Accueil » Dossiers » Automatisation/Robotisation » Une nouvelle pince robotisée pour accélérer la productivité
Robotique / Crédit photo : Denis Roger

Une nouvelle pince robotisée pour accélérer la productivité

Ce n’est probablement pas une révolution technologique, mais il s’agit d’une première au Québec qui permettra aux entreprises manufacturières et métallurgiques d’accélérer la cadence et de réduire leurs coûts de production.

Il s’agit de la Main Robotiq à deux doigts qui a été lancée sur le marché cet été et dont bien peu d’entreprises en ont entendu parler. C’est une solution flexible pour la manipulation robotisée des processus de fabrication comprenant une grande variété de pièces.

Le Centre collégial de transfert technologique (CCTT) a été la première institution à se doter de cette nouvelle main robotisée à deux doigts. « Au cours des prochains mois, nous allons développer de nouvelles méthodes d’assemblage en soudage, en utilisant la robotique pour positionner les pièces en vue de les souder par exemple.

Ce produit permet d’éliminer les coûts en achats d’outils de manutention. Très flexible, la main à deux doigts manipule diverses composantes de formes différentes. C’est l’avantage majeur. Relativement légère, ni trop grosse, cette main est capable de travailler dans des endroits très exigus », indique Roger Martel, chargé de projet en soudage automatisé au CCTT.

Pour l’organisme gouvernemental, le Québec est précurseur de ce produit, lequel pourrait facilement être exportable. « Notre objectif est de le faire connaître à l’ensemble de l’industrie manufacturière car c’est appelé à connaître un réel succès. »

Roger Martel ajoute que le but visé est de mettre en place les pièces plutôt que des outils soient dédiés à l’assemblage. « Présentement, ce n’est pas utilisé en industrie; c’est embryonnaire. Nous voulons que cette main à deux doigts soit de plus en plus accessible parce que ça élimine les risques d’erreurs et cela assure une meilleure précision. »

Manufacturiers et exportateurs du Québec

De son côté, Manufacturiers et Exportateurs du Québec, qui regroupe 2 000 entreprises manufacturières, estime qu’il s’agit d’une percée majeure dans la mesure où plusieurs applications y sont proposées en raison de la flexibilité et de la polyvalence notamment.

« C’est un genre de processus de fabrication très pointu où un type de pièces peut être fabriqué ou assemblé à très grand volume. L’application semble aussi convenir à d’autres types d’entreprises de plus petites tailles qui ont des besoins plus variés.

J’ai l’impression que c’est un outil qui pourrait démocratiser l’automatisation et amener l’entreprise, qui a priori ne croyant pas être en mesure de s’automatiser, à aller de l’avant avec ses besoins », explique Simon Prévost, président de Manufacturiers et Exportateurs du Québec.

Dans un avenir rapproché, l’association veut lancer un programme pour sensibiliser les entreprises à l’importance d’automatiser leurs activités. « Au Québec, nous accusons un retard et on aimerait que la demande pour des produits robotisés ou automatisés soit plus grande. Sans faire une promotion directe à nos membres, il est certain que ce produit pourrait être identifié comme une solution possible dont on pourrait parler à nos membres. »

Robotiq

C’est l’entreprise Robotiq à Saint-Nicolas, près de Québec, qui a conçu, mis au point et développé la main à deux doigts. Entièrement programmable, la pince offre quatre caractéristiques non négligeables :

  • trois modes distinctifs de saisie qui rendent possible la manipulation de pièces à géométrie variable;
  • un ratio élevé entre la charge utile et le poids de la pince jumelé à la longueur des dernières phalanges permettent de manipuler des pièces de diverses grandeurs et de divers poids;
  • un contrôle précis de la vitesse de fermeture et de la force appliquée permet la manipulation de pièces ayant différentes rigidités : de fragiles et friables à rigides et solides;
  • un contrôle précis de l’ouverture des doigts afin d’accélérer les temps de cycle en ouvrant et fermant la pince de manière partielle.

« Ces caractéristiques sont parfaites pour l’automatisation de processus industriels comprenant une grande variété de pièces dans des applications telles que l’assemblage léger, le triage et la conception d’ensembles, l’emballage, l’alimentation de machines-outils et le transfert de pièces », précise Guillaume Robert, directeur marketing chez Robotiq.

Solution flexible pour la manipulation robotisée des processus de fabrication comprenant une grande variété de pièces.

Adept

L’un des chefs de file dans le marché des systèmes robotisés, Adept, croit que les processus d’assemblage et de manipulation robotisés requièrent un haut degré de flexibilité dû à la grande variété de pièces qu’ont à produire les entreprises manufacturières.

« La Main Robotiq à deux doigts est un outil très flexible qui peut éliminer les temps de changement coûteux dans un processus de fabrication et offrir des avantages significatifs pour plusieurs utilisateurs », affirme David Marak, ingénieur chez Adept.

Marwood Metal Fabrication

L’un des fabricants ontariens de pièces automobiles, Marwood Metal Fabrication, estime qu’il s’agit là d’une solution flexible pour manipuler toutes les pièces, réduire les coûts reliés à l’équipement et éliminer les périodes de temps coûteuses lors des changements.

 

LIENS INTERNET

  1. http://robotiq.com/fr/
  2. http://crvi.ca
  3. http://www.adept.com/
  4. http://www.marwoodmetal.com/
  5. http://qc.cme-mec.ca/

 

LIENS YOUTUBE

  1. http://www.youtube.com/watch?v=DW4ttbLh_kA&feature=plcp  (Robot à deux doigts)

 

Aucun commentaire.

Répondre