Accueil » Chroniques » Par où commencer quand on veut importer

Par où commencer quand on veut importer

Il arrive souvent que des entreprises voulant importer pour la première fois communiquent avec moi, ne sachant pas à quel organisme demander de l’information.

Le monde de l’importation est simple dans sa complexité. Il est parfois simple de trouver un produit, mais parfois plus complexe de l’importer. En effet, le transport et les différentes règles canadiennes rendent le processus laborieux.

Voici des conseils qui vous aideront dans votre prise de décision :

La première étape est de trouver votre produit et la deuxième étape est de définir le prix coûtant une fois qu’il est acheminé au Canada. Souvent, l’importation est motivée par la recherche d’un produit déjà disponible au Canada, mais qu’on voudrait se procurer dans un autre pays à un coût moindre.

Vous devez donc connaître le classement douanier du produit dans le système harmonisé afin de déterminer les droits de douanes et les différentes taxes qui pourraient s’appliquer à l’importation.

Vous avez deux façons de le demander : soit en communiquant avec l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), soit en communiquant avec un courtier en douane.

Ces deux intervenants peuvent vous donner une opinion par téléphone. Il ne vous faut cependant pas oublier de demander le numéro de classement sur lequel l’opinion de votre interlocuteur est basée. Ainsi, vous pourrez le valider par la suite, car le tarif des douanes est accessible gratuitement par internet.

Si la description fournie avec le numéro de classement ne semble pas concorder à ce que vous désirez importer, vous pouvez faire une demande écrite de décision à l’ASFC. Cette demande peut être présentée par vous (sans frais) ou par votre courtier. La réponse de l’ASFC deviendra alors une décision à portée nationale.

Si vous importez un nouveau produit qui n’a jamais été importé auparavant, obtenir une décision auprès de l’ASFC est fortement suggérée afin d’éviter de possibles et coûteuses erreurs d’interprétation.

Dans la construction du coût à l’importation, il y a l’aspect du transport à considérer. Pour trouver votre prix de transport, vous devez communiquer avec des transporteurs et des magasiniers. Comme il existe plusieurs possibilités et services d’acheminement, il est suggéré de confier cette analyse à un transitaire qui fera le travail pour vous, car il possède une connaissance élargie des services et tarifs des compagnies maritimes et aériennes.

Si vous importez des États-Unis, un courtier en transport pourra vous aider. Voici les renseignements qu’il vous demandera : l’incoterm, l’adresse de cueillette, les dimensions et le poids des boîtes, ainsi que les accessibilités de chargement et de déchargement. L’incoterm est là pour définir la responsabilité de l’acheteur et celle du vendeur par rapport au mouvement de la marchandise.

L’étape suivante est de savoir si vous pouvez importer le produit au Canada. L’ASFC représente plusieurs ministères. Voici quelques exemples de ministères avec qui vous devez faire des vérifications : Ressources naturelles Canada pour les appareils électriques, l’Agence canadienne d’inspection des aliments et Santé Canada pour les produits alimentaires, et l’ASFC pour le marquage des marchandises. Un courtier en douane pourra vous aider afin de valider auprès de quel ministère vous devez vous renseigner.

Lorsque toutes vos vérifications sont effectuées et que l’importation est réalisable, vous devez obtenir un numéro d’importateur, opération qui ne prend que quelques minutes lorsque vous détenez un numéro d’entreprise. Habituellement, vous n’avez pas besoin de licence ou de permis, sauf pour certaines denrées alimentaires.

Lors de l’importation, la douane se réserve le droit d’examiner votre marchandise surtout lors d’une première importation, et des frais peuvent en découler. À titre d’exemple, l’examen d’un conteneur maritime complet peut représenter des frais de 1 500 $ US.

L’importation de marchandises est simple en soi, mais de petits aléas peuvent compliquer le tout et occasionner des dépenses imprévues. Bien vous renseigner et opter pour de bons courtiers en douane et transitaires contribue incontestablement à la réussite de vos importations !

Denis Gendron, SCD (Canada et É.-U.)
V.P. ventes, relations publiques et formation
Dolbec Logistique International Inc.
361, rue des Entrepreneurs
Québec (Québec) G1M 1B4
418 688-9115
dgendron@dolbec-intl.ca

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.