Accueil » Chroniques » Air comprimé » Pour une qualité d’air comprimé supérieure : la classe 0

Pour une qualité d’air comprimé supérieure : la classe 0

La partie 1 de la norme ISO 8573-1 définit les classes de qualité d’air. Ces classes fournissent un cadre commun pour aider les fabricants à déterminer leur qualité d’air selon les standards.

Les différents niveaux de qualité d’air sont définis par trois facteurs fondamentaux : 1) la contamination en particules (poussière et saleté); 2) la teneur en eau et en vapeur d’eau; et 3) la teneur en huile.

Créée en 1991, cette norme avait défini uniquement cinq classes de qualité d’air. Elle ne comprenait pas de spécifications pour la teneur en vapeur d’huile. Ainsi, l’air de qualité supérieure, de classe 1, pouvait encore contenir une quantité significative de vapeur d’huile. Des industries de fabrication, non satisfaites de ce constat, ont exigé une norme plus élevée pour la qualité d’air; elle a donc été révisée en 2001.

Une norme révisée : la norme ISO 8573-1: 2001

La version révisée de la norme ISO a introduit une nouvelle classe : la classe 0. Cette classe est la plus stricte; elle dépasse les exigences précédentes en matière de qualité d’air et, bien sûr, comprend une mesure de vapeur d’huile. Ainsi, les classes de qualité d’air reflètent fidèlement la teneur totale en huile sous toutes ces formes (liquide, aérosol et vapeur). Cela signifie que l’air de classe 0 est à 100 % exempt d’huile, contenant moins de 0,01 mg/m³ de teneur totale en huile. Le tableau 1 décrit les différentes classes.

Méthodes d’essai pour ISO 8573-1: 2001

La norme révisée exige des échantillons d’air représentatifs. C’est en les analysant qu’il est possible de vérifier qu’ils répondent à la norme. Cette dernière décrit aussi les procédures d’essai à utiliser lors de l’évaluation des échantillons. Les deux méthodes d’essai les plus critiques qui permettent de certifier qu’un  échantillon d’air répond aux limites de contamination de la classe 0 sont l’évaluation des aérosols d’huile et celle des vapeurs d’huile.

ISO 8573 partie 2 : Mesurage des aérosols d’huile

Deux méthodes d’essai pour la mesure de la teneur en aérosols ont été définies. La première méthode, la méthode B1, utilise un échantillonnage à plein débit. Pour recueillir l’échantillon, le flux total de l’air comprimé passe à travers une membrane qui recueille tous les aérosols et les liquides d’huile qui se déplacent dans la tuyauterie.

La méthode B2 est celle de l’échantillonnage du flux partiel. On utilise une sonde de prélèvement insérée dans le centre d’un tuyau où s’écoule l’air pour collecter les aérosols d’huile pour la mesure. Cette méthode ne garantit pas que tous les aérosols soient prélevés et ne tient pas compte de l’huile liquide s’écoulant le long des tuyaux.

ISO 8573 partie 5 : Mesure des vapeurs d’huile et de solvant organique

La procédure consiste à passer le flux d’air comprimé à travers un tube en acier inoxydable rempli de diviseurs de carbone. La chromatographie en phase gazeuse est utilisée pour déterminer la quantité de vapeur d’huile qui est absorbée par l’atome de carbone lorsque l’air passe dans le tube.

L’engagement des manufacturiers de compresseurs d’air

Des fabricants de compresseurs d’air ont déjà obtenu cette certification pour leurs compresseurs centrifuges et à vis sans huile. La classe 0 spécifie les normes de qualité d’air pour des procédés critiques dans les industries alimentaires, textiles, pharmaceutiques et électroniques. Aussi, obtenir une qualité d’air de cette classe est une façon de répondre aux exigences élevées en matière de qualité de fabrication tout en réduisant les déchets, les inefficacités et l’empreinte environnementale des manufactures.

Imane Karaouani, ing. jr.
Ingénieure au développement des projets
Les Entreprises Larry inc.
Experts en solutions d’air comprimé
www.compresseurlarry.com
1 866 767-5277

Aucun commentaire.

Les commentaires sont fermés.