Accueil » Dossiers » Caoutchouc/Plastique » La plasturgie traverse des heures difficiles

La plasturgie traverse des heures difficiles

Le prochain congrès de la plasturgie arrive à point nommé. Non seulement les programmes de formation en plasturgie sont inexistants ou presque, mais les jeunes intéressés au secteur ne peuvent obtenir une certification adéquate, faute d’usine-école au Québec. Le problème est majeur et les discussions du 29 mai, à Drummondville, porteront notamment sur cet enjeu.

Pour la quatrième année de suite, le congrès de la Fédération des Plastiques et Alliances Composites (FEPAC) permettra à quelque 200 chefs et décideurs de ’industrie de la plasturgie de se pencher autour de deux grands thèmes : le développement stratégique de la main-d’œuvre et le développement stratégique des entreprises.

Développement stratégique de la main-d’œuvre

Il s’agit d’un problème de taille. La rareté des employés qualifiés se fait sentir au point où les entreprises sont appelées à devenir moins concurrentielles à long terme sur les marchés mondiaux. Depuis plusieurs années, la FEPAC a travaillé très fort sur ce problème avec la Commission des partenaires des marchés mondiaux (CPMT) pour trouver des solutions.

Au terme d’une entente entre les deux organismes, la CPMT a décidé de verser une subvention à la FEPAC pour lui permettre de créer un premier programme de formation dans une école. Le lancement aura d’ailleurs lieu au cours du congrès.

« Nos écoles sont vides. Nous avons des jeunes qui manifestent un bon vouloir, mais qui n’ont aucune formation, aucune certification, donc peu d’attachement à leur entreprise et qui sont prêts à changer de secteur pour de meilleures conditions. Le programme que nous sommes en train de bâtir va offrir aux jeunes la possibilité d’être reconnus et d’apprendre dans une usine-école au Québec, ce qui n’existe pas actuellement », explique Chantal Blanchard, directrice administrative à la FEPAC.

Selon cette dernière, le futur programme proposé permettra à une vingtaine d’entreprises non seulement de qualifier les futurs candidats, mais aussi de recevoir une partie importante en subventions pour payer les salaires des nouvelles recrues.

Développement stratégique des entreprises

Le deuxième thème qui sera abordé au cours du congrès vise la responsabilité sociale des industriels par rapport aux choix qu’ils sont et seront appelés à faire sur le développement durable. L’ex-député péquiste, professeur agrégé à HEC et chroniqueur au Journal de Québec et au Journal de Montréal, Joseph Facal, sera le conférencier invité pour parler du sujet.

Chantal Blanchard

Chantal Blanchard, directrice administrative à
la FEPAC.

De plus, Export Québec devrait présenter son guide de commercialisation pour les trois prochaines années : un incontournable pour les industriels. Finalement, pour expliquer aux décideurs l’approche à adopter pour embaucher les jeunes de la génération C, une entreprise viendra témoigner de son expérience.

« Il y aura des tables rondes permettant aux participants de s’adresser directement aux conférenciers. L’objectif est de favoriser les échanges et cette expérience fut très positive l’an dernier », ajoute Chantal Blanchard.

Au Québec, l’industrie de la plasturgie regroupe 840 entreprises de toutes tailles : recycleurs, transformateurs, fabricants de moules, fabricants de machines et d’équipements, fournisseurs de matières premières et fournisseurs de matières connexes.

Au moins 25 000 emplois directs dépendent de la plasturgie, dont 6 700 dans l’industrie des plastiques renforcés. L’industrie du plastique représente de 9 à 12 milliards de dollars du PIB et exporte entre 60 et 70 % de ses produits à l’étranger.

La FEPAC, qui regroupe près de 300 membres de l’industrie canadienne, a pour mandat d’assurer la compétitivité et l’innovation dans la plasturgie.

SAVIEZ-VOUS QUE ?

  • Au moins 25 000 emplois directs dépendent de la plasturgie et 6 700 dans l’industrie des plastiques renforcés?

 

LIENS INTERNET:

  1. FEPAC

LIENS YOUTUBE:

  1. L’industrie, les produits de plastique (français)

Aucun commentaire.

Répondre