Accueil » Dossiers » Québec doit alléger le poids fiscal des entreprises manufacturières

Québec doit alléger le poids fiscal des entreprises manufacturières

La situation est urgente. La fiscalité québécoise écrase les entreprises manufacturières. Je suis d’avis, comme beaucoup d’autres, que Québec doit agir rapidement en déposant sa politique industrielle d’ici la fin de l’année.

De son côté, Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ) espère que cette nouvelle politique ne reposera pas seulement sur des crédits d’impôt, mais sur un levier généralisé pour donner un souffle à l’ensemble du secteur manufacturier.

J’ai relevé des renseignements et des statistiques qui montrent pourquoi la situation est si urgente. Le secteur manufacturier a perdu 6 600 emplois en juin. C’est le cinquième recul depuis les six derniers mois de l’année. En 2012, cependant, une remontée du nombre d’emplois permettait de croire que la tempête était passée.

Selon les résultats les plus récents, les pires secteurs manufacturiers en baisse sont :

  • les textiles et les produits dérivés;
  • la fabrication de vêtements;
  • le pétrole, les produits chimiques, le plastique et le caoutchouc;
  • la fabrication de produits informatiques et électroniques;
  • la fabrication de produits minéraux et non métalliques (qui affiche la  pire performance avec une baisse supérieure à 21 % en taux de variation annuels des trois premiers mois de l’année).

Le seul secteur qui affiche une timide remontée est celui de la fabrication de matériel de transport avec un taux de croissance annuel de 0,5 % en avril. Quant à la fabrication de produits aérospatiaux, sa croissance demeure négative depuis les huit derniers mois.

Le PIB manufacturier a enregistré un recul de 711 M$ en avril dernier. Il s’agit de la plus forte baisse depuis juin 2012. Ce qui m’inquiète le plus, c’est que la décroissance de l’emploi s’est accélérée depuis avril jusqu’à juin avec des résultats respectifs de -2,5 %, -3,5 % et -4,9 %.

Bien qu’une révision de la fiscalité des entreprises manufacturières, selon moi, s’impose, la grève dans le secteur de la construction cet été, le ralentissement des activités du secteur minier et la baisse de la production manufacturière chez nos voisins du sud sont trois autres facteurs qui me semblent n’aider en rien la performance de nos manufacturiers.

Éric Pageau, éditeur

Aucun commentaire.

Répondre