Accueil » Régions » Bas-Saint-Laurent » Le savoir et la haute technologie ravivent les espoirs.
Photo: Mario Landry_Portrait-region_Bas-St-Laurent_MagMCI

Le savoir et la haute technologie ravivent les espoirs.

Orienté depuis toujours vers l’exploitation de ses ressources naturelles, le Bas-Saint-Laurent se dirige à présent vers le développement de deux nouveaux créneaux prometteurs : le savoir et la haute technologie.

La crise forestière a fortement ébranlé le marché de l’emploi au point qu’au second trimestre de 2012 le taux de chômage s’établissait à 9,4 %.

Dans son dernier rapport économique d’avril dernier, le Mouvement Desjardins indique que la région a grandement bénéficié de l’émergence de ses quatre pôles d’agglomération dont les économies se sont tournées vers le savoir et la haute technologie.

« On pense ici à Rivière-du-Loup avec le développement de la tourbe, à La Pocatière et à l’obtention du contrat du métro de Montréal à l’usine de Bombardier, à Rimouski qui consolide son savoir-faire dans les sciences de la mer et qui s’affaire à tirer profit de la venue de Telus (65 M$) afin d’affermir son expertise en TIC et à Matane qui bouillonne d’activités diverses : des jeux vidéo à l’éolien, en passant par l’industrie portuaire. »

Du diesel au gaz naturel

Michel Morin, maire de Rivière-du-Loup

Cette préoccupation a convaincu les élus de l’ouest du Bas-Saint-Laurent d’aller de l’avant avec la construction d’une première station de ravitaillement publique au biométhane liquéfié à Rivière-du-Loup. Ce projet marque une nouvelle étape sur la « Route bleue », un projet d’approvisionnement en gaz naturel liquéfié dans le corridor routier fort achalandé par le transport lourd entre les régions de Québec et de Toronto.

En plus d’être la première station publique, contrairement aux deux autres stations d’approvisionnement desservant la « Route bleue », celle de Rivière-du-Loup fera également figure de précurseur en distribuant du carburant issu d’une énergie renouvelable.

Tourbières

En 2011, parmi les seize créneaux d’excellence analysés après cinq ans de fonctionnement à travers la province, c’est celui de la valorisation de la tourbe et des technologies agroenvironnementales du Bas-Saint-Laurent qui a remporté la position de tête. Le projet de réhabilitation des tourbières et l’obtention de l’accréditation VeriFlora 1 ont permis à la région d’être reconnue comme chef de file dans ce secteur.

Méridien Maritime

Voici un autre projet qui a bien été accueilli par la population de la région de Rivière-du-Loup : Méridien Maritime. Ce consortium d’entreprises du domaine naval, qui se spécialise dans la réparation et la construction navale, a annoncé, cet été, son intention de construire une cale sèche à Gros-Cacouna, créant ainsi une centaine d’emplois.

« L’accès au gaz naturel liquéfié permettra aux entreprises de la région d’être plus compétitives en diminuant leurs coûts de transport. – Michel Morin, maire de Rivière-du-Loup.

Ce projet de 31 M$ vient s’inscrire dans le cadre du créneau Ressources, sciences et technologies marines, l’un des trois créneaux d’excellence du Bas-Saint-Laurent.

CRÉ

À la Conférence régionale des élus (CRÉ) du Bas-Saint-Laurent, on estime que la force réside dans la diversification des activités économiques, l’une des plus variées au Québec, croit Gilles Gagnon, responsable du développement économique et de l’innovation. « Nos créneaux d’excellence sont révélateurs de nos forces. La tourbe et la technologie environnementale en font partie avec une dizaine d’entreprises qui représentent une valeur ajoutée ».

Énergie éolienne

Le Bas-Saint-Laurent englobe 115 municipalités qui s’étendent de La Pocatière aux Méchins, à l’est de Matane. La région compte 200 000 habitants, dont la moitié est considérée comme active sur le marché de l’emploi. L’an prochain, les défis régionaux continueront d’être déterminants. Le vieillissement de la population et la rareté des travailleurs freinent la productivité des entreprises.

« Nous travaillons aussi très fort dans le secteur des télécommunications. C’est un enjeu important pour une région éloignée. Cependant, notre grosse préoccupation repose sur la relève de la main-d’œuvre. Nous devons être capables de garder nos jeunes et d’attirer des immigrants.

C’est un travail de longue haleine et nous prenons les moyens nécessaires pour diffuser une image positive afin d’atteindre nos objectifs », ajoute Gilles Gagnon, responsable du développement économique et de l’innovation à la CRÉ.

De son côté, le CLD Rimouski-Neigette précise que plus de six cents emplois dépendent des secteurs de la métallurgie et de l’ébénisterie industrielle. Trois autres secteurs sont également majeurs : les technologies de l’information et des communications, la construction et les technologies marines.

SAVIEZ-VOUS QUE ?

  • Qu’au second trimestre de 2012 le taux de chômage s’établissait à 9,4 % ?
  • Que laconstruction d’une première station de ravitaillement publique au biométhane liquéfié a démarré à Rivière-du-Loup en octobre dernier ?

 

LIENS INTERNET:

  1. MDEIE Bas-St-Laurent
  2. CRE – Bas-Saint-Laurent

LIEN YOUTUBE:

  1. Technologie du génie civil à Rimouski

 

Aucun commentaire.

Répondre