Accueil » Chroniques » REER ou CELI ?

REER ou CELI ?

Depuis le lancement des comptes d’épargne libre d’impôt (CELI) en 2009, un nombre impressionnant d’articles analytiques ont été écrits sur le sujet.

Malgré toutes ces analyses, il n’en demeure pas moins difficile de trancher sur la supériorité de l’un ou l’autre de ces produits financiers. Cette difficulté repose sur la multitude de facteurs à considérer lorsque vient le temps de prendre une décision finale.

ImpressionRécapitulons

Le CELI (compte d’épargne libre d’impôt) a été lancé en 2009 pour encourager les Canadiens à épargner davantage. (Souvenons-nous que le taux d’épargne au Canada en 2009 frisait le négatif.) Ce type de compte permet donc d’accumuler, à l’abri des impôts, des sommes déterminées d’avance par le gouvernement.

De 2009 à 2012, il a été possible de contribuer à la hauteur de 5000 $ par année. En 2013, la contribution sera de 5500 $. Voici un tableau comparatif REER-CELI non exhaustif, mais qui présente certains des principaux aspects de chacun des deux véhicules.

En général, la plupart des analystes s’entendent pour dire que si votre taux d’imposition demeure le même à votre retraite que celui pratiqué pendant vos années de travail, vous arriverez au même résultat, peu importe votre choix de véhicule d’épargne.

***Cependant, plusieurs autres facteurs peuvent influencer votre décision. Soulignons ici quelques-uns des impacts que peuvent avoir les retraits d’un CELI comparativement aux retraits d’un REER.

Compte tenu du caractère imposable du retrait d’un REER, celui-ci augmentera votre revenu imposable et pourra avoir une incidence sur les prestations de Sécurité de la vieillesse, comme le supplément de revenu garanti, ainsi que sur plusieurs autres prestations ou crédits d’impôt calculés à partir du revenu imposable.

Tableau2_Finance**Le CELI peut être investi dans des placements tels que dépôts, CPG, obligations, actions, fonds d’investissement, etc.

Notons aussi que, contrairement au REER, le CELI peut être contracté par un utilisateur de plus de 71 ans et donc permettre des économies d’impôt en plus de faciliter la récupération de certains crédits d’impôt.

Quoi faire?

Pour la plupart des gens, la contribution au REER demeure toujours une priorité en raison, notamment, des taux d’imposition élevés qui nous sont exigés. Cependant, une autre stratégie prévaut pour plusieurs épargnants et investisseurs : celle qui consiste à réinvestir les retours d’impôt dans leur compte CELI.

Pour connaître les meilleures options qui s’offrent à vous et avoir une vision claire du sujet, une révision de votre situation fiscale ainsi que de vos objectifs à long terme contribuerait assurément à vous guider dans vos décisions. Cela vous permettrait, en plus, de faire fructifier vos dollars durement gagnés.

Michel Roy
Planificateur financier*
Conseiller en sécurité financière
Pour Les Assurances Boivin inc*.
et Groupe Action Financière Québec
Représentant en épargne collective
auprès d’Investia Services Financiers inc.
Tél. : 418 624-0850 / mroy@gaf.qc.ca

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.