bédard, directeur de l’ABQ, dans un discours prononcé devant les membres de son association.

« Le bois a la propriété d’emmagasiner et d’emprisonner les atomes de carbone présents dans le CO2   »  – Ministère des Ressources naturelles du Québec

À son avis, l’industrie du béton a déjà mis la main à la pâte et s’est donné l’objectif de diminuer son empreinte écologique. « L’ABQ a lancé cette année son guide de gestion environnemental des usines de béton, qui se veut le premier pas en ce sens. Le béton est le matériau de choix en termes de résilience. Il répond aux problématiques de demain que, cela soit avec sa durabilité ou sa résistance face aux changements climatiques », poursuit Luc Bédard.

Selon l’ABQ, le béton est conçu pour durer. « Rien de mieux comme exemple que les infrastructures de transport en commun ou encore la Maison du développement durable qui a été réalisée en béton et qui a obtenu le plus haut niveau de la certification LEED soit, le platine », soutient Luc Bédard.

Charte du bois

Pour les défenseurs de l’industrie du bois, la Charte du bois veut poursuivre les objectifs

suivants :

  • accroître l’utilisation du bois dans la construction au Québec;
  • réduire les émissions de gaz à effet de serre;
  • développer des produits du bois à plus haute valeur ajoutée;
  • contribuer à l’enrichissement du Québec.
Selon le MRN, le bois se compare avantageusement à d’autres matériaux de construction, comme l’acier et le béton. Crédit photo: sculpies / Shutterstock

Selon le MRN, le bois se compare avantageusement à d’autres matériaux de construction, comme l’acier et le béton.
Crédit photo: sculpies / Shutterstock

« En plus de créer des emplois et de la richesse pour nos communautés forestières, une plus grande utilisation du bois dans la construction au Québec est une contribution tangible à la lutte contre les gaz à effet de serre. Les Québécois doivent se réapproprier ce matériau noble provenant de nos forêts. Nous devons construire avec du  bois, dans l’intérêt de notre industrie, de nos régions, de nos communautés et de l’environnement », indique la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet.

Selon le ministère des Ressources naturelles (MRN) du Québec, le bois a la propriété d’emmagasiner et d’emprisonner les atomes de carbone présents dans le CO2, l’un des gaz à effet de serre (GES) à l’origine des changements climatiques.

Dans un document du MRN, le bois se compare avantageusement à d’autres matériaux de construction, comme l’acier et le béton, qui consomment de 26 à 34 % plus d’énergie et émettent de 57 à 81 % plus de GES. C’est pour cette raison que la Charte valorise l’utilisation du bois dans la construction.

Saviez-vous que ?

  • L’industrie du béton existe depuis un siècle et emploie 3 500 personnes?

 

LIENS INTERNET 

  1. Association béton Québec (ABQ)
  2. Ministère des Ressources naturelles du Québec

 

 

Aucun commentaire.

Répondre